gruyeresuisse

16/09/2018

Delphine Renault : montagne et abribus

Renault.jpg

 

Delphine Renault, « Le phare du Delta », Galerie Zabriskie, Genève, du 21 septembre au 6 octobre 2018.

Dans la plus originale des galeries de Genève, Delphine Renault continue d’interroger la manière dont le paysage se construit en ses représentations. Et le choix d’un tel lieu est significatif. L’artiste est comme impliquée dans la ville qu’elle transforme à son échelle physiquement et symboliquement.

Renault 2.jpg

 

La plasticienne crée toujours un rapport entre ses images et le lieu de leur exposition en introduisant une transposition de signes et de métaphores pour construire des émergences paradoxales sous l’apparente simplicité minimaliste impertinente, drôle et énigmatique. S’y instruit un système de combinaisons formelles et conceptuelles propres à de solliciter l’imaginaire et la réflexion des passants.

 

Renault 3.jpgUne sorte d’apparent degré zéro de l’image – dont l’humour discret n’est pas absent - devient l’interface où un système de coordonnées abstraites du plan ou de la carte prend pied dans le concret. Il représente le point de capiton où une image mentale se compose afin de dresser une matérialité décalée du paysage.

Jean-Paul Gavard-Perret

12/09/2018

Christian Vogt : Y’at-il un pilote sur la moto ?

Vogt bon.jpgEn son atelier de Lausanne ou n’importe où, Christian Vogt dans toutes ses séries garde une faculté instinctive pour retenir l'instant ou le geste précis. Non celui du moment décisif d'une action paroxysmique mais celui d’une observation la plus précise et qui tient à un temps d’éclair : l’avant ou l’après et ce serait l’obscur et le ratage.

vogt.jpgBref et comme le prouve « Plus je regarde longtemps » celui qui se veut moins photographe que quelqu’un épris du médium poursuit son chemin de la manière suivante : . «Conduire une moto sans être motocycliste». Et de rappeler qu’il ne sert à rien de lui demander ce qu’il photographie. D’autant qu’il ne s’est même jamais intéressé sur le « comment ».

Vogt 2.jpgEn guise de preuve il ajoute : « Si vous demandiez à Van Gogh ce qu’il peignait sans connaître son style et que sa réponse soit «tournesols» – seriez-vous plus sage? ». Mais au-delà de la farce et de l’humour l’artiste ramène à une sorte de matérialité poétique du corps qu’il dégage de toute narrativité. Moins que de le représenter dans sa nudité il s’interroge dans des sortes d’enquêtes filées sur la signification du visible et la subjectivité du regard photographique.

Jean-Paul Gavard-Perret.

Christian Vogt, « ‘The longer I look », 6 Septembre – 20 Octobre 20, 2018, Esther Woerdehoff Galerie

 

 

10/09/2018

Paul Armand Gette n’est pas un égoïste

Hug.jpgPour tourner le dos à la violence et la vulgarité, Paul Armand Gette a réuni ses complices en sensualité plastique et poétique. Avec Dodeline Auger il partage le goût de certains coquillages, avec Tamina Beausoleil il se fit laveur du Portugal et Marie Breger lui fit partager des fentes telluriques. Pour Farrah Brule il se fit couturier en fil rouge et pour lui Enna Chaton devint Artémis. Avec Cristina Esseliebée il traversa des miroirs et Claudie Dadu lui tendit l’éventail des vapeurs. Cécile Hug offrit au toréador des oreilles et des intimités que Catherine James suggéra au mâlin. Pour lui Bianca Lee Vasquez se fit nymphe de la forêt amazonienne et Anne Sophie Maignant écrivit des pillow-books pour le poète et Camille Moravia des histoires qu’il prolongea au bord de la Baltique avec Tuula Närhinin.

Hug 2.jpgL’artiste en compagnie de ses grâces prouve combien l’intime suscite des images qui se répartissent sur plusieurs plans ou en grappes. Chacune est creusée d’un sillon ou une légende qui raconte par exemple qu’on trouva un jour échoué sur une plage une oreille. Ses osselets avaient roulé pour former une grève. Mais ce n’est là qu’un des mystères que Paul-Armand jette… Sans excès de visibilité outrancière le lancinant est présent, les contrastes chargés de leur relief, le granité d’un téton de texture. Un imaginaire aussi simple que fou se dégage de tout.

Jean-Paul Gavard-Perret
.
Paul-Armand Gette ; « Intimentissima » Avec Godeleine Auger, Tamina Beausoleil, Marie Breger, Enna Chaton, Claudie Dadu, Cristina Essellebée, Farrah Brule, Cécile Hug, Catherine James, Bianca Lee Vasquez, Anne-Sophie Maignant, Annette Messager, Camille Moravia, Tuula Närhinen, Aline Part, Ghislaine Portalis, Léa Sotton, Elisabeth Verrat, Wenjue Zhang, Galerie de la Voute & Eter SDF du 21 septembre au 20 octobre 2018.

Photo 1 : P-A Gette et Cécile Hug.