gruyeresuisse

23/02/2020

Aimer la littérature pour son mesonge : Jean-Benoît Puech et son double

Puech.jpgLa littérature n’est pas toujours une idéalité dans laquelle l'auteur fait force de loi. Jean-Benoît Puech le prouve avec Benjamin Jordane son semblable, son double auquel il arrive à la compagne d'un père trompé  de coucher avec la créature qu'il a inventé...

En lieu et place de l'autofiction se profile un pur geste iconoclaste. La littérature n'est plus tabulée par le positivisme. Puech propose de nouvelles logiques de représentation où disparaît chaque fois l’unilinéarité des représentations comme dans cette nouvelle et le texte qui la complète.

Puech poursuit son jeu de miroirs et d'indices d’organisations et de variations, de système d’espaces et de temps. La fiction remet à nu des lois, des invariants dans des stratigraphies qui font que le corps d'une entité - entendons Benjamin Jordane - ne possède rien d'un corps céleste gazeux.

 

Puech 2.jpgLa croûte solide de la fiction se transforme en surfaces faussement dormantes sur lesquelles peuvent s’empiler des questions fondamentales : qu’en est-il de l'écriture, d'un auteur et plus généralement de la littérature dans une période où la virtualité joue des tours et où le roman classique est livré à sa pauvreté ?

Ici la nouvelle ne se réduit plus à un magma égotique en mal de sédimentation et en excès de théâtralité. Contre toute cohésion homogène, l'auteur multiplie les chausse-trappes. Et cette nouvelle nouvelle navigue loin de l’analogue et du fétiche : deux officiers s'entretuent en terre foraine au nom d'un missionnaire dont le légende et peut-être douteuse.

D’où la nécessaire outrance sans laquelle une prise en charge des histoires individuelle et/ou collective ne peut avoir lieu : Puech une fois de plus  met devant un corps qui n'est pas le sien mais fait pénétrer par sa peau une partie de son secret. La fiction devient signe sous une ligne de flottaison qui ne cache plus ses ruptures, ses secondes et ses tierces là où l'auteur et son double se moquent autant de l'éternité que du néant.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jean-Benoît Puech, "La mission Coupelle", Fata Morgana, Fontfroide le Haut, 2020, 56 p., 13 E..

20/02/2020

Les dessins à quatre mains de Caroline Ventura et Simon Paccaud

Paccaud.jpgCaroline Ventura et Simon Paccaud, "Dessins à quatre mains", 18 dessins, TSAR 23 editions Star Books Lausanne, CHF 18exposition à Valentin 61, Lausanne, Février 2020.

 

Comme pour la plupart de ses projets Simon Paccaud aime inviter d'autres créateurs à travailler avec lui. Son hymen plasticien avec Caroline Ventura a permis à l'un et à l'autre d'explorer de nouvelles directions. Les deux artistes avait déjà fait ensemble quelques collages mais le projet a eu du mal à se dessiner. Néanmoins Caroline Ventura pleine d'énergie et d'imagination a emporté son partenaire loin de ses images de prédilections ludiques et à caractères très masculins.

Ventura 2.jpgUne fois lancé le projet s'est réalisé dans un atelier en plein air. En discutant de la vie, les deux artistes ont créé des narrations enjouées et vives. L'une a colorié des zones, l'autre les a détourées en rajoutant des lignes sur lesquelles la première a rebondi. Au besoin se sont ajoutés autocollants, un petit chrome, etc. L'été fini au bord du Léman, tout s'est de fait achevé à la station de métro Poissonnière de Paris pour un nouvel échange de dessins. Simon Paccaud a été si emballé par certains dessins de Caroline Venture qu'il n'a même pas eu envie de les colorier.

 

Ventura 3.jpgLes oeuvres sont d'un dynamisme neuf et jouissif. Existe un plaisir du dessin qui ravit le regardeur. Les deux artistes espèrent ne pas en rester là : "Vivement l’été prochain,  les maillots de (...).Mais qui sait peut-être qu’on prendra un train pour aller dessiner le tessin" disent-ils. C'est ce qu'on souhaite aux futurs spectateurs des oeuvres à venir comme à leurs créateurs plein "d'en train".

 

Jean-Paul Gavard-Perret

02/02/2020

Phrase - phases sans emphase ni anaphore : Gilbert Bourson

Bourson.pngLe temps dresse entre nous et les œuvres du passé une manière de les couler dans un bronze qui n'est pas forcément le bon. Et, en pensant au travail sur la langue de Guyotat (et implicitement de Joyce), Bourson a relu l'épopée grecque qui écrit-il "implique le sexe dans le bordel conflictuel de l'histoire". Tout se joue en effet "autour du cul d'Hélène". Mais la charge érotique du récit premier fut jadis effacée au profit de conflits politiques. Manière de cacher non seulement les seins qu'on ne saurait voir mais aussi les turpitudes des réservoirs de pulsions et de domination auxquelles la politique et la guerre tiennent lieu de cache-sexe.

Bourson 2.pngEn une seule phrase qui débute avant les premiers mots de texte et va se poursuivre après son terme provisoire, Gilbert Bourson illustre combien sous le joug guerrier se déploie le noeud sexuel que les termes polémologiques et militaires maquillent. Ce livre est donc celui de la chair en tous ses états - fruit vert ou pourriture. Il est celui des métaphores et des nouvelles métamorphoses que l'auteur accorde au récit primitif.

Bourson 3.jpgDans cette longue phrase - qui semble dénoter le titre même de "phases" - le point d’appui reste introuvable mais il "tient" par la somme du corpus et son mouvement des corps. Celui d'Ulysse et les autres jusqu'au "bouillant Ajax chanté par Offenbach". Tous attendent que quelqu’un vienne les rejoindre dans les boucles de leurs barbes. Sous prétexte de guerre ils rêvent de pouvoir basculer celles ou ceux qu’ils aiment à l’intérieur d'eux-mêmes. Ou en dehors. Preuve que l'histoire d'amour n'a pas de fin. Elle dépasse le temps d'où la nécessité des récits mythiques dont ce texte indique des "Phases".

Jean-Paul Gavard-Perret

Gilbert Bourson, "Phases", préface de Philippe Thireau, coll. "Tinbad - Chant" Tinbad éditions, Paris, 2020, 80 p., 13 E.