gruyeresuisse

24/09/2020

Matthieu Barbezat et Camille Villetard : Le Miracle des loups

Barbezat.jpgBarbezat – Villetard, "Longs temps", EAC(Les Halles), Porrentruy, du 27 septembre au 22 novembre 2020

Camille Villetard et Matthieu Barbezat travaillent ensemble depuis 2014 et paragent leur temps eentre Neuchâtel et Paris. Le couple franco-suisse s’intéresse à la notion d’espace et à l’exploration des matériaux en le fondant sur les formes du minimalisme ou extraites de la nature. A partir de là il crée des expériences immersives  pour décadrer le regard de ce qui lui paraît familier. Cette exposition in situ devient un parcours en trois moments. S'y découvrent deux sculptures (« Soleil des Loups ») presque non identifiables en acier. Elles sont aussi massives qu' instables, imposantes et pourtant chargées d'énigmes. Cette dualité crée un espace comme entre chien et loup où tout semble possible d'apercevoir :  même une sorte de meutequi jaillirait de nos propres tréfonds.

 

Barbezat.pngAutour de ces sculptures une lumière bleutée crépitante suggère un univers en mutation où quelque chose se fomente. Auparavant les visiteurs franchissent une peuplade d’arches ouvertes sur la rue en un jeu entre le vide et le plein et qui annoncent la meute potentielle du "Soleil des Loups".

 

Barbezat 2.pngLes artistes prouvent  que l’architecture peut devenir sculpture et que cette dernière crée un  mouvement au moment où dans un troisième temps l’intensité augmente tandis que la visibilité diminue. Une lumière puissance baigne un espace vide, bleuté, dématérialisé. un son circule, une présence se déplace en suivant une trajectoire particulière, de l’un à l’autre des haut-parleurs qui enveloppent le volume. C'est comme si un animal errait dans un espace fermé où tout est propre à créer une ambiance étrange là où les lignes s'effacent.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

,

23/09/2020

Ali Kazma et les "femmes-frontières"

Kazma.jpgAli Kazma, "Woman at Work", Analix Forever, Chêne Bourg, Genève, du 4 septembre au 20 novembre 2020.

Avec "Women at Work" Barbara Polla présente - via l'artiste turc Ali Kazma  qui a illustré à travers une dizaine de vidéos le travail, le corps, et le corps au travail - une exposition féministe dans le meilleur sens du terme. Elle montre des femmes créatrices comme des ouvrières incroyables en plusieurs  domaines d'activités. Et Barbara Polla de préciser : "Jusqu’à présent, on a représenté beaucoup le travail sexuel des femmes, leur travail domestique, répétitif, leur travail ouvrier aussi mais c’est vraiment la première exposition de ce type, ouverte sur la réalité d’aujourd’hui. Une réalité désirable". Les femmes y surgissent entre créations artistiques, ouvrières, scientifiques, manuelles, industrielles, physiques, sportives voire sur elle-mêmes.

 

Kazma 2.jpgAli Kazma n'apparaît pas d’emblée comme un artiste qui s’intéresse aux femmes et à leur travail. Pendant longtemps, écrit l'artiste, "mes sujets n’étaient nullement genrés, mais guidés par mon intérêt pour un domaine, ou une personne particulière." Mais en 2019, en filmant la championne de dragster Anita Mäkelä, Ali Kazma réalise qu’il existe en celles qu’il était en train de filmer un certain nombre de spécificités "femme". Il décide alors de réexaminer son propre travail, de creuser cette question du genre et de proposer à Barbara Polla l' exposition : "Women at Work".

 

Kazma 3.jpgTout a commencé lorsque Paul Ardenne a emmené Ali Kazma à Pomona, sur les terrains américains de courses des dragsters. Le premier publie alors  "Apologie du dragster" illustré par les photographies d’Ali Kazma. Celui-ci se passionne pour ces courses étranges et découvre l’existence d’Anita Mäkelä. Il passe des photographies à la vidéo pour la filmer car il s’intéresse à celles et ceux qui repoussent les limites de leurs champs d’activité, professions et passions respectives. Ce tournage a transformé son regard sur les femmes. D'où son  engagement. L'exposition contribue à une ouverture.  Toutes les femmes présentes ici deviennent ce qu'il nomme des "femmes-frontières" à travers lesquelles il souligne la force - souvent bien plus grande - que celle qu'affirme les mâles pour se rassurer tant qu'ils le peuvent de leur domination qui devient ici une peau de chagrin. Bien fait pour eux !

Jean-Paul Gavard-Perret

Martial Leiter : dérives du paysage

Leiter.pngMartial Leiter, "Travelling / Dessins", Galerie LIGNEtreize, Genève-Carouge, 26 septembreau 16 octobre 2020.

Martial Leiter a débuté son oeuvre comme dessinateur de presse dans divers journaux suisses ("Le Temps", "Die Neue Zürcher Zeitung" , etc.) puis à l'étranger ("Die Zeit", "Le Monde" entre autres). Mais il se consacre également à un art plus personnel par le dessin puis la peinture. La galerie LIGNEtreize propose une suite de dessins à l'encre et fusain. Le paysage s'y dérobe. Il transite par ce que l'artiste décale.

Leiter 2.pngDe tels dessins comme le léopard ne se déplacent pas sans leurs taches. Ce sont aussi des points de capiton de nouveaux paysages ou d'histoires. Leur noir est la lumière brodée à l’encre. Le dessin semble une écriture qui méprise en partie la forme afin de la laisser dériver pour perdre pied. Une telle oeuvre ne raconte pas : elle propose un glissement d’après nature et dont Martial Leiter "imagine" l’âme dans de "faux" traits pour retirer "du" paysage afin qu'il soit plus prégnant.

Leiter 3.pngCe qui - a priori - n’a pas d’affect en possède soudain beaucoup même si le paysage tente de résister et se cambre. Le dessin est à la recherche de son lieu. Là où il n'est jamais allé. Où la neige est encore vierge mais noire. Il y a un autre coté du regard qui l'efface et le remplit. Existe donc l'autre coté de ce qui est vu. L’œil arrive à toucher des modulations entre le plein et le vide. La couleur se retire pour créer un nouvel espace épuré et diffracté.  Par ce "négatif" le dessin se laisse envahir d'un manque. Il devient son vertige.

Jean-Paul Gavard-Perret