gruyeresuisse

21/01/2015

Rencontres intempestives et déséquilibres : Gérard Domenig

 

Domenig bon.jpgGérard Domenig, Galerie Mezzanin, Genève. "Artgenève" du 25 janvier au 1er février 2015.

 

 

 

Sans y toucher et avec un humour soufflé Gérard Domenig propose des rapprochements inattendus d’objets simples du quotidien qui rentrent en complicité.  Existe dans cette approche plus de délicatesse que d’insistance afin que le mot « envol » prenne tout son sens. En une radicalité minimaliste, en noir et blanc (ou parfois en couleurs) la photographie propose des renaissances. Elles contiennent forcément des abandons. Mais une « complétude » nouvelle est à l’œuvre avec séduction discrète.

 

 

 

Domenig.pngDans une prise et une perte, les objets utilitaires envahissent parcimonieusement l’espace en étant privé de leur rôle premier. En leur rencontre surgit - par quelques détails - une beauté. Elle n’est plus « normalisée » même lorsque l’objet (une boîte de crème Nivea par exemple) est là pour la protéger.  Duchamp n’est pas loin. Domenig poursuit ses dérivations et glissements poétique. Tout dans l’œuvre lutte contre l'enfermement, remonte du coma des apparences et de l'obscur. S'il y a seuil il n’est que de rupture au sein d’une coïncidence toujours défaite.  D'où cette superposition d'une continuité et d'une similitude mais aussi un ordre de la dispersion où celle-ci est contredite par la "loi" d'assimilation. Le noir fait l’étendue neigeuse, à la frontière de deux lignes mélodiques dans la perfection des cercles et des verticales.

 

 

 

Jean-Pau Gavard-Perret

 

 

 

 

 

Laurent Faulon : l’objet et son double

 

 Faulon 1.png

 

Laurent Faulon, « Les corps fatals », TM Project, Genève, 31 janvier – 28 février 2015. « Life, life, life », Textes de Pascal Beausse et Pierre Tiller, Presses du réel, 96 pages, 20.00 €

 

 

 

Laurent Faulon s’est fait connaître par ses performances critiques où le corps est soumis  à des systèmes de pouvoir dans lesquels chaque individu est asservi par son « utilité » à son obéissance. Mais passant de l’action à l’installation, la critique  du consumériste est aussi présente  par des objets à la fois dévitalisé, détournés, réduits à des ruines qui ne sont néanmoins jamais exhibées en leur état premier. Toute une transfiguration a lieu. Néanmoins l’ « objet-art » perd sa valeur à fort potentiel narcissique, muséal ou financier.

 

 

 

Faulon 2.jpgDe plus, chaque prestation ou présentation se refuse à être comprise comme un produit fini. D’autant que Faulon en appelle à divers acteurs et intervenants : autres artistes ou habitants des lieux d’intervention. Certains projets sont d’ailleurs initiés dans des logements sociaux, des chantiers de construction, etc. et dans des pays sinon exotiques du moins éloignés de la base du plasticien (Genève). Chaque lieu est considéré comme un territoire d’« occupations »  où l'art se lit comme question et non réponse au cadre choisi à dessein. Un tel travail d'interventions, souvent éphémères et contextualisées objets et cadres créent un labyrinthe où le regard en se perdant retrouve un relief caché. Ce qui se découvre derrière l’apparent bric-à-brac de mises en scène et de jeux d’images propose une frénésie particulière où - liesse mise à part – l’ordonnancement pimente ou plutôt détruit bien des légendes idéologiques.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

19/01/2015

Christian Bernard : collection privée et musée

 

Mamco Bon.jpgChristian Bernard, « 12 notes à propos de 2 collections privées », Walden n press – Trémas.

 

 

 

Sous le titre modeste de son texte, le directeur du Mamco - qui est sans doute l’un des mieux placés pour le faire -  interroge le rapport entre collection privée et musée. Et ce dans le domaine des arts contemporains toujours plus difficiles à collationner que les productions antérieures. L’auteur prouve que sous le nom générique de collectionneur se cache une pluralité (parfois de lourde de névroses) qui néanmoins peut se synthétiser ainsi : « le bon collectionneur est celui qui s’accommode de la conscience malheureuse de ses lacunes et de ses faiblesses ».  Néanmoins pour lui et dans la relativité de son existence « les limites de son entreprises lui font en retour un reflet appréciable de gain et de désir ».  Passant de la sphère privée  « où les œuvres tendent leur miroir silencieux aux hôtes qui s’y regardent sans témoins » à la sphère publique du musée le regard change forcément. Il n’est pas pour autant pipé ou en perte de qualité. La « base » n’est plus la même. Pour certains cette vulgarisation  comme le note ironiquement Fabienne Radi « mélange le propre avec le sale, le brillant avec le stupide, le cruel avec le cru ».  D’autant que les musées ressemblent parfois à des chapelles funéraires qui dévitalisent l’art entrain de se faire. Le commissaire d’exposition joue parfois à l’embaumeur. Il fait des corps vivants de l’art le reliquaire de technologies ou l’offrande d’objets manucurés pour l’au-delà. Les scénographies visent parfois le cosmétique d’une impeccabilité même lorsqu’il s’agit de proposer ce qui est le plus roide.

 

mamco 2.jpgToutefois, au sens de l’intime que la collection privée porte en elle, répondent les rendez-vous sociétaux de l’intelligence partagée lorsque les propositions artistiques échappent au spectacle ornemental  d’un marketing  muséal. Certes ce dernier tente de lutter contre le déficit financier que portent en eux les évènements culturels. Ils doivent tenir compte de deniers publics dont le retour sur investissement n’est calculé que sur le nombre d’entrée et la vente de produits dérivés. Christian Bernard et son équipe - dans un travail passionné et de longue haleine -  lutte  contre cette propension. Il sait que le bénéfice d’une exposition revient à prendre l’art au sérieux (même dans ses jeux). Pour autant son livret n’est pas un plaidoyer pro-domo. Au parcours privé il substitue une traversée publique forte d’incompréhension (parfois) mais aussi de progression. Le musée peut en effet garder « le sens du proche, de l’intime, du non spectaculaire » même si tant d’institutions cultivent le clinquant. Résistant à la mode,  à la chapelle funéraire et à la médiatisation à tout crin le musée peut ouvrir à des rendez-vous singuliers, à une vie au parfum de « quotidienneté que les œuvres acquièrent parfois dans leur vie d’avant musée ». Une telle institution n’en propose pas la survie mais la « sur-vivance ». Elle offre des dialogues ouverts au plus grand nombre et loin des spéculations. Cela devrait aller sans dire. Le rappeler demeure toujours nécessaire.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret