gruyeresuisse

01/03/2017

Le cocoricogito de Raphaël Enthoven

 

 

Enthoven.jpgRaphael Enthoven profile son nouveau cantus philosophique à coups de bâtons de berger genre Justin Bridou. Il ne cesse de cultiver le mépris envers ses lecteurs en leur accordant du gras plus sentimental que philosophal. Sa pensée est à la spéculation intellectuelle ce que la flanelle est à un boulevard de ceinture. De quoi rendre fou Bernard-Henri Levy lorsque les deux philo-men in black se croisent dans les allées du pouvoir. Les deux ont le bras long et leur bien penser ne s’opère qu’en leur palais des glaces. Enthoven entrouvre leurs portes en s’essayant, comme dans « Little Brother », à un langage peuple. Mais il sied mal à celui qui n’a de frère que lui-même. Il fait tache à son cocoricogito.

Enthoven 2.pngSe voulant philosophe publique et sachant qu’il y a des lieux pour ça, il ne pratique qu’une pensée du même tonneau mais en rien comparable celui du philosophe grecque. Pour Enthoven là où il y a Diogène il n’y a pas de plaisir. Le médiateur médiatique préfère les palais vénitiens. Dommage qu’il ne pense comme il endort son lecteur : à savoir à poings fermés. Celui qui n’a jamais de fin de son moi difficile sait mettre dans la poche toutes les bergères de la Sofia en leur offrant comme nourriture spirituelle un gruyère à trous - mais sans fromage autour. Bref c’est un mixage entre du Paul Bourget et du Saint Thomas taquin. Si bien que sa panacée métaphysique donne, entre les deux infinis pascaliens, une idée assez précise d’un vide sidéral.

Jean-Paul Gavard-Perret

Raphaël Enthoven, “Little Brother”, Collection Blanche, Gallimard, Paris, 128 p., 2017

 

 

14:37 Publié dans Humour, Lettres | Lien permanent | Commentaires (4)

24/02/2017

Monologue de l’ombre : Antoinette Rychner

Rychner bon 2.jpgAntoinette Rychner nous fait glisser sur un texte accidenté. L’héroïne éponyme y acquiert une psychologie délicieusement absurde qui s’articule dans diverses directions au point de laisser le lecteur tétanisé. Avec une barbarie subtile l’auteure amasse des troubles au sein d’une vie devenue réversible. Mais ce système de rupture est magnétique. Les phrases s’insèrent dans les vides qu’ils fabriquent afin de proposer une image brouillée.

Rychner BON.jpgNéanmoins les aberrations se moulent avec sérendipité. Il s’agit avant tout d’émettre une suite concertée de pertes de repères. Ils délectent le lecteur là où - qui sait ? - son propre chaos se réanime. Les lignes chavirent comme l’héroïne. Elle s’éloigne de son existence sans pour autant entrer dans celle des autres. La tour d’ivoire se double d’une défense d’y voir. Un vide sociable s’instruit et s’épanouit au sein d’une forme d’isolement. Existe le fond d’une course qui ébruite la solitude, capte la mise en abyme d’un cas désespéré. On le sait depuis Musset, celui-là est toujours le plus beau.

Jean-Paul Gavard-Perret

Antoinette Rychner, « Arlette », Editions Les Solitaires Intempestifs, Paris.

 

Tamina Beausoleil la Nyctalope


Tamina2.jpgTamina Beausoleil crée la « radiologie » de l’inconscient à travers pégases, ours, etc. de nos propres ténèbres. Elle lève des « couleuvres » d’une sexualité particulière. Manière d’ouvrir une nouvelle fois le corps. Mais, ici, de façon métaphorique. Exit la représentation humaine. Les jeunes filles n’auront pas besoin de fard et de rouge à joue qui maquillent les vieillesses de Goya ou de Velasquez. Une chaleur fauve monte dans le mitan de la nuit. De diurnes nous devenons nocturnes. Mais elle nous rend comme elle nyctalope : les animaux qui nous hantent nous les voyons

Tamina 3.jpgLa créatrice « image » la perte de conscience dont l’animal seul peut dessiner le lieu. Celui-ci différencie le travail du deuil de celui de la mélancolie. Il permet de reconnaître ce qui a été perdu, où le sujet se creuse, se mange du dedans. Dessiner le bestiaire qui nous habite revient à tatouer notre vide, à le "grogner". L’art se doit donc à la bête et au risque de sa féminité. Elle est dictée par la concentration d’une infinité de monstres. Elle opère la coagulation de nos fantasmes, de nos fantômes même si a priori les animaux nous affectent sous le mode de l’incompréhension sidérante.

Tamina 4.jpgL’artiste nous rappelle aussi qu’avant même et après la parole, au début comme à la fin de l'être il y a la bête. Chacune nous fait à son image : un loup, un ours, une hyène. Elles sont les étrangères qui, femmes ou hommes, nous lient au peu que nous sommes. Nos animaux créent donc l'espace qui nous sépare de nous-mêmes tout en nous rapprochant de qui nous sommes. Ils rappellent la vie d'avant le jour et d'avant le langage.

Tamina 6.jpgIl convient d’entrer dans l’épaisseur où nous nous débattons avec eux non sans ambiguïté et hérésie. Mais préférons l’impureté du zoo qui nous habite à la caserne de notre prétendue pureté. Nos bêtes ne sont pas que des repères grammaticaux (même si l'artiste prend soin de leur adjoindre certains indices verbaux). Elles fabriquent une perspective que nous voulons ignorer. Chacun de nous, en se couchant, se couche en elles. Ecrasant la pensée elles permettent à l’inconscient de percer sa peau fuyante pour qu’apparaisse la forêt sauvage où nos fauves demeurent tapis.

Jean-Paul Gavard-Perret

Tamina Beausoleil, « Autour de la Source », Galerie de la Voute, Paris (à venir). Et actuellement « On ne dormira jamais » Exposition collective, même lieu.