gruyeresuisse

21/11/2017

Gabrielle Jarzynski : Hirondelles en marcel

Jarzin 3.jpeg

 

Gabrielle Jarzynski ouvre bien des espaces. Elle en soulève d’autres. Avec ses sœurs ou ses congénères, elle se donne à tire d’elles ou d’eux. De telles hirondelles apportent le printemps même en hiver. Très vite cela dégénère. Mais personne pour s’en plaindre. Bien au contraire. La grivoiserie est dans l’air, voire les griseries d’heures exquises dans des parties carrées où le seul libre arbitre est celui du terrain.

 

 

 

 

Jarzin.jpegIntenable, quittant son habit noir, il entre lui-même dans le jeu. La poétesse l’accepte car elle sait qu’à l’impossible nulle tenue est de rigueur. Grâce à elle et son équipe les hommes ont vite fait de retirer leur marcel. Ils s’offrent des soirées à la Malcolm Lowry plus qu’à la Malcolm X mais si cette dernière lettre est de rigueur. Le chemin du Paradis se pave de mauvaises intentions. Nul besoin de le laver même quand il est irisé de taches suspectes : il faut que les corps exultent que se soit ceux de dockers ivres ou ceux plus tendres de coryphées en tutu.

Jarzin 4.jpgDe leur premier amour aucunes, aucuns ne se souviennent du nom. Certains ont gardé longtemps sa photo dans leur portefeuilles, certaines dans leur sac à main. Mais elle fut déchirée un jour de blues et connut le caniveau. Dès lors les hirondelles pour l’honorer s’habillent d'un doigt de Chanel (ou d’une autre Coco) et cajolent les malotrus d’une brassée de phonèmes (mais pas que...)

 

 

 

 

Jarzin 2.jpegQuand la fatigue guette leurs destriers, plutôt que de se lamenter, les succubes succulentes succombent à un lesbianisme assumé. C’est là l’apprentissage de la sagesse. Du moins celle d’un livre que les chastes yeux liront écarquillés. Ils n’en croiront pas eux-mêmes devant un tel codex du sexe. La parole ne sort plus de soie : elle vient de l’intérieur d’un tricot de peau. Du moins ce qu’il en reste. L’urgence est donc toujours de trouver son semblable, son frère. Mais sa sœur fait tout autant l’affaire.

Jean-Paul Gavard-Perret

Gabrielle Jarzynski, « les Hirondelles », Linogravures de Jean-Guillaume Kuhn, Editions Philippe Miénnée, 2017.

05/11/2017

Micaël Le Gaucher

Micael 2.jpgMicaël, « Plat de résistance »,Espace RichterBuxtore, Lausanne 8 octobre -25 novembre 2017.

Micaël est un parfait hybride franco-argentin, son cœur balance entre le PSG et l’Estudiantes de Buenos Aires. Ailier droit raté, le gaucher est un tireur d’élite lorsqu’il s’agit de faire le portrait de la société. Le « Plat de résistance » exposé à Lausanne complète son «Air du Temps» auquel il donne un sacré coup de vent. Par son caractère acéré des dessins la caricature est tout en finesse et presque toujours à double détente. Les gallinacés que nous sommes sont affublés de scénarios en carton grossier.

Micael 3.jpgDans les stades de tous les pays comme en ceux de la vie le seul siège qui reste vide est celui de l’homme idéal. Les personnages de Micaël pèsent leurs kilos d’idiotie avec quelques miettes de raison autour. Souvent maigres comme des clous ses héroïnes rendent certains hommes marteaux mais ils passent à travers l’amour comme une lettre à la poste : leur prétention suppose une épouse bien qu’ils soient incapables de décoder le trémolo de violon dans  le coup du pipeau.

Micael.jpg

 

Ses personnages ni anges, ni bêtes n’ont pas forcément le diable dans la peau mais pas plus de plomb dans la tête. A bien des égards ils sont nos semblables, nos frères. Pour peu qu’on se regarde nul ne peut en douter. Mais ils nous rassurent : notre bêtise n’a rien d’un Everest à conquérir chaque jour. C’est une Dent d’Oche qui se gravit sans peine.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

19:35 Publié dans Humour, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

03/11/2017

Les pro-thèses d'Eva Stenram

Stenram.jpgL'artiste suédoise Eva Stenram ne cesse de détourner de vieilles photos de pin-up des magazines de charme des années 50 et 60. Elles posent dans des décors d'intérieurs "middle-class" ou devant rideaux et tentures. Elles sont cachées au trois quarts, parfois la plasticienne n'en montre qu'une jambe gainée d'un bas et d'un talon-haut. Le décor passe au premier plan selon une série de retouches astucieuses.

Stenram 3.jpgL’équilibre de chaque photographie est irritant puisqu’il s’érige au service d’uns "claudication"... Sa surface agace moins par les accidents qu'elle comporte que par la femme devenue absence, prothèse ou ambiguïté qui échappe au voyeur. L’Eros est « soufflé » au profit de sa comédie.

Stenram 2.jpgL’artiste s’empare des stéréotypes ave légèreté pour créer un espace où joue le manque. Le tout dans une virtuosité. Elle cultive la profondeur plutôt que la simple verve entre vertige et lucidité par l’acidité que chaque œuvre fomente. Eva Stenram indique le seuil d’un lieu où « l’objet » et le regard se perdent. La femme devient, la proche et la lointaine, la vulnérable et l’inaccessible. Sa présence perdure sans pour autant effacer les pensées de néant.

Jean-Paul Gavard-Perret


The Ravesrijn Gallery,Westerdoksdijk 603, Amsterdam