gruyeresuisse

04/09/2016

Jean-Daniel Berclaz "l'inconstant gardener"

Berclaz.pngJean-Daniel Berclaz, « Vernissage d’un point de vue », dans le cadres de »Point(s) de vue » Musée de Moutier, d 19 juin au 28 aout 2016.

Table d’orientation, cibles, lunettes de tireur ont été convoquées à Moutier par Jean-Daniel Berclaz pour son exposition entre la salle du Stand (ancien stand de tir) et le musée. L’artiste a trouvé le lien idéal pour évoquer le lien où s’opère le « tir » photographique et celui du point de vue. Ligne de visée, ligne de tir sont interrogée par ce nouveau «vernissage d’un point de vue », série d’actions généralement autour d’un buffet (avec serveurs en tenue) que l’artiste poursuit depuis 16 ans.

Berclaz 2.pngIl reste à la recherche de la manière idéale pour voir le paysage et questionner ce qu’il en de son genre. Au passage il offre une réflexion sur le sens du musée dans ses divers rôles : conservation, classification, exhibition. Mixage du Land Art, du «ready-made», du paysagisme l’artiste se veut un « inconstant gardener » aussi performant dans la prise du paysage que sa mise en scène. En un certain « romantisme » et humour à la Greenaway le paysage reste le ferment d’une recherche qui l’ouvre non seulement sur lui-même mais sur ce qu’il suscite en tant que starter à la réflexion.

Jean-Paul Gavard-Perret

06:15 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

02/09/2016

Freya Esders : les inconnues en situation

Esders3.pngInfluencée par « Paris Texas », la photographe australienne Freya Esders affirme un paradoxe : celui d’accorder une forme au monde sans croire que le monde a un sens. L’image affirme que c’est précisément parce qu’il n’en a aucun qu’il aura une forme. Dès lors l’image crée divers types d’abîmes à la recherche d’harmonies paradoxales autant par les angles de vision que les poses. Le corps jaillit en ce qui tient de contorsions.

esders2.pngFreya Esders est à le recherche moins d’une identité psychologique que de l’existence féminine. Les présences sont allusives. La présence devient une narration et une fiction sans pour autant que l’artiste joue d’une quelconque métaphore. La femme n’est jamais donnée comme acquise. Tout joue d’un équilibre reconstruit par chaque prise où le modèle reste une inconnue en situation au sein de prises incongrues. Esders1.pngChaque portrait génère un mystère et une solitude. Le théâtre photographique corrosif, joyeux, sensuel permet d'aimer les images entre apparition et dérobade.

Jean-Paul Gavard-Perret

14:18 Publié dans Femmes, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

01/09/2016

!Mediengruppe Bitnik : quand le virtuel met au bord de la crise de nerf


Bitnik.jpg!Mediengruppe Bitnik, « Jusqu'ici tout va bien », Centre Culturel Suisse, Paris, du 23 septembre au 4 décembre 2016

 

 

 

 

Bitnik2.jpg!Mediengruppe Bitnik est un duo basé à Zurich composé de Carmen Weisskopf et Domagoj Smoljo. Il utilise Internet comme matériau de son travail artistique. Il s'est notamment fait connaître par le projet « Delivery for Mr. Assange ». Pour son nouveau projet le couple est parti d’un évènement qui a eu lieu en août 2015. Le site canadien de rencontres extraconjugales « Ashley Madison » fut hacké. Des millions de noms et de documents ont été ainsi dévoilés publiquement et !Mediengruppe Bitnik s'est intéressé à ce problème et entre autres aux « bots » employés comme interlocuteurs des abonnés du site. Les deux artistes ont pu s’apercevoir qu’à Paris, plus de 40000 utilisateurs du site, n'ont comme interlocuteurs que 61 robots, surnommés Angel.

Bitnik3.jpgCes données servent de point de départ à l'exposition spécialement conçue pour le CCS (et sera développée dans une autre configuration à swissnex San Francisco en 2017). Les deux artistes explorent et « imagent » comment l’espace virtuel interfère sur le monde physique : et la nouvelle mode Pokémon ne fait que leur donner raison ! Captant des « accidents » des réseaux, les deux artistes les intègrent à leur exposition comme ils le firent avec les images de caméra de surveillance à Londres « Surveillance Chess » (2012). Le système d’exposition rapproche et matérialise des espaces distincts où les interstices de raccord ne sont la plupart du temps que des failles. Mediengruppe Bitnik prouve comment la technologie a toujours un temps d’avance sur la législation comme sur les êtres. Il illustre aussi comment une immédiateté temporelle mais non physique définit un rapport au monde où l’être est pris en otage. L’interaction n’est qu’un piège dont les deux artistes ne cessent de souligner divers contours à l'aide de divers métaphores souvent innovantes et subriles.

Jean-Paul Gavard-Perret