gruyeresuisse

24/10/2018

Serbe Labégorre : la volupté acerbe des fantômes

Labegorre 3.jpg

Serge Labégorre ne se contente pas à travers ses portraits de rendre obsédants les vieux fantasmes et des hantises qui brûlent du feu de l’enfer des sens. Le paradis lui-même est incendié à travers ceux qui le représentent sur terre. Eros reste néanmoins souvent le maître des images. Mais que celles et ceux qui veulent se rincer l'oeil passent outre.

 

 

 

Labegorre 2.jpgNul besoin de pratiquer l'hyperréalisme : il "suffit" de traiter le corps à la serpe à travers des couleurs sursaturées pour faire saillir des personnages limites. L'artiste cultive à satiété le « mauvais genre » même si a priori celui-ci semblait être le bon. L'incarnation est grevée de fêlures et d'éboulis sans le moindre repentir. Cela rapproche d’une esthétique hard-core quasi sanguinaire (par les taches de vermillon) mais esthétisante à souhait pour secouer les myopes.

 

 

Labegorre.jpgPoupées brisées, personnages en déliquescence sont le fondement d’une esthétique volontairement et insidieusement drôle. Elle se combine à un propos narratif dont la «leçon» reste en suspens. Labégorre ne montre jamais simplement la femme dénudée, offerte et exposée comme soumise à des lois de la pesanteur. Les modèles ignorent le sourire et semblent se demander ce qu’ils font là. Chosifiés, provocanteurs, mélancoliques ou effrayants les portraits n'ont rien de préfabriqués. Ils viennent percuter les murs de la mémoire d'une présence ravageuse et aigue. Elle s’enfonce jusque dans les arcanes de l’étrange.

Jean-Paul Gavard-Perret

20/10/2018

Anthony Friedkin : traité de philosophie en road-movie

friedkin 3.jpgAnthony Friedkin quoique non abstinent spirituel est fasciné par les marges où le corps se joue de lui-même (et de celui des autres). La Californie est son domaine de prédilection - peut-être par ce que le corps y est plus libre qu'ailleurs. Il en observe les logaèdres et montre comment notre viande s'exprime en fixant certains créateurs de créations paradoxales dont tout le monde se moque.

friedkin.jpgJouant avec le creux des fossés et des bouges il creuse l'image elle même. Mais chez lui elle arrive avant les choses même si celles-ci l'entraînent apparemment. C'est pourquoi la beauté trébuche superbement là où Friekdkin maîtrise tout en montrant ce qui devrait rester caché.

Friedkin 2.jpgLe photographe accepte toujours la chute, le délire, la forçage ironique, la fuite et toutes les sortes d'errances. Elles sont de fait "agies" par les prises dont l'énergie est dans le paradoxe de Saint Augustin : "les paroles s'entendent et la pensée se voit". Bref la photographie devient une page de philosophie transformée en road-movie.

Jean-Paul Gavard-Perret

Anthony Friedkin, "The Surfing Essay", Daniel Cooney Fine Art, New York, 8 novembre - 21 décembre 2018.

 
 

 

19/10/2018

Lori Cuisinier et les extases négatives

Lori Cuisinier.jpgLes photos de Lori Cuisinier viennent de son enfance. Elle construisit son image de la femme, son goût de l'art et sa relation psychosexuelle aux images à travers les magazines érotiques pour hommes. Playboy fut son miroir et la guérissait de sa propre image qu'elle jugeait godiche et osseuse. Hugh Hefner avait transformé la femme en "objet" idéal créé par et pour le regard des hommes.

 

 

 

Lori cuisinier 2.jpgL'artiste a changé ce focus et a ironisé ces images première mais non sans fastes. Ils augmentent la puissance de la femme en reprenant les standards à la Hefner pour mieux les détourner. Les femmes de Lori Cuisinier ne peuvent être apprivoisées et n’appartiennent plus au règne de l'homme et de ses fantasmes. Certes elles continuent de séduire mais selon une stratégie qui n'est pas la "bonne" pour eux". Bref, l'artiste libère ses modèles des tics et des tocs masculins par des compositions incongrues, ambiguës mais belles.

Lori cuisinier 3.jpgElle y soulève d'importantes questions sur le rôle, l’identité et la représentation de la femme dans la société comme dans l’art. Mais l'artiste se détache du discours féministe pur et dur pour un mix du fantastique et du grotesque. Ses poupées cachées inspirent un certain désir mais la photographie prend un aspect quasiment conceptuel. Le corps de la femme émerge de son statut de machine à fabriquer du fantasme. Elle devient un écrin à hantises. S'y cachent d’autres secrets que ceux qu’imaginent les émois masculins. L’artiste en inverse les effluves afin de les transformer en extases négatives.

Jean-Paul Gavard-Perret