gruyeresuisse

04/04/2018

Parker Day : icônes au bord de la crise de nerfs

Parker day bon.jpgParker Day ne fait pas dans la finesse même lorsque ses égéries portent des robes de fête qui ressemblent à des déguisements carnavalesques. Aux brindilles de la mode font place des Fifi Brindacier. Mais les divers masques clownesques soulignent des identités transversales. Elles font passer le réel avant la réalité, soulignent l’objet introuvable d’un désir affiché qui troue la pensée dans la marée des grimages.

 

 

Parker Day 2.jpg

 

La photographe par ce biais parle toujours sinon d’amour au moins du plaisir. Celui de la transgression d’abord. Mais pas seulement. Chaque prise est un bond sans cesse renouvelé au fond de personnages que l’artiste contacte (souvent sur Instagram) et rencontre pour ses séances de prises de vue.

 

 

 

Parker Day bon 2.jpgLes volontaires de tous les sexes ne cherchent pas à se dérober à l’attraction qu’ils peuvent suggérer. A l’inverse ils la provoquent. Mais leur coup du charme est on ne peut plus hétérodoxe. Il n’a rien à voir avec celui que chantait Elvis Presley chez RCA dans les années 60. La sidération remplace l’évidence et déverrouille l’espace soudain beaucoup plus large que le corps lui-même. La femme était statue : elle devient sirène bleutée. L’homme - transversal ou non - idem.

Jean-Paul Gavard-Perrer

 

 

30/03/2018

La nuit américaine de Jan Fabre

Fabre 2.jpgJan Fabre continue à tordre le cou à la peinture classique afin de venir à bout des attentes du regardeur. Le recours au fantasme d'un certain type de leurre de beauté et sa satisfaction ne fonctionnent plus. Par un effet de "nuit américaine" l'artiste refuse tout effet miroir au profit de la scissure tout en conservant certains invariants graphiques de la peinture de haut lignage.

 

Fabre.jpgL’image possède encore des nerfs, des viscères, des vaisseaux, de la chair et des os mais le corps disparaît en partie au profit d'un recouvrement par le monochrome qui la travestit. Si bien que les "guerriers de la beauté" sont désarmés.

 

Fabre 3.jpgL'art par ce recours possède le mérite de décaper le miroir de l'autosatisfaction narcissique de regardeur : il ne se retrouve plus en pays conquis. A l'inverse il doit partir à la reconquête d'un territoire qui lui échappe. Cette altérité provoque un autre passage que celui, obligé, du désir. Le regardeur n'est donc pas épargné Mais franchir à rebours le seuil de l’enfermement du classicisme revient donc à exister d’une autre façon. Cela demande un effort : il s'agit de s'extraire de la pure illusion comme du pareil, du même afin d'apprendre à voir autrement.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jan Fabre, "The Appearance and Disappearance of Antwerp/ Bacchus / Christ" (Special creations for the State Hermitage Museum), Galerie Templon, Bruxellrs, du 18 avril au 2 juin 2018.

 

26/03/2018

Les étranges corpus de Grégoire Bolay l’activiste minimaliste

Boley.pngGrégoire Bolay, « Rationalisme », Centre d’art contemporain, Genève, à partir du 22 mars au 13 mai 2018.

Reprenant à sa main une forme de minimalisme, Grégoire Bolay replace l’art dans une réalité contemporaine concrète. Il retient par exemple des « Gestes fossiles » témoins d’actions passées au sein de références conceptuelles, populaires ou personnelles. Tout semble une suite d’expériences incertaines, aux apparences parfois absurdes, parodiques ou poétiques. La contradiction est un point de prédilection pour le créateur. Il associe spéculations, contraintes et anecdotes par divers croisements ou réductions dans un système de correspondances sémantiques et visuelles productrices d’ambiguïtés interprétatives et dont le « Rationalisme » répond à une seule logique : que l’art soit « le miroir du monde » (dit Bolay) et parfois son mirage ou son miracle.

Bolay 2.jpgL’artiste ne travaille jamais d’après modèles. Il crée ses œuvres de mémoire comme dans sa série de shaped canvases « M.O. » (Mémoire objet). Ils représentent des "choses" dans un style qui intègre les « maladresses » du souvenir. Le tout inspiré par la bande dessinée. Cela engendre des représentations aussi naturelles qu’étranges au sein de peintures, sculptures et dessins apparemment de mauvaise facture créés par un artiste qui se dit « paresseux » mais travaille avec méticulosité. Le tout en ignorant la fiction ou la représentation humaine (sinon de manière allusive). L’importance des objets suffit à créer des narrations énigmatiques.

Bolay 3.jpgGrégoire Bolay semble montrer une chose et son contraire pour créer l’hésitation nécessaire à un espace de vérité qui contredit la « vocation » qu’on accorde à l’artiste et la puissance qu’il revendique trop souvent. La forme vient de l’intérieur mais une question demeure : « de l’intérieur de quoi ? ». L’œuvre avance ainsi  d’autant que la vie n’est passionnante que dans ce qui se dessine et se crée afin de savoir si "les choses valent la peine". L’art donne ainsi la valeur à ce qui n’est pas habituellement saisi ou mal vu donc mal montré.

Jean-Paul Gavard-Perret