gruyeresuisse

23/05/2019

Walead Beshty - l'été au MAMCO

Beshty.jpg"Walead Beshty", MAMCO, Genève, 29 mai au 8 septembre 2019.

L'exposition estivale du Mamco consacrée à Walead Beshty a pour but "d'expliciter l’image comme résultat d’un processus, plus proche en quelque sorte d’un software que d’un hardware". Créés par un script les travaux de Walead Beshty questionnent l'apparition  des images et les liens qu'elles entretiennent avec le réel en une société mondialisée.

Beshty 3.jpgCe travail est donc crucial pour comprendre l'oeuvre d'art et son langage. Celui-là illustre par exemple différentes facettes d’une même "histoire". Le spectateur est donc situé en un porte à faux où demeure entière l’énigme de la représentation. Photographies, magazines, cartes postales, objets, gravures, installations, séquences télévisuelles, peintures, etc.,  embrassent tous les champs en passant par l’information ou l’imagerie populaire. Repéré entre autres à la Biennale de Venise en 2015, Walead Beshty traverse la représentation de Brunelleschi à Instagram, de Marey à Gordon Parks en divers filtrages.

Besthy 2.pngLe plasticien déstabilise tout en ayant pris conscience que ce qui fait son approche au sein d’une perpétuelle remise en cause. Une transmutation s'opère à différents niveaux et sur divers supports. L’artiste relie un dedans et un dehors souvent inconnus. Il inscrit les états inqualifiables de processus ou les empreintes de moments de désaccords et de fractures entre l'homme et le monde. L'oeuvre les donne à voir dans une épaisseur de strates et de plans.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

19/05/2019

Hreinn Friofinnsson : murs et murmures de la pensée

Frioff.pngHreinn Friðfinnsson, "To Catch a Fish with a Song: 1964 - Today", Centre d'Art Contemporain, Genève, du 24 mai au 25 aout 2019.

Le Centre d’Art Contemporain Genève présente la première exposition personnelle de Hreinn Friðfinnsson en Suisse. L'Islandais fait preuve autant d'austérité que de lyrisme en une série de transfigrations abstraites de la nature.  L'expression  - trop pompeuse peut-être - "une sorte d’alchimiste idiosyncrasique". pour le définir met néanmoins  l'accent sur les transformations fabuleuses que l'artiste propose afin de mêler l'art et le temps, la raison à une certaine folie créatrice d'émotions puissantes.

Frioff 2.pngInstallé à Amsterdam depuis 1971 le plasticien est un artiste majeur du temps. Photographies, dessins, vidéos, installations, ready-made : tout passe par une économie autant sémantique que de moyens.  L’univers, commencé en une soupe chaosmique, est remis sinon sur pied dans une vision contre toute attente. Elle remet les pendules du monde et de l'art à l'heure. D'intempestives vues de l’esprit prennent corps en un mixage de repères qui interceptent la lumière et la communique à l’autre dans une magie visuelle.

Jean-Paul Gavard-Perret

15/05/2019

Clément Lambelet : théâtre de guerre

Lambelet 2.jpgClément Lambelet, "Two donkeys in a war zone", Editions Centre de la Photographie de Genève, 2019.

 

Dans ce travail de Clément Lambelet, et en une sorte de négatif de l'image, ne restent prLambelet.jpgesque que le blanc, le noir, l’à-peine coloré. Surgit le silence là où tout est bruit et fureur. L'évidement devient soudain la seule évidence.

 

 

 

 

La circulation en zone plus que dangereuse est proche de l’absurde. Les présences animales/humaines anonymes fuient ou meurent dans un endroit inconnu presque vide : désert plus que désert mais qu’on ne peut nommer. Et où il faut pourtant bien enfoncer nos visions. Nous savons bien que le terrain où le hasard de la guerre les a plantées n’est rien que néant. Néanmoins pourraient repousser des valeurs humaines au moment où l’inanité les caresse en pénétrant l’être et en le délitant violemment.

Lambelet 3.pngL’art à ce point devient celui du souffle encadré, un souffle qui détruit à la limite du réel et de l’irréalité. Nous sommes dans la région des tremblements mais où tout se découpe de manière trouble et irradiante. Il y a là le double registre de la fiction et de la réalité pour qu’à la fois résonnent la voix du passé et les appels à venir loin de ce qui rend le monde plus bestial qu'humain.

 

Jean-Paul Gavard-Perret