gruyeresuisse

16/03/2014

Les accords parfaits d’Anaelle Clot

 

 

 Clot 3.png

Anaelle Clot, Aperti 2014, Lausanne.


Anaelle Clot semble tirer sur des cordes invisibles pour offrir le passage vers un monde mystérieux. En se regroupant ses fleurs font des animaux. Parfois ces derniers déraillent vers l’anthropomorphisme. Preuve que la flamme poétique se dresse dans chaque dessin et diffuse une émotion qui déplace le réel.  Les sensations et les oeuvres qu’elles poussent à naître en préparent d’autres pour satisfaire ce qu’elles éveillent. Dans un tel travail nul ne prend le deuil, le monde à l’inverse ressuscite dans des scènes loufoques qui aident les rêvent les plus simples à respirer. L’ombre est exclue parce que la Lausannoise se fait sorcière de la lumière. Elle y orchestre de manière parfois apparemment nonsensique les choses, les animaux, les êtres. S’y sucent des désirs au sein de la chimère là où se franchit le seuil de la réalité. La présence n’est jamais statique : elle est donnée comme effleurée avec une tendresse et une intimité qui devient parfois - mais à peine - libertine. Le monde est pur, sans mièvrerie toutefois. Les traits les plus simples donnent une sève à des dessins qui de manière imperceptible communique le gout de profondeurs terriennes.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

25/02/2014

Chiens chauds et autres phallus – Beni Bischof le "scrapper"

 

 

 

 BeBishof.jpgni Bischof, Sommer & Hohl, Berlin, et atelier à St Gallen.

 

                         

 

Beni Bischof est le parfait descendant des dadaïstes dont on trouve désormais la trace plus dans l’ex Europe de l’Est (Russie comprise avec le modèle des Pussy Riots) qu’en Europe de l’Ouest. L'artiste de Saint Gall s’auto-publie dans le fanzine « Lasermagazin » et expose (entre autre à la dernière Biennale d’Art Contemporain de Moscou ou à Berlin). Il ne cesse de tourner en ridicule la peinture (en s’inspirant de Basquiat), la photographie (de mode par exemple) ou la sculpture (en introduisant du fétiche de cire ou de feu dans ou sur le fétiche premier). Bref Bishof se moque de tout dans diverses techniques de mixages ou au sein d’actions transformatrices pour briser les structures canoniques des arts. Ses œuvres sont des poubelles de signes. Avec la série Meta-Fingers  ses doigts et des Knackis de Herta suffisent à « scrapper » le réel dans divers champs et chants dépendages. Son sacrilège reprend  désormais la jonction   entre production de sacré et de fécal que Paul Valéry lui-même avait anticipé lorsqu’il écrivait « L’objet d’art excrément précieux comme tant d’excréments et de déchets le sont : l’encens, la myrrhe, l’ambre gris ».  Beni Bischof répond à la consommation massive de signes par les tas qu’il en fait et qu’il propose comme médicaments aux constipations morales. La poubellisation des signes, la démolition des objets et la mutation des hiérarchies créent un long happening littéraire et/ou plastique destiné à ébranler le statisme et à provoquer des réactions inédites, des comportements nouveaux et anarchiques. Le créateur invente en cassant.  Mais son travail est aussi une sorte d’engrais organique en quelque sorte.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09/01/2014

Saison Suisse : Vice et « Vertut » de La République

 

Président Vertut.jpg

 

Saison Suisse / Swiss Time Project : « La République, Medio Tutissimus Ibis », Vila du Parc, Annemasse du 18 janvier au 22 mars 2014.

 

 

 

Ceux qui se méfient des faussaires, des complices et des cannibales de la vérité seront ravis par les propositions de « La République ». Elles se veulent la transgression des édits d’une démocratie trop tempérée. Elles ont aussi pour but de faire dilater la rate par les sujets inépuisables que l’art généralement  prend au sérieux.  Et elle rappelle au passage qu’il ne faut pas compter sur les peintres de l’indicible pour révéler l’insondable. Les membres de son gouvernement espère mettre en exergue ce qui se passe derrière la surface des apparences. Le culte des mots  remplace celui des morts et l’artiste héros est détrôné au profit de l'histrion. Seul ce dernier pourrait vaincre le pire en  rappelant que la vie n'est pas qu'un leurre et  la mort un Shakespeare. A la jonction du voir et de l’entendre ce projet se veut  mutation. Clone de Matthieu Vertut - qui en a fait son « corps » et son  réseau de tribulations entre d’autres « corps » ( artistiques, politiques et économiques) – l’autoproclamé Président Vertut  a beau afficher sa République comme «  la fiction d’un projet utopique perverti, un espace totalitaire entièrement voué au culte du consensus mou, de l’individualisme, de la dilution de l’identité » puisque ajoute-t-il « au-delà du rêve social-démocrate-libéral de l’extrême milieu se préfigure une nouvelle forme de coercition et d’autoritarisme plus pernicieuse que toutes celles qui nous ont précédées », il y a loin du flacon à l’ivresse. Gouleyant et un rien dadaïste  les vœux « pieux » restent en état d’inachèvement. L’éloge de la liberté de cette république rentre de facto en « bien-pensance » peu ou prou comparable à celle qu’elle voudrait édulcorer.

 

Le nouveau pouvoir se prétend hors de ses gonds pour demeurer hors état de nuire mais il instruit une série de sophismes que les artistes ministres déclinent. Certains sont de vrais irréguliers de l'art  mais  ils ne peuvent rien face au cannibalisme que porte en lui tout système fût-il iconoclaste d’intention. D’autant qu’il manque sans doute ici les Artaud et Zarathoustra qui au lieu de participer à un système furent prêt non seulement à le mais à se détruire. Le projet était a priori stimulant mais la créativité du XXIe siècle y capote sous une énième forme de banalité post Duchamp et au salage situationniste. Une République ne sera donc jamais un ouvroir aléatoire et potentiel d’un possible mouvement ravageur. Son Président Vertut fait même moins bien que l’iconoclaste Joël Hubaut. Refusant toute présidence ce dernier se contenta de s’affirmer  « recordman du monde de lancer de camemberts ». Mais le Président en ses divagations farcesques se veut plus sérieux qu’il feint de le paraître. C’est là tout le problème. N’est pas Calvin qui veut pour prétendre fonder une république non bananière. Les « peaux » de ce fruit que Vertut lance sous les pieds de l’art ne sont qu’une contribution délétère à un pseudo renversement. Aucun « Diem » n’est tiré même des assauts de « carpe » de ses ministres. Le prétendu schisme bredouille. Cent ans après, il ne fait que parodier le dadaïsme. Il en devient même le cul de sac.


Jean-Paul Gavard-Perret.