gruyeresuisse

03/01/2018

John Armleder toujours

Armleder.jpgJohn Armlerder, « Hors sujet », Galerie Joy de Rouvre, du 18 janvier au 3 mars 2018.

John Armleder suit toujours son idée première (du moins telle qu’il aime la présenter) : ne pas fonctionner sur l’intelligence mais sur des commandes qui deviennent une impulsion créatrice. Mais ce n’est pas si simple. Ce que l’artiste choisit (objets par exemple) est la résultante de tout un travail de maturation. Certes Armleder prend soin de les décontextualiser comme il le fit naguère avec les « Furniture-Sculptures ». Libre au spectateur de « rebondir » dessus.

Armleder 2.pngL’artiste sait aussi que si en théorie « une œuvre d'art n'est pas forcément pensée pour un usage muséal », de fait elle est toujours considérée comme telle même pour usage et environnement personnel. Néanmoins l’artiste – le sachant – a toujours soif de créer des décalages. Fidèle un temps avec ses « dot paintings » à une sorte de « pointillisme », son « fluxisme » originel rejoint une forme de constructivisme qu’il poursuit en cultivant néanmoins et toujours divers types d’écarts dans et par la peinture.

Armleder 3.pngC’est pourquoi en dépit des étiquettes qui peuvent s’accoler à l’œuvre, Armleder s’en dégage sans forcément organiser un discours politique autour d'un style ou d'une méthode pas plus « de faire un carton d'invitation avec un tableau ». Ses "Wall paintings", les sculptures en plexiglas, peuvent donner l’impression qu’il passe vers le décoratif. Mais c’est là une vue de l’esprit. Il est vrai que celle-ci est déterminante Mais ce serait ne pas comprendre ce qu’une telle peinture prend en charge de la réalité. Ce qui paraît environnemental ne l’est jamais. Visiter l’exposition de Genève permet aisément de le comprendre.

Jean-Paul Gavard-Perret

31/12/2017

Mandla Reuter : enveloppes et (en)voyeur

Reuter Bon.jpgMandla Reuter, Galerie Mezzanin, Genève, du 18 janvier au 17 mars 2018.

Mandla Reuter (né en Afrique du Sud et travaillant à Berlin) s’est fait connaître avec « Atlantis » (2016), sculpture composée d’un grand ballon gonflable utilisé par les archéologues-plongeurs pour ramener à la surface le résultat de leurs fouilles. Ce ballon possède une valeur poétique afin de signifier que toute œuvre d’art a pour fonction de ramener au jour ce qui est caché, perdu, oublié. Reuter 2.pngTelle une baleine échouée l’œuvre peut accoucher d’un Jonas riche d’un obscur passé. Auparavant il avait présenté à la Kunsthalle de Bâle, « The Shell » projection en boucle d’un plan fixe sur une sculpture en coquillage - élément de la fontaine de Trevi. Pour « Fountain » il fit le choix transporter 5000 litres d’eau provenant de la véritable fontaine romaine afin de proposer métaphoriquement et de manière aporique la puissance d’un rêve de monument, d’architecture, d’histoire et de cinéma. Et ce dans la forme minimale d’un contenant industriel…

Reuter.pngL’aspect spectaculaire de l’éclat et de l’évidence est donc toujours diffracté. Mandla Reuter préfère par ses montages proposer de traces d’un lieu dont l’existence reste incertaine. D’où le sentiment de vide programmé non sans humour et selon l’étude ou le montage de divers système. Ils sont propres à créer des doutes et des incertitudes en des interrogations qui demeurent toujours à plusieurs entrées. La notion d’enveloppe y est souvent traitée de diverses manières car elle est le symbole de ce qu’elle induit mais qu’elle cache encore. C’est ce secret que l’artiste développe paradoxalement en un processus de dématérialisation de ce qui nous entoure là où tout oscille entre document et fiction

Jean-Paul Gavard-Perret

25/12/2017

Natacha Donzé : incarnations

Donzé.jpgLes textiles et les peintures de Natacha Donzé n’excluent jamais la peur mais recèlent une profonde beauté. Elles provoquent parfois même, en leurs fragments, une fascination. L’humain s’y « découvre » d’une autre façon. Son corps n’est plus un blason. Mais s’en dégage une puissance étonnante par un clin d’œil à une forme de dérivation de l’art textile le plus récent. Une puissance poétique est créée par les formes humaines et animales au sein de danses qui donnent aux situations des présences étranges. Le désir prend au sein de « ruines » d’étranges proportions, séquence par séquence, morceau par morceau.

Donzé 3.jpgAu cœur de l’hybridation se mettent en place de nouvelles données corporelles et une paradoxale injonction vitale qui sont suggérés en ces éléments du corps. Celui-ci demeure l’ « objet » (ou le sujet) obsessionnel par excellence que traite l’artiste. Confrontés à de telles œuvres - et c’est une de leurs valeurs majeures - les regardeurs sont plongés au sein d’une communauté étrange. Ne subsiste aucune sollicitude sécurisante pas plus qu’une tranquillité apaisante. Néanmoins restent des invitations au voyage emplis de sensualité par la force des couleurs et le feston des surfaces.

Donzé 2.pngEn ce sens - tout en pesant de son poids de « chair » par les effets de matière - l’œuvre demeure toujours céleste C’est d’ailleurs là toute l’ambiguïté et la force d’une telle résurrection. L’artiste sait déplacer nos points de vue en inventant de nouvelles incarnations. Cela s’appelle vanité humanité réduite à ses fragments et aussi échappées d’âme. Le corps en ses parcelles devient le lieu qui inquiète la pensée. Le premier situe, enveloppe, touche, déploie la seconde.

Jean-Paul Gavard-Perret

Natacha Donzé, Exposition personnelle, Quark, Genève, 18 janvier - 3 mars 2018.