gruyeresuisse

16/03/2019

Paradis bleu de Reine Paradis

Reine Paradis 3.jpg

Après Los Angeles, Reine Paradis présente  en Europe ses paysages urbains et désertiques décontextualisés de "Midnight". Dessinant une maquette pour chaque prise, elle l'utilise comme référence afin de fabriquer accessoires et costumes nécessaires aux clichés dont elle est l'actrice. Le bleu est une constante dans ce travail : il est autant celui de "la nuit américaine" cher aucinéma que celui du ciel ou de la mer.

 

 

 

Reine Paradis.jpgAu dessus, des arpents de vert ou de jaune donnent un caractère féerique à ses poses là où réel et imaginaire "conceptuels" créent une drôlerie poétique. Reine Paradis invente une notion  d’espace-temps élastique. Le contexte l’est tout autant. La plasticité est dégagée de toute volonté psychologisante afin de laisser le champ libre à la fantaisie et à la séduction.

Reine Paradis 2.jpgLa femme demeure une énigme. Le corps devient aussi glorieux que ludique. La sensualité demeure certes présente mais elle n'est qu'un outil pour accentuer la fantaisie de farce à la beauté étrange. Reine Paradis devient une poupée ludique. Elle se joue du regardeur voyeur comme d'elle-même.

Jean-Paul Gavard-Perret

Reine Paradis,"Midnight", Hôtel Jules et Jim,  Paris, du 14 mars au 14 mai 2019.

08/03/2019

Juul Krajer : devenir femmes ?

Krajer 4.jpgLa galerie "Les filles du Calvaire" de Paris réunissent photographies, dessins, sculptures, et vidéos de l’artiste hollandais Juul Kraijer remarqué en Suisse depuis longtemps. Tous les médiums présentent diverses contorsions humaines et animales afin de  pénétrer l'alchimie des corps et de l'art.

Krajer 3.jpgLe vivant devient une structure drôle quoique parfois effrayante et dynamique. L'oeuvre intègre l’intériorisation du regard à l’extériorisation des formes corporelles. Tout est en mutation et symbiose dans ce qui offre des visions comiques ou ténébreuses et surréalistes. Il s'agit de repenser le corps humain en relation avec les espèces animales dans un trip vital généralisé.

 

 

Krajer 2.jpgL'artiste explore tout autant des états de solitude en évitant tout voyeurisme. Les situations restent impertinentes. La métamorphose du corps intime et social passe des visions corrosives où se mêlent l’inquiétude et l’apaisement provisoire. Les doutes sont perceptibles entre l'absence et une certaine détresse. Tout passe par des plans décalés et divers types d’interstices. Les corps demeurent en équilibre ou en danger mais  toujours prêts à plonger dans la vie pour tenter d’en jouir, même si une force opposée les retient.

Jean-Paul Gavard-Perret

Juul Kraijer, "Exposition personnelle", La galerie Les filles du calvaire, Paris, du 13 mars au 6 avril 2019

07/03/2019

Surréalisme des grandes surfaces : Nadia Lee Cohen

Nadia-Lee-Cohen 3.jpgLa britannique Nadia Lee Cohen est une photographe et cinéaste basée à Los Angeles. Elle y peauffine sa sidération pour la vie americaine. Plus spécialement celle des banlieues ( zones résidentielles, Malls, etc). Elle y invente des récits. Les héroïnes (ou leurs clones) jouent d'une forme d'évasion sexuelle au milieu d'une culture populaire proche du grotesque et semblent accepter, si nécessaire, de sombrer dedans.

Nadia-Lee-Cohen.jpgLe glamour se transforme sous des mises en scène accrocheuses aux couleurs sursaturées. S'y cache de fait une mélancolie subtile et farceuse. Il s'agit de choquer le spectateur afin que ses tabous vacillent par un jeu entre le fantastique et la réalité, le vivant et l'inanimé sans savoir qui des deux possède réellement une âme. Le quotidien se voit de fait défiguré et le regardeur doit toujours s'interroger pour comprendre la nature exacte des photos et de leurs personnages.

Nadia-Lee-Coehn 2.jpgPour les incarner l'artiste choisit des anonymes qu'elle préfère aux modèles. Tout est fait pour casser les conventions d'une beauté hollywoodienne. David Lynch n'est pas loin. Alfred Hitchcock, Stanley Kubrick, les frères Coen ou, côté photographie Cindy Sherman non plus. Là où dans les films les images ne font que passer, la photographie fixe ses transfuges et permet d’insister sur les stéréotypes de la femme comme du paysage : le second devient portrait et celui-ci devient paysage (ravagé, drôle, décalé ou dérisoire).

Jean-Paul Gavard-Perret

Nadia Lee Cohen, "Not a Retrospective", La Termica, Malaga, du 22 février au 12 mai 2019