gruyeresuisse

25/01/2019

Fabienne Martin et l'image des femmes

Fabienne marrtin Audrey-Matson-.jpgFabienne Martin a créé l’agence « FAM » en 1977 afin d'offrir une "alternative à l’image du modèle classique" des femmes. Son projet fut inspiré au départ par la Nouvelle Vague et le cinéma russe. Elle s'est fixée sur "la mise en scène sous forme d’images ou de scénarios fictifs" et retient des photographes (femmes et hommes) qui cultivent une singularité ou une sophistication baroque.

Fabienne Marin William Klein.jpgL'instigatrice a transformé la présence des mannequins à travers des références (pleines d'humour) littéraires, cinématographiques, picturales éloignées des représentations stéréotypées en diverses scénographies transgressives, vives, ironiquement romantiques.

Fabienne Martin Martine-Barrat.jpgC'est une manière de glisser dans l'obscur, d'en exhausser la lumière noire pour permettre de lever le voile sur ce qui ne se montre pas ailleurs. Le tout dans la contingence du grain et de l’écume pour rendre familier le secret que tout être cache dans les arènes de l’obscur. Sous feinte de légèreté un flux se libère.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Fabienne Martin, "FAM – CHAPITRE II", Galerie Agathe Gaillard, Paris du 11 janvier au 9 février 2019.

 

(Photos d'Audrey Matson, William Klein, Martine Barat).

24/01/2019

Paul Fournel : Guignol, Gnafron et les autres.

Fournel.jpgLe "père Mourguet" inventeur de Guignol et de son théâtre de marionnettes prouva qu'il n'existe pas de spectacle sans naïveté. Elle offre au populaire son droit à être représenté. Du créateur et de ses traces - hormis son théâtre - il reste rien ou bien peu. C'est pourquoi Fournel a créé le roman vrai du Lyonnais avec toute sa verve.

 

Guignol.jpg

 

Il remet en route dans son roman la machination du désaccordé, sa scansion énergumène, sa liberté du délié et l’ouverture primitive d'un rire libérateur. La fiction engage une nécessaire course de vitesse contre l'oubli d'un genre qui survit encore ça et là.

 

 

 

Guignol 2.jpgPour saluer le 250 ème anniversaire de la naissance de Mourguet, Fournel rapproche du monde des faubourgs et des foires où le créateur inventa un souffle impur. Il rendit compte d'un monde informulé où comme écrivait Lacan "ça parle, ça jouit, et ça sait rien ». Mais où le "ça" apprend une irrévérence qui servit d'exutoire.  Fournel en profite pour poser les bases de son propre art poétique oulipien.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Paul Fournel, "Faire Guignol", P.O.L éditeur, Paris, 272 p., 19,50 E., 2019.

19/01/2019

Jeong Mee Youn : le rose et le bleu

Yoon.jpgDans son nouveau projet la photographe Sud-Coréenne Jeong Mee Yoon cochent deux cases (au moins) de l'art. Elle propose une fantaisie coloriste grotesque et une critique d'une civilisation (mondialisée ou presque) quant à la question du genre et de sa représentation mais aussi du consumérisme face à l'enfant roi.

Yoon  2.jpgLa créatrice photographie filles et garçons entourés de tout ce qui appartient à leur univers (rose pour les premières, bleu pour les seconds). En un tel miroir les évidences parlent d'elles-mêmes. La "déco" n'est plus une ornementation mais le propos même du livre.

Yoon 3.jpgChaque photographie avance à travers d'apparentes digressions qui font sens. Tout cela "cuit" comme il le faut. Preuve qu’en art le performatif n'existe que lorsque l’écriture plastique devient impertinente par la drôlerie. Elle fait sa morale coruscante et doit tout à ce qui la produit et à ce qu'elle produit elle-même. Ce type de rapport pourrait sembler enfoncer une porte ouverte. Il n'en est rien. Laissons au lecteur le plaisir de le découvrir.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jeong Mee Yoon, " The Pink and Blue Project", Edition Nadsine Barth, Hatje Cantz, Berlin, 2019, 176 p., 40 E..