gruyeresuisse

16/06/2019

Je ne vois que toit (L)

Artoni.jpgLe bâton du sourcier

L'analyse grammaticale n’est pas une guérison et elle n’a pas de sens dans la psychanalyse. Sauf à croire l'être humain curable ce qu'à Dieu ne plaise nous refusons de croire. Eu égard au fait que nous sommes des castrables, il nous revient de cultiver les alibis de nos méconnaissances notoires. Elles abritent souvent de faux certificats de sénescence. C’est comme une anticipation du jeu de passe qui ne se fait pas qu'en maison mais dans les parcs blêmes quand vient le soir.

Artoni 2.jpgVoici le seul service à nous rendre en témoignage de notre viande. Cela est un bien commun, non pas une obligation. Mais elle peut offrir des difficultés quant à son traitement par l'infusion de la science occulte selon laquelle après sa mort le corps pourrait revenir. Son inconscient compris au moment même où se pense qu’il serait du passé. Il s’agit alors d’offrir le cadavre de l’inconscient à l’extase pour le recycler voire le sanctifier.

Lhéo Telle (aka Jean-Paul Gavard-Perret).

(Œuvres de Maria-Francesca Artoni)

18:46 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

15/06/2019

Je ne vois que toit (IL)

Divoy bon non.jpgEdéage avancé - Madame rêve 

 

Cherchant "benoîtement" dit-elle - mais le doute est permis -des information sur le dimorphisme sexuel chez les tipules (ce qui révèle une curiosité il faut le reconnaître des mieux placée) Michèle Divoy est tombé - de "haut", c'est-à-dire des deux étages de sa maison sous l'eau) sur un texte des plus scientifique.

Divoy bon 2.pngDes chercheurs patentés (sinon par le désir) ont découvert "le premier cas de stridulation copulatoire" chez le tipule, insecte mâle qui, n'en doutons pas, et des plus attentifs voire des plus affectifs.

Son pénis sert de vibromasseur chanteur dont les ondes excitent sa partenaire durant la fornication. Cet édeage baryton ou ténor bref qui fait de l'insecte un chanteur d'opéra (entendons dans ce mot sa racine : "ouverture") ne cesse de faire rêver la curieuse plus habituée au menu fretin masculin qui bat "à contre temps" dit-elle des mesures au glissando douteux.

Divoy.jpgEt voilà la reine des cimes enneigées avide d'entendre enfin lors du plus sublime hymen résonner sa voute céleste d'un chant grégorien. Cela devrait entrainer outre Quiévrain comme en deçà comme au bord du lac Léman un regain du chant choral. Et ce dans les plus brefs délais. Mes semblables mes frères effectuons un tel et noble effort :  hourrah pour nos compagnes aux gammes boy insectivores. Il ne s'agit plus de noyer le poisson.

Lhéo Telle (aka Jean-Paul Gavard-Perret.

Deux collages de Michèle Divoy.

 

15:38 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Je ne vois que toit (XLVIII)

Divoy bonbon,bon.jpgGambergerie

 

Toute réflexion faite je m’étiole. Quand je le dis à Pépette elle feint la surprise. Mais depuis qu'elle m'a retrouvé elle soigne ma décrépitude et ma fin. Comment lui en vouloir ? C'est sa matière de se venger de tout le mal que je lui ai fait. "Allons, allons un peu de nerf" dit-elle en sortant de son sac viennoiseries ou gâteaux secs. Et d'ajouter : "C'est moi qui les ai faits". Elle croit sans doute me rassurer. Mais un goût acide laisse préjuger des substances mortelles qu'elle ajoute en secret.

Divo suite.jpg"Mange, mange" répète-elle-elle. Je m'exécute sans me faire prier tandis que in petto elle récite la sienne en espérant que le glyphosate fasse son effet. L’estomac plein j'ai la bouche pâteuse. Lorsqu'elle reste nous nous enfermons jusqu’au lendemain chacun avec ses rêves. Dehors des chiens crèvent et à l'étage du dessus un jeune couple s'envoie en l'air, tandis que du dedans ses gâteaux me désherbe. En bonne âme et infirmière elle patiente, attendant la trépas de celui qui fut son assassin en herbe.

Divoy suite 2.jpgNous adorions les champs où nous gardions les vaches en réfléchissant à tout et rien et rêvant de l'amour. Par inadvertance nous y avons succombé comme deux enfants ivres. Mon état d’innocence fut donc entravé par une autre nécessité d'autant qu'à ma demande elle me montra si souvent ses affaires que les miennes finirent en feu. Enfin vous voyez ce que je veux dire. Mais sitôt fait elle a pleuré de rage et de dépit. Mon halètement lui fut insupportable. Ce n'était pour moi que le premier chapitre d'un roman sans importance. Je faisais mes gammes mais à l'époque bien chanter m'importait peu. Je souffrais de bronchite avec plein de petits sifflets.

Lhéo Telle (aka Jean-Paul Gavard-Perret).

Photos de Michèle Divoy.

09:32 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)