gruyeresuisse

07/04/2020

Quand l'oeil écoute - Christine Valcke

Valcke 2.jpgLa plasticienne Christine Valcke a décidé de "plonger dans la réalisation d'un livre sans mots". Il en reste un toutefois : celui du titre : "Dialogue". Et il n'est pas anodin. Puisqu'il permet la seule solution possible : que l'oeil écoute dans ce qui se passe entre ces encres originales et l'espace (son vide et/ou son infini).

Valcke.jpgIl existe des séquences plastiques non fermées. Elles ponctuent  le vide ou glissent dans le "silence". Restent les fragments épars qui recousent la chanson des images sous forme de berceuse minimaliste et un deuil inaccompli de l'objet figure.

 

Valcke 3.jpgQue de tels "cadavres" abstraits demeurent car ils opposent leur cadastre abstrait et leur densité au glissement du temps. Restent leurs formes sans objets en mares silencieuses. Elles émettent la dernière clôture ou signe mais ne se veulent en rien des bornes à ne pas dépasser. Aspirée par le silence, l'image ne cherche plus à rassembler un monde mais à le défaire. C'est bien,  c'est juste et beau. Radicalement beau.

Jean-Paul Gavard-Perret

Christine Valcke, "Dialogue", encre et papier, 12 exemplaires, 2020, 200 E. Tous les oeuvres sont originales.

06/04/2020

Suzanne Mourlevat : la cause de la beauté

Mourlevat.jpgPassionnée dès son enfance par la photographie Suzanne Moulrevat l'a étudiée pour travailler les prises de vue et les effets spéciaux. Longtemps elle a arpenté le Jura suisse et français à la recherche d’endroits uniques ou de rencontres surprenantes. Amoureuse de la nature elle pose un regard très personnel sur les fleurs et les paysages, en jouant avec l'ombre et la lumière.

Mourlevat 2.pngIl y a la campagne ou le jardin suisse : lamier pourpre, monnaie du pape, ancolie, fruit de physallis, glycines qui font exploser leur cage. Mais aussi des paysages de l'Ouest américain et d'ailleurs là où l'immensité le contraste des couleurs semblent infinis. Chaque fois il s'agit de naviguer en toute liberté. L'artiste n'a pas à inventer comme beaucoup des sornettes : elle regarde. Tous les photographes ne savent pas le faire. Elle sait voir yeux ouverts, yeux fermés pour offrir un monde dégagé des blessures.

Jean-Paul Gavard-Perret

05/04/2020

Les (belles) indifférentes de Fabien Queloz

Queloz 2.jpgLes nues de Fabien Queloz sont (forcément) loin de la nuée des foules. Mais les  corps ou plutôt leurs saisies se refusent à la sursaturation d'émotions charnelles ou divines. Les impeccables silhouettes restent comme sans projet, au fil des jours qui passent. De Neuchâtel, le créateur retient - des "passantes" baudelairienne qui deviennent ses patientes - instants de suspens, yeux ouverts, yeux fermés, montrées ou cachées (en partie). Elles demeurent sans véritable attente en pensant peut-être que tout est plus ou moins foutaise.

Queloz.jpgPour atteindre cette ambiance intime et distante, le photographe crée des moments sans pression au sein de la théâtralité picturale de ses mises en scène. Les modèles restent fermées voire parfois repliées sur elles-mêmes dans leur splendide indifférence en des lieux qui les tiennent à l'abri du monde. Nulle doctrine gouverne les prises sinon la beauté. Le regardeur peut être sensible plus à un déchirement qu'à un climat libidinal même si la sensualité est présente. Sans toutefois  que le créateur cultive l'ambiguïté  (sinon juste ce qu'il faut) au sein d'histoires qui ne se veulent pas des drames ou des comédies des sens. Elles sont créées afin de pousser la connaissance au-delà de certaines "convenances".

Queloz 3.jpgFabien Queloz sait mettre en scène l'eros et son hybris tout en retenant les possibles dérives. Il donne à l’écriture plastique les moyens de rendre simultanément le charnel et son surplomb réflexif. Le corps parle au corps par l'esprit, et l'âme à l'âme à travers le corps. Clôtures et ouvertures plus que des invitations sensorielles révèlent des profondeurs de la femme dégagée de l'hypocrisie du vêtement. Son corps devient un lieu aussi mental que sensoriel par lequel le regardeur peut se laisser vampiriser là où le nu paradoxalement peut désincarner.

Jean-Pau Gavard-Perret

www.fabienqueloz.com