gruyeresuisse

14/02/2015

L’insaisissable émotion cinétique de Maureen Kaegi

 

 

Kaegi.jpgMaureen Kaegi, Galerie Mezzanin, Genève, du 19 mars au 23 mai 2015. "Focus",  Kunstmuseum, Winterthur jusqu’à fin février 2015.

 

 

 

Il arrive que les couleurs consolent. Encore faut-il que leur  mariage consume les apparences. Maureen Kaegi l’organise. Elle distribue les couleurs en dentelles, étoilements et plages. Celles-ci ignorent la paix idéale comme les mouvements de chaos. Une intériorité émerge. Son pur commencement est la poésie de la nature défaite des entraves les plus évidentes.  Nappes et filaments créent des champs perceptifs en mirages. Ils traversent des nocturnes tels des aurores boréales.

 

 

 

Kaegi 2.jpgDes chorégraphies visuelles abandonnent quelques laisses de blanc en trainées. La texture n'est pas monologue, mais dialogue. L'ajout de pigments purs ou en glacis permet de comprendre, petit à petit,  l'obscur comme la lumière de ce qui s'ignore encore.  Tout s'enflamme ou s’étend ne formant  plus qu'une unité d'ombres et de lumières réunies sur le support. Maureen Kaegi opère dans la précision, la juste touche afin de créer le mouvement de vie. La peinture semble boire les océans et déplacer la montagne.  Qui peut la reconnaître ? Qui peut la voir ? À quelle porte vient-elle frapper ?Toujours est-il que imagination va bien au-delà de la réalité. 

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

 

 

10/02/2015

Jeu de mains n'est pas pas de vilain - Katja Schenker

 

 

Schenker.jpgKatja Schenker, “ Zementgarten ", EAC (Les Halles), Porrentruy, du 15 février au 12 avril 2015

 

 

 

Pour  Zementgarten   dont la commissaire d’exposition est Esther Maria Jungo, Katja Schenker  poursuit son travail d’action et de performance. Elle crée à Genève un « jardin » en ciment composé de structures  mouvantes où l’intervention corporelle joue un grand rôle. L'expo  est finalement constituée, de 5 photos d'éponges colorées, de  dessins au mur et au sol ainsi que de 2 stèles en béton, le tout   issu de processus performatifs. Les stèles sont  des positifs de  moulages ou plutôt d'intrusion de doigts dans de l'argile. Masse et fragilité se répondent là où différents types d’énergies et de matières entrent en jeu. Le rôle de la main y est essentiel. Il s’agit à la fois de « donner la main » à la matière puis de lui trouver des échos dans des pièces de porcelaine conçues pour l’exposition.  L’index et le majeur y deviennent le symbole de « l’outil » principal mais aussi développent l’idée non seulement « de jeux de mains,  jeux de vilains» mais de souligner un geste de paix.

 Katja.jpg

Existent un principe d’utopie, un scénario fictif pour une narration très particulière. Elle permet de repenser le statut de l'œuvre d'art et de son contexte de production au sein de la labilité d'une expérience sensible. L’idée de Sol Lewitt selon laquelle “ la machine fait l’art” et donc reprise à la base par la présence de la main. Celle-ci inscrit à la fois la subjectivité dans la création mais s'intéresse à la production d’œuvres d’art et leur construction. L’œuvre dans son ensemble crée un espace mental utopique. Il offre des pistes d’appréhension mais aussi une grande jubilation.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

06/02/2015

L’Enfer au Paradis - Laure Gonthier

 

 
Gonthier.jpgLaure Gonthier, « La tendresse des pierres », Milkshake Agency,  Genève,  du 5 février au 22 mars, 2015.

 

Sans trahir Dante - bien au contraire - Laure Gonthier propose des sculptures aussi nocturnes que lumineuses. Elles prolongent les apparences en les métamorphosant selon divers assemblages. Percent des échos noirs et sombres qui semblent sortir des cercles de l’Enfer pour les monter en suites au paradis grâce à leur puissance de dilatation. Le corps lui-même sort de ses soies et de ses larves. De tels cadavres exquis, surgit le signe d’une ivresse sans dieu en cet étrange Eden.  Un soleil paradoxal creuse parfois les ventres, gonfle des poitrines. Des bruits semblent claquer dans un flot qui brise la mort et la punition par ruissellements de lumières noires. Existent ça et là des carpes étranges qui se lovent comme des serpents. Avec délicatesse et tendresse la Lausannoise Laure Gonthier tire la brute hors des eaux. Elle couche le halètement sur des berges fiévreuses de brumes. Demeure l’étrange hypnose des désirs qui ne se sont pas tus : le regardeur y épouse des corps prisonniers de pierre, d’os et de chair, il se couche contre eux.

 

Jean-Paul Gavard-Perret