gruyeresuisse

17/10/2018

Sophie Calle et les causes non communes

Calle.jpgSuivre les traces de Sophie Calle (du moins celles qu’elle propose) est toujours un exercice d’intelligence que l’artiste fait partager. Multipliant les chemins de traverse elle transforme sa vie, ses expositions, ses livres en labyrinthe optique.

 

Calle 2.jpgCe qui semble tenir de la fantaisie personnelle appartient à la traversée du désir : pas forcément sexuel mais celui de l’image. Celle-ci et ici ne se donne pas d’emblée puisque recouvete d'un codicille où est précisée la raison qui a poussé la créatrice à engendrer un déclic.

SCalle 3.jpgeulement ensuite il convient de soulever son voile comme se soulève une jupe pour voir « dedans ». L'artiste joue de son pouvoir et de sa finesse pour créer un renversement des ordres et une manière de mettre le lecteur voyeur à contribution face aux dépositions phrastiques et aux process figuratifs. A lui d'achever le travail.

Jean-Paul Gavard-Perret

Sophie Calle, « Parce que », Editions Xavier Barral, Paris, 2018, 32 E..

13/10/2018

Radoslaw Pujan : l'inversion du voyeurisme (ou presque)

Pujan 3.jpgRadoslaw Pujan est le maître d'un double jeu. Le voyeuriste est mis devant son fait accompli. Mais en même temps l'auteur livre au curieux ce qu'il attend. Certes de manière ironique mais cela n'empêche pas aux fanstames de suivre leur cours.

 

 

Pujan.jpgC'est une manière de jouer d'une double mise en abîme par des reflets ou jeux de miroir. L'ambivalence est donc soulignée par l'insolent praticien là où tout est prémédité. Déclinant en noir et blanc ses stratégies le photographe se comporte en véritable compositeur. L’image devient duale, elle se distribue en secondes et en tierces. La dénudation n’est jamais frontale : elle passe par la reprise incessante de l’expérimentation formelle.

Pujan 2.jpgIl est d’ailleurs possible que dans un tel cadre le recours au nu soit capital puisque tout y est affaire de courbes et lumière et que paradoxalement ce thème touche à l’indicible, au rite plus qu’à la préhension et au tapage. Le corps fixé instruit la duplicité qui n'a plus besoin d’autre commentaire qu’elle-même. Le seul possible est la montée des circonstances  qui préside autant à la prise de vue qu'à son "objectif".

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

10/10/2018

Jeff Wall ou les chimères du réel

Wall.jpgConçue en collaboration avec l’artiste canadien, l’exposition « Appearance » propose la rétrospective des scénographies de Jeff Wall de 1970 à nos jours en 27 photographies grand format. Elles deviennent avec le créateur des reprises de critères picturaux et cinématographiques afin de créer une sidération par les paradoxes que chaque « mise en scène » produit en particulier dans ses célèbres « Ligthboxes » et plus près de bous de ses « tableaux photographiques ».

Wall 2.jpgLa construction de l’image est toujours très précise et ludique même lorsque l’artiste semble organiser des scènes plus sombres et inquiétantes. A y regarder de près il existe toujours des éléments drôles qui tiennent aux situations, gestes ou objets. La pléthore des choses ne crée pas seulement une documentation empathique mais une véritable transformation de la facticité en vérité (et vice versa) afin d’explorer et de comprendre le monde en partant de ses singularités pour les porter jusqu’à des fins métaphoriques.

Wall 3.jpgLe parcours devient en ce sens double. L’artiste crée une narration mais produit tout autant un effet de distance par des vacillations où le réel se transforme en fantasme de monde. Ne se perçoivent pas seulement des dimensions de l’espace, mais la présence d’une topographie intempestive. L’œuvre illustre à la fois la gloire et la ruine du réalisme par sans transformation en divers types de chimères poétiques à relents littéraires.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jeff Wall , « Appearance », du 5 octobre au 6 janvier 2019, Mudam Luxembourg.