gruyeresuisse

18/07/2018

Les « je suis » de Géraldine Lay

Lay top.jpgDu réel en haillon, Géraldine relève la donne. Elle retient le e muet ou le h aspiré d’une enseigne lumineuse. Elle saisit les impasses et les quais, les parcs au lever du matin, des être aux ans presque fanés quel que soit leur âge ou leur sexe.

Lay bon.jpgIl y a sans doute parmi eux des porteurs de hallebardes, des sans voix parmi les voies, des belles au bois endormies dans les bus , des supporters, des baptisés, des circoncis, des Méphisto fait d'aises, des fantômes, des hallucinés, des chauves à l'intérieur de la tête, une nyctalope, un insomniaque rêveur.

Lay bon 2.jpgPour autant la photographe crée une succession de rideaux sur tout ce qui serait impudique même si son travail tourne autour de l’intime. En off peut imaginer s’entendre une chanson des Beatles ("Let it Be") ou une des Rolling Stones ("Let it Bleed). Le monde est là sans fragrance mais avec acuité. C’est la poésie de l’existence. La femme n’est plus abstraite. L’homme idem. La première n’est plus traitée en complément indirecte du second ou en danseuse de claquette. Chacune, chacun sont nos sosies et notre doute suprême.

Jean-Paul Gavard-Perret

Géraldine Lay, « North End », Editions Actes Sud, «Impromptus », Editions Poursuite.

 

 

17/07/2018

Le Barbie World de Kate Ballis

Infra realism.jpgL’Australienne Kate Ballis avec “Infra Realism” transforme Palm Spring (Ace Hotel & Swim Club, the Palm Springs Tennis Club, etc.) et les déserts du sud de la Californie à travers les spectres et les filtres de son appareil photographique. Tout est bleu Magenta, rouge sang et rose bonbon afin de transformer le paysage en une fantaisie drôle et mystérieuse. La substance imaginaire des couleurs remplace le réel.

infra realism2.jpgLa photographe - par effet de frontalité - introduit néanmoins le regardeur de l’autre côté du miroir. Et la topologie prend consistance et sens (ou non sens) avant tout par la couleur. Elle fait tourner le réel sur lui-même dans une suavité bubble-gum. La couleur « fait » l’espace en le déplaçant du côté d’un conte étrange. L’espace y est plus ou moins accueillant comme le sac du Moi de Freud où le ventre maternel : les choses y macèrent jusqu’à interroger implicitement la substance du monde et des choses.

Jean-Paul Gavard-Perret

16/07/2018

Quand la possibilité de réel ramène à l’imaginaire – Phoebe Kiely

Kiely.jpgInversant le jeu du retour, Phoebe Kiely crée par ses photographies à la fois une poésie et une philosophie du réel et de sa matière. La question du portrait ou du paysage passe au second plan pour constituer une nouvelle substance et consistance.

La contrainte sur ce chemin du retour échappe au passé. L’affirmation du caractère objectif de la représentation n’implique pas une référence « juste » au réel mais passe par juste un peu de réel dans un contexte qui n’a rien de kantien ou de transcendantal.

Kiely 2.jpgLes conditions matérielles des existences et des lieux permettent néanmoins de distinguer un Réel de l’Imaginaire parce que l’image ne cherche pas à tourner autour d’un passé mais le déplace dans une forme d’atemporalité que suggère ce qui existe de plus ténu dans le réel.

Jean-Paul Gavard-Perret

Phoebe Kiely, « They Were My Lansdcape », Mack, Londres, 30 E..