gruyeresuisse

25/10/2016

L’ombre de la violence : Regina Schmeken

 

Schmeken.pngRegina Schmeken - sortant des évocations ludiques et impertinentes du monde du football -  présente des territoires de douleurs et de larmes. Mais dans ses photographies n’existent que des traces de la violence commise. Elle n’est donc pas montrée directement mais « simplement » par les « restes » sur douze lieux où des crimes ont été commis récemment par le parti national Underground (NSU). Ces images sont impressionnantes par ce qu’elles sous entendent : la terreur demeure présente mais cachée.

Schmeken 2.jpgNi les meurtriers, ni les victimes ne sont visibles. Pourtant l’effet est sidérant par la puissance du noir et blanc en grand format. Les œuvres de Schmeken sont accompagnées de textes qui rappellent l’histoire du NSU et ses méfaits. Par exemple, Annette Ramelsberger, reporter au « Süddeutsche Zeitung » signale que ces scènes de terreurs et de larmes ont été accompagnées par la joie clandestine des meurtriers auteurs des attaques à la bombe.

Schmeken 3.jpgLe livre ne se veut donc pas seulement un témoignage mais une manière de faire réagir les regardeurs face aux photographies d’une artiste rare dont les œuvres sont visibles entre autres au MoMA de New York ou à la « Pinakothek der Moderne » à Munich.

Jean-Paul Gavard-Perret

Regina Schmeken, « Blutiger Boden. Dis tartore des NSU », Editions Hatje Cantz, Berlin, 2016, 144 pp., ca. 80 ills, 35 Euro

 

03/09/2016

La lutte F.I.N.A.L.E.

 

Humus.pngEros Indéfiniment, Editions Humus, Lausanne, 49 CHF, 2016.

 

 

 

 

Humus 2.pngCréée, en 1996, à Lausanne, la Fondation Internationale d’Arts et Littératures Erotiques (F.I.N.A.L.E.) rassemble les productions pluridisciplinaires que l’érotisme a inspiré et inspire : textes, oeuvres d’art, films, B-D, jeux, gastronomie, objets. Cette fondation est unique dans le monde francophone et « Eros, indéfiniment » sort de ses collections 1300 images passionnantes de ce patrimoine sulfureux. Le livre fait aussi place à 19 auteurs qui par leurs contributions enrichissent ce corpus (citons Philippe Brenot, , Isabelle Falconnier, Patrick Morier-Genoud, Emmanuel Pierrat, Michel Claude-Hubert Tatot, Chloé Voillat, Véronique Willemin).

humus3.jpgDans un tel ensemble le corps ne prend part - pour notre plaisir - qu'au déséquilibre. Le Y inspire, par sauts, d'inouïs émois. Un point d'union de gré à gré entre deux gués se dessine du diverses façons. Les formes s’envolent en flots pour les étreintes sous feulements qu'indique le jeu des courbes. Au besoin de petites "pestes" lectrices font oublier leur haut en grasseyant du bas là où le corps s'écope. Chacune ouvre son port de reine et lâche les chiens. L'ut du rut n'est pas forcément très loin. Adossés aux solives les corps fleurissent de leurs puits. Laçage, démâtage, peau halant vers nue et nuées. Les chairs de tout âge soutiennent et cognent, s'immiscent entre guenilles. Il y a du sel et de poivre. Comme les corps ils se mêlent.

Jean-Paul Gavard-Perret

16/04/2016

Dans l’étau : Philip Mechanicus

 
Philip Mechanicus, « Cadavres en sursis », traduit du néerlandais par Mechanicus.pngDaniel Cunin, Editions Notes de Nuit, Paris, 455 p., 21 E.


Les treize cahiers de Philip Mechanicus touchent les bords de l’horreur de la manière la plus chirurgicale. Fils d’une famille juive prolétaire d’Amsterdam l'auteur mena une brillante carrière de journaliste avant d’être déporté via le camp de transit de Westerbork à Bergen-Bedsen puis fusillé à Auschwitz. Le camp hollandais reste méconnu. A l’origine il était sensé héberger des réfugiés juifs allemands. Mais après l’invasion de la Hollande par les Nazis, ce camp passa sous leur administration. Il devint le corridor labyrinthique permettant de « transvaser » (écrit Mechanicus) les juifs hollandais de leur pays vers les camps de Pologne. Une organisation particulière vit le jour à Westerbok. Ceux qui l’avaient fondé pour « sauver » les juifs allemands servirent de « tampons » face aux SS. Certains juifs furent utilisés de manière diabolique et devinrent le bras armé de l’extermination de leurs frères victimes innocentes. Westerbork fut d’ailleurs considéré à ce titre par le commandant SS du camp comme le « musterlager » (camp modèle).

Mechanicus bon.jpgLe journal est impitoyable. Il reste non seulement un témoignage mais une oeuvre littéraire majeure tant son écriture est exceptionnelle en ses fulgurations. Elles permettent d’atteindre des espaces ignorés voire cachés. Tout est clos et pourtant tout éclate et devient insoluble à l’oubli tant est suggéré la tragédie de l’être coincé dans l’Histoire du Chaos et en ses plis cachés. Mechanicus prouve que la solidarité et la fraternité sont de peu de poids face à la panique. Nous sommes bien loin du ghetto du Dictateur de Chaplin : c’est celui d’Hitler dont il s’agit. Avec, dans le livre, tout ce qui s’imagine si mal ou si peu.

Jean-Paul Gavard-Perret.