gruyeresuisse

01/01/2019

Pinocchio n'est pas de bois - Yve Bressande

Bressande.jpg

Yve Bressande poursuit le recueil(lement) de ses pensées intempestives entre l'aphorisme et l'haiku mais sans jamais se prendre pour un poète voyant. En isolant le fond contextuel de la pensée elle prouve que sa circonférence n'est intéressante que lorsque son cercle est vicieux.

 

 

Bressande 2.jpg

 

Les belles des champs y prennent le rhume des foins face aux Saturne aux taciturnes burnes. Pour chacun les fins du moi semble difficile et sont parfois (surtout lorsqu'ils tombent le dimanche) "un plat de radis sans ciel". Chez Bressande néanmoins l'essentiel est tailleur. L'auteur coupe toutes les mises. Perdants faites vos jeux !

 

 

Bressande 3.jpgCertains d'entre eux croient trouver la martingale en pensant "comme les cons que l'an 2000 est passé". C'est faire beaucoup de cas d'une calendrier qui n'est qu'un cas d'espèce dont l'espace comme l'animal rit. Le poète avance d'un pas plus sûr tout en oubliant le second et c'est ainsi que la pensée trébuche. Le logos admis est réduit à l'état de médicamenteur par notre docteur généraliste. Il se mouche dans son éthernuité.

Jean-Paul Gavard-Perret

Yve Bressande, "Avec un long nez", Gros Texte, Fontfourane, 2018.

30/12/2018

Jan Van Imschoot : c'est là que nous vivons.

Imsshot 3.jpg

 

Jan Van Imschoot dans ses fantasmagories picturales fait preuve d'intransigeance et d'autorité. Son geste se veut baroque et anarchiste. Mais l'érudition nourrit un imaginaire encore plus conséquent. Jaillit un monde stupéfiant, bizarre, insolite qui remplace l’occultation par l’occulte.

 

 

Imsshot 2.jpgFace à la médiocrité de notre monde l'artiste offre une forme de surréalisme (belge donc le seul) fait d’une liberté de circulation dans les cultures oubliées ou reconnaissables ((Tintoret, Goya, Tuymans par exemple). L’artiste reste un insurgé. Il ne brûle pas de faire carrière dans la peinture mais dynamite tout ce qui existe autour de lui, autour de nous.

 

 

Imsshot.jpgDivers types de fièvre ou d'attententes animent sa peinture violente par ses couleurs et les mouvements de personnages. Rien de ce qu’on voit habituellement n'est sous les yeux. Pourtant dans ce monde le regardeur mord en de telles images qui lui font face et le toisent. S’y développent des dérives qui ne se peignent nulle part ailleurs. L’inconnu laisse sa trace sur la banquise brûlante d’une utopie que l’œil n’arrête pas et que le geste crée.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jan Van Imschoot, "Amore Dormiente", Templon, Nruxelles; du 10 janvier au 23 février 2018

 

29/12/2018

Malte Jaeger à la lumière des jeunes filles en fleurs

Jaeger.jpgMalte Jaeger filtre la lumière pâle du monde et la lourdeur des «choses» par des lueurs plus colorées et des présences juvéniles afin de donner au réel en fleurs à peine écloses une alacrité. Se retire le bâillon de la gravité. Existe un appel à l'insouciance dans notre époque de catastrophe annoncée. C'est parier pour un autre horizon et une autre amplitude pour notre monde étriqué. Ici rien n'est encore plié.

 

Jaeger 3.jpg

 

 

Chaque prise met en exerce une dynamique de l'insouciance et l'exaltation du bonheur de vivre. La photographie prend une allure primesautière propre à l’émerveillement des printanières qui échappent à la fuite du temps dans leurs vadrouilles intempestives. Jaillissent dans ces prises et à travers leur mise en scène quelque chose de sauvage, d'instinctif, de gratuit et un appel à l'existence.

 

 

Jaeger 2.jpgIl est soudain l’heure d’entrer dans l'apesanteur et se laisser aller au charme de l'abandon que toute jeunesse mérite - même ou surtout en temps de crise. Le laisser-faire n'a rien de convulsif. C’est un souffle sur une surface travaillée à dessein pour dégager les jeunes filles des miasmes qui les entourent. Elles ont droit à des arpents de liberté. Et lorsque le regard les alpague il est aimanté par des scènes simples et enjouées sortes de contre-feux aux accablements qui nous sont assénés. Respirer avec de telles muses provoque une oxygénation bienfaitrice. Un gage d'espérance esquissée.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:59 Publié dans Humour, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)