gruyeresuisse

28/06/2015

Dérives ludiques de Tyler Shields (hors frontières)

 

 

 

 

 

tyler shields.jpgPar ses narrations Tyler Shields oblige les stéréotypes à tisser d’autres destins que ceux qu’on leur assigne. Le photographe américain s’amuse en des multiples torsions impeccables : toute la crasse du réel est éliminée selon une hygiène irrésistible.  L’impeccabilité règne si bien que les situations les plus sordides ou ambigües sont superbement maquillées.  

 

 

Shields 3.jpgCertes le réel est convoqué. Mais uniquement en tant que support aux fantaisies de l’artiste et matière à ses dérives. Chaque narration visuelle  devient fantastique et comique par sa plasticité. Trop vrai pour être pris comme argent comptant la réalité laisse place à des féeries salaces ou dérisoires. Les femmes sont des clones ou des semences d’un désir dont la fièvre demeure de l’ordre du spectacle et du jeu. Les évidences du quotidien comme les références cinématographiques ne sont plus que du vent ou un alizée doucereux. Les poses deviennent des inventions farcesques propres à prendre  au piège  le voyeur dont Shields se moque avec superbe à mesure que ses images inoculent leur agréable venin.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 


Tyler Shields, Andrew Weiss Gallery, Santa Monica, Californie

 

17:44 Publié dans Humour, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

01/05/2015

Marion Fayolle : du bois dont on fait certaines flûtes

 

 

 

 

 

Fayolle.pngMarion Fayolle semble affirmer lorsqu’elle dessine « Le bout des doigts me brûle par le Si indécis que je suis, par le la, la, la de mes chansons graphiques et leur perte d'équilibre ». Le tout non sans un certain surréalisme en formes simples et des couleurs : rouge, bleu, orange bleue au soleil couchant-levant. Le corps épouse des membres imprévus imbriqués selon des greffes et excroissances de l'imaginaire en dérive. 

 

 

 

Fayolle 3.jpgCertes Marion Fayolle est parfois plus « sérieuse » : pour preuve elle dessine des livres pour enfants et leur raconte des histoires. Mais lorsque l’avant-bras droit la fait souffrir elle se détend en dessinant pour des enfants moins sages. Elle décline leur cycle  des vanités. Chaud devant et traverses XXL pour d’inconditionnels baisers. Des lèvres y succombent. Mais qu’on y prenne garde : certaines mâchoires sont armées.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

12/04/2015

L’art, ses arêtes, ses coquilles : Fabian Boschung

 

 

 

Boschung bon.jpg« Fabian Boschung », editions Lage + Pult, Zurich , 2015

 

 

 

Né à Lausanne, Fabian Boschung vit et travaille à Neuchâtel. Son œuvre est régulièrement présentée en Suisse et à l'étranger. Le jeune artiste expérimente divers médiums comme la photographie, la peinture et la sculpture. Parfois  voire souvent ironique l’œuvre cultive une certaine dérision en revisitant à sa main l’histoire de l’art selon des réflexions en actes. Dans un livre qui représente la première monographie de l’artiste suite à son exposition Feeling (présentée l’année dernière au Centre d’Art de Neuchâtel), Simon Derouin et Lionel Gras proposent une analyse  astucieuse de l’œuvre par un dialogue entre « Marguerite et Marcel », personnages fictifs en visite à l’exposition. Boschung.jpgY sont évoqués des sculptures en trophées de coquilles de moule, d'huître ou d'escargot, mais aussi Jackass – le chat de Schrödinger – que Boschung  pétrifie vivant ou encore et entre autres des illustrations du « Manifeste de l'excessivisme ». Marcel y voit une évocation du sexe, Marguerite la considère de manière angélique selon un  sentiment océanique de l’existence tout en restant abasourdi au souvenir d’un  « socle post-minimal prêt à faire des pompes comme un vulgaire athlète. » De telles considérations prouvent combien chaque œuvre reste étrange, complexe et ambiguë en ses « prises ». Chacune implique une certaine distance au moyen de compositions mystérieuses, erratiques et drôles. Créateur d’histoires visuelles, l’artiste  joue avec les concepts de l’art et oscille du surréalisme au pur concept tout en jouant des puissances de la picturalité.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret