gruyeresuisse

08/04/2021

Le "Living Theatre" de Gianni Motti

Motti.jpgGianni Motti est un artiste contemporain suisse iconoclasme. Dessins, installations, performances, actions, vidéos, photographies lui servent très souvent de ce qu'il nomme ses "revendications" qui marie une forme d'appropriation à un terrorisme ludique et l'humour acerbe.Motti 2.jpg
 
Il fut un temps (1986) où il revendiqua l’explosion de la navette spatiale Challenger. Elle passa même par les agences de presse, auxquelles il envoya la photographie de son visage couvert d’une cagoule noire, tenant la une de La Repubblica titrant sur l’accident mortel. La photographie s’accompagne d’une lettre de revendication, en majuscule, avec une étoile noire cerclée en guise de logo.
 
 
 
 
Motti  4.jpgMais il ne s'est pas arrêté  en si bon chemin. En 1992 il revendique un tremblement de terre californien ainsi que plus  des tremblements de terre alpins. Se définissant comme autodidacte son oeuvre reste en prise sur le réel non seulement tectonique et technologique mais économique, politique et même sportif.
 
 
 
Motti 3.jpgSon actionnisme indirect provoque comme conséquence directe  ses œuvres d’art. En 1996, il se présenta  comme candidat, depuis la Suisse, aux élections présidentielles américaines. Un an plus tard il s’invita à la 53e session de la Commission Internationale des Droits de l’Homme à Genève où il parvient à occuper le siège vacant du délégué indonésien et prend la parole en faveur des minorités culturelles. Mais ce ne sont là que quelques exemples de ses bienfaisantes mauvaises actions. Elles prouvent que l'art garde toujours quelque chose d'intéressant à dire et montrer en le transformant en un "living theatre" espiègle et engagé.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
De l'artiste : Gianni Motti, Monographie, Presses du Réel  et Migros Museum, Zurich, 264 p..
 

28/03/2021

Las Vegas Parano - Vicky Martin

Vicky 2.jpgCette série conceptuelle de photographies  est inspirée par Alice au Pays des Merveilles. Immergée dans un monde imaginaire, l'héroïne montrait son courage et sa force en étant capable de naviguer avec succès à travers un pays fantastique.  Mais dans le Nevada et plus particulièrement à Las Vegas  - des magies inspirées par Carroll il ne reste que des machineries dérisoires. Le pays des merveilles moderne est donc un ersatz.
 
 
Vicky.jpgLa photographe s'est identifiée  au thème de la non-appartenance qui figure en bonne place dans le récit d’Alice. Alice, est  ici  accompagnée du lapin blanc de Lewis Carroll. Il permet à Alice de se faire passer pour deux personnes. L’idée d’Alice projetant certaines de ses propres pensées et sentiments sur une autre personne est donc la base du jeu entre les deux héroïnes de Martin. et ce  pour qu'à la fin Alice trouve le courage de devenir elle-même.
 
Vicky 3.jpgCertes l'aujourd'hui des oripeaux de Las Vegas ne sont plus là que pour offrir des Paques amnésiques mais la dulie séculière se hâte d'enlacer à sa plainte une autre musique là où Alice et le lapin blanc reflètent le conflit qu’un individu ressent lorsqu’il quitte la sécurité et le confort de l’enfance pour la pression et à l’angoisse d’être un adulte.
 
Jean-Paul Gavard-Perret
 
Vicky Martin,  "Curiouser and Curiouser", 2021, L'oeil de la Photographie.
 

18/03/2021

Ben : Faits railleurs  

Ben 9.jpgBen (Benoit Ben Marchesini), "En liberté", Espace Mora Mora,  Genève, du 23 mars au 24 avril 2021
 
Il existe en Suisse deux Ben. L'un s'est exilé à Nice, l'autre est demeuré dans son pays natal. Né à Nyon en 1968, ancien élève  de l'Ecole des Arts Décoratifs de Genève, 1986-1991 il est graphiste, illustrateur, auteur et dessinateur de presse depuis 1992 et vit et travail à Genève
 
Ben 4.jpgJouant avec l'autorité des règles de la narration, l'auteur les relègue par besoin d’irrévérence ou par un côté mal élevé  mais parfois  pour créer une sorte poésie subtile. Elle permet de rire de tout dans le retournement figural. Le dessin est donc parfois typique de l'iconographie de presse mais parfois ses narrations deviennent plus elliptiques. Car si souvent le travail est appuyé sous l'angle de la caricature,  parfois l'artiste invente d'autres visions.
 
Ben 5.pngCertaines sont habilement fléchées. D'autres pas et participent  la perte des repères  autant des personnages que des spectateurs là où les points d'aboutissement remettent en question ce qu'a été le dessin avant lui car il propose ce qui n'est pas attendu et alimente - au-delà de l'humour - une réflexion sur le monde.
 
Jean-Paul Gavard-Perret