gruyeresuisse

22/10/2015

Marcel Miracle entre Diderot et Pérec

 


Miracle 3.jpgMarcel Miracle, « Encyclopédie Grégoire Simpson », Galerie Lignetreize, Carouge, du 29 octobre et 28 novembre 2015.


 


Dessinateur, collagiste, géologue et poète, Marcel Miracle l’"art-penteur" fait une halte à la Galerie Lignetreize. Celui qui puise ses racines dans le chamanisme africain, les œuvres de Borgès, les deux Malcolm (Lowry et Chazal) et surtout de Pérec offre, à Carouge, un éloge à ce dernier. Plus précisément à son œuvre maîtresse : « La vie mode d’emploi » et plus particulièrement encore son chapitre 52. Le héros (Grégoire Simpson) s’y fait vendeur de porte à porte en essayant de fourguer des encyclopédies aux ménagères de moins de 50 ans (mais sans exclusive). De cet épisode l’artiste a trouvé l’idée, en digne successeur de Holbach et Helvétius, d’élever le sien : à savoir sa propre « encyclopédie Grégoire Simpson ».  Elle est constituée de 582 planches (réparties en 22 coffrets). Ces montages feraient pâlir de honte ou de désir le brave Diderot. 


 


Miracle 2.jpgS’inscrit le cours insensé de la race humaine. Le tout dans l’humour des collages, dessins et interventions graphiques. Des îles de sondes profondes et des forêts de songe surgit une nomenclature en mutinerie. « Marcello » l’escogriffe reste un aventurier. Il provoque clash et crash aux seins de ses jeux optiques. Les gains poétiques sont assurés. S’y mélangent temps, rêve farce, réalité en une mer de sarcasmes. Le bon Warburg - qui faisait lui-même la planche - jusque dans sa folie la plus profonde en perdrait son latin. Preuve qu’il y a là tout pour ravir les amateurs de précisions intempestives. De cet édifice modulaire sort un savoir inédit. S’y étalent  des fastes imprévus loin des idées et idéologies apprises. La connaissance de l’univers avance à pas d’unijambistes. Ils mesurent  notre crapuleuse planète sous des angles imprévus. Le Lausannois rappelle que l’amour est né de la brouette et les aéroports du vol au vent.  Images et mots s’indéterminent de rien, de tout. Ils laissent filtrer un réel plus profond que l’apparence. Ni fantômes, ni simulacres les œuvres transforment l’apparence par entropie nouvelle et permettent au regard de sortir de sa prison mentale : il s’enrichit d’un nouvel œil dont les mystères  ne s’épuisent pas. Miracle traque une réalité sans ressemblance, lâche l’apparence pour une obscure clarté.


Jean-Paul Gavard-Perret


 


 


 

 

21/10/2015

Gian Paolo Barbieri : étaux et labyrinthes optiques

 

 

 Barbieri.jpg

Gian Paolo Barbieri  ne cherche pas à offrir une vision objective du réel. Il propose un rêve inaccessible donné comme  croyance à un Signifié transcendant. La femme telle une forteresse inaccessible en est le ferment.  Implicitement le photographe tourne en dérision le réalisme et ses codes pour imposer les siens. Chaque égérie semble distraitement regarder le voyeur : elle le toise tout en s’éloignant, par sa sophistication, du simple état de nature. La perfection des poses interroge le regard, fissure énigmatiquement les certitudes trop acquises de la contemplation purement  fétichiste.  

 Barbieri 3.jpg

Chaque prise devient le rébus qui l'habite l'œil. Il se cherche dans le portrait comme on disait autrefois que l'âme se cherchait dans les miroirs.  Par l’impeccabilité plastique chaque prise devient un  labyrinthe dans lequel le regardeur demeure fixé. Prisonnier du leurre il en caresse le brillant factice et revendique pour un temps le territoire de l'illusion. Gian Paolo Barbieri fait de chaque femme un cosmos constitué de formes. Le noir et blanc ou les couleurs créent des compositions "florales" singulières mais dont les roses sont à personne.  Elles provoquent un ravissement au sein d’une jubilation froide. Le portrait devient le lieu où le visible transfiguré est livré au vertige en contrat virtuel  avec l’inatteignable. Touchant par l’art accompli de la sophistication il ne se limite plus au simple développement photographique…

 

Jean-Paul Gavard-Perret

20:14 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (1)

Le Mamco à la redécouverte de Robert Lebel

 

 

Lebel.pngRobert Lebel et Isabelle Waldberg, « Masque à lame », « Sur Marcel Duchamp », Editions du Mamco, Genève, 2015.

 

Le Mamco propose la réhabilitation de l’œuvre de Robert Lebel : l’institution va publier ses œuvres complètes en 4 tomes. En attendant - et comme pour faire saliver le lecteur - sont publiées des plaquettes pratiquement inconnues mais incandescentes de l’auteur  : pour preuve son « Masque à lame » avec sept constructions d’Isabelle Waldberg. Le poète conduit vers des sillages étranges. Robert Lebel (1901- 1986), fut romancier, essayiste (d’où ici la réédition de son « Sur Marcel Duchamp) et historien d’art et surtout poète. Chaque texte devient la piste de départ d’une rêverie envoûtante proche du surréalisme. Les textes créent les envers cérémonieux de mortes-saisons. Il n’existe rien de chloroformé. Le tout est stimulant et riche d’une violence volontairement réduite en charpie.  Il est question toujours d’amour fou  aux salives secrètes, mais existent aussi des scansions froides qui soulignent des blessures.

 

Lebel 2.pngElles restent suggérées dans les charnières « musicales » hérissées des piques de l’écriture comme des pointes d’Isabelle Waldberg lorsqu’un trop de stabilité menace les morceaux. Leurs ossements brisés inversent la pesanteur dans ce qui fait de chaque texte un « blues » indigo sur lequel tombe la neige sans moindre trace de pas dessus là. La solitude  gronde dans ce qui reste de guirlandes pulvérisées. Lebel et Waldberg ouvrent à une béance oculaire particulière et à des opérations les plus secrètes. Au regard du poète il ne manque jamais le poids de la mort mais il lui refuse le dernier mot grâce au cristal des siens. Lebel ne peut se contenter de passer d'un reflet à l'autre. Une mélancolie transcendantale s'exprime. Elle est de nature à traverser la vision du lecteur jusqu'à atteindre un arrière-œil, un arrière monde. Dans « Masque à lame» perdurent non seulement un dehors et un dedans mais leur interface par laquelle l’amant devient le témoin engagé d’une intimité errante. Il s’accroche aux mots pour mettre en face d'images enfouies. Elles restent les plus anciennes et les plus neuves. Elles rappellent ce qui unit et désunit le corps en refusant d’effacer ce que la vie sécrète et ce que la mort dissout.

 

Jean-Paul Gavard-Perret