gruyeresuisse

08/02/2019

L'hiver suisse par ses photographes

Suisse Werner-Bischof.jpg"L’hiver dans la photographie suisse", Bildhalle Galerie de photographie classique et contemporaine, Zurich jusqu'au 21 février.

Retour aux idées mères : la Suisse aurait pour matrice l'hiver. Ses stations, sa géographie, sa mythologie n'y sont pas pour rien. Mais "la grande peur de la montagne" s'est transformée en plaisir et parfois en snobisme du côté de Gstaad, Davos, Saint Moritz. Mais en choisissant leur approche et leur monde les photographes peuvent donner libre cours à leur imaginaire afin d'imprimer leurs traces sur la poudreuse. Dans la forêt, sur des bronzariums des pas suivent diverses cadence entre travail, vitesse ou farniente.

Suisse René-Burri.jpgL'exposition reprend l'iconographie à la pré-origine du cliché avec les estampes d’Albert Steiner extraites de la collection Kaspar Fleischmann qui n'avaient jamais été montrées. Mais se découvrent très vite les prises des photographes suisses iconiques : Werner Bischof, René Burri, Arnold Odermatt, René Groebli, Philipp Giegel et Sabine Weiss. Elle et ils sont accompagnés de photographes plus jeunes : Robert Bösch, Guido Baselgia , Daniel Schwartz et Bernd Nicolaisen.

 

 

 

Suisse Philipp-Giegel.jpgTous traduisent à leur manière non seulement la beauté des lieux hivernaux, la grâce des skieuses mais aussi la vie telle qu'elle est. Preuve qu'au sein d'une exposition "historique" tout n'est pas animé par la nostalgie mais par une esthétique en mouvement. Elle est soulignée par des propositions plus récentes comme les spécimens photographiques uniques de Douglas Mandry ou les paysages de Sandro Diener. Ici nulle glaise ne sera glu - il s'agit de plonger encore et toujours dans les neiges comme angles de vue et de vie.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Photos de Werner Bischof, René Burri, Philipp Giesel.

11/12/2018

Benjamin Hoffmann : tout à l'égo (mais pas trop)

Hoffmann 2.jpgChacun fait ce qu'il peut avec lui-même. Comme le rappelle B. Hoffmann en citant S. Solomon "le vers est au coeur de la condition humaine"  - et ce quelle soit la fraîcheur de son fruit. Des lors puisque "au commencement est la mort" chacun se débrouille avec cette idée quasi immédiate de la conscience (à trois ans nous saurions déjà à quoi nous sommes voués).

Hoffmann.jpgParce que cette révélation est un scandale, les êtres humains luttent comme ils peuvent selon leurs armes et leurs appétits. Certains - les plus sensés - se contentent de peu en assurant la survie de l'espèce par la procréation. D'autres plus instatisfaits cherchent d'autres solutions au problème de la mortalité. Parmi elles, ceux qui estiment que seule la partie spirituelle de notre personne nous survivra font de la littérature la grande affaire de leur vie. Quelles que soient leurs qualités intrinsèques dans ce domaine ils pensent que leurs mots dépasseront leur mort.

Hoffmann 3.jpgGrand bien leur fasse répond Hoffmann. Non qu'il veuille les dissuader. Il serait le plus mal placé puisque lui-même pratique l'écriture. Mais il tient à souligner qu'il s'agit là d'un fétiche pour voiler le néant et notre horizon d'"être-pour-la mort". L'auteur demeure néanmoins sinon cruel  du moins lucide : il montre combien les conditions de la postérité restent parfaitement aléatoires et toujours relatives. Certes quelques grands noms (Shakesperare par exemple) émergent. Mais leur notoriété reste statistiquement très relative. Et ce que la postérité retient passe par des filtres mystérieux. L'auteur les expose brillament. C'est une manière des plus robustes de rappeller que toutes nos "vacations sont farcesques" (Montaigne). Et qu'importent leurs enjeux. Ce qui n'implique en rien de renoncer. Dès lors que "ça suive son cours" (Beckett) sans se faire le moindre illusion sur le résultat. Mais la trajectoire vaut sans doute mieux que le but.

Jean-Paul Gavard-Perret

Benjamin Hoffmann, "Les paradoxes de la postérité", coll. "Paradoxe", Editions de Minuit, Paris, 2018, 256 p., 29 E..

07/12/2018

Sophie Guermès et "la" Bucarelli

Guermies 2.jpgDans ce roman vrai de Palma Bucarelli l'auteure écrit les luttes, les vexations, les humiliations, mais aussi et surtout les victoires et la sérénité d'une femme libre qui sauva les coillections de peintures et de sculptures de la Ville Eternelle lors de la Seconde Guerre mondiale puis ouvrit Rome à la modernité de l'art.

Guermies.jpgSophie Guermès est habile. Pour raconter cette aventure exceptionnelle l'écriture se fait âpre et dur dans les moments où le lamento se serait imposé chez beaucoup. Elle devient lyrique dans les moments plus creux.  Pour ce travail de mémoire la fiction est choisie en lieu et place de la biographie. La romantisation permet aussi de souligner combien la vie de la Bucarelli fut un conte.

Et ce au sens plein avec ce que le genre draine de douleurs et d'enchantements là où les territoires interdits sont dépliés. Existe un gout parfait du timing et de la narration. Ici l'Italie sort de la romance classique et attendue. Là où  la morale épidermique du temps ne fait pas florès, l'auteure réinvente une héroïne qui fut capable d'accueillir le monde pour le réinventer.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Sophie Guermès, "Bucarelli-Roma", Les Editions du Litteraire, Paris,166 p., 19 E., 2018.