gruyeresuisse

10/02/2015

Jeu de mains n'est pas pas de vilain - Katja Schenker

 

 

Schenker.jpgKatja Schenker, “ Zementgarten ", EAC (Les Halles), Porrentruy, du 15 février au 12 avril 2015

 

 

 

Pour  Zementgarten   dont la commissaire d’exposition est Esther Maria Jungo, Katja Schenker  poursuit son travail d’action et de performance. Elle crée à Genève un « jardin » en ciment composé de structures  mouvantes où l’intervention corporelle joue un grand rôle. L'expo  est finalement constituée, de 5 photos d'éponges colorées, de  dessins au mur et au sol ainsi que de 2 stèles en béton, le tout   issu de processus performatifs. Les stèles sont  des positifs de  moulages ou plutôt d'intrusion de doigts dans de l'argile. Masse et fragilité se répondent là où différents types d’énergies et de matières entrent en jeu. Le rôle de la main y est essentiel. Il s’agit à la fois de « donner la main » à la matière puis de lui trouver des échos dans des pièces de porcelaine conçues pour l’exposition.  L’index et le majeur y deviennent le symbole de « l’outil » principal mais aussi développent l’idée non seulement « de jeux de mains,  jeux de vilains» mais de souligner un geste de paix.

 Katja.jpg

Existent un principe d’utopie, un scénario fictif pour une narration très particulière. Elle permet de repenser le statut de l'œuvre d'art et de son contexte de production au sein de la labilité d'une expérience sensible. L’idée de Sol Lewitt selon laquelle “ la machine fait l’art” et donc reprise à la base par la présence de la main. Celle-ci inscrit à la fois la subjectivité dans la création mais s'intéresse à la production d’œuvres d’art et leur construction. L’œuvre dans son ensemble crée un espace mental utopique. Il offre des pistes d’appréhension mais aussi une grande jubilation.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

06/02/2015

L’Enfer au Paradis - Laure Gonthier

 

 
Gonthier.jpgLaure Gonthier, « La tendresse des pierres », Milkshake Agency,  Genève,  du 5 février au 22 mars, 2015.

 

Sans trahir Dante - bien au contraire - Laure Gonthier propose des sculptures aussi nocturnes que lumineuses. Elles prolongent les apparences en les métamorphosant selon divers assemblages. Percent des échos noirs et sombres qui semblent sortir des cercles de l’Enfer pour les monter en suites au paradis grâce à leur puissance de dilatation. Le corps lui-même sort de ses soies et de ses larves. De tels cadavres exquis, surgit le signe d’une ivresse sans dieu en cet étrange Eden.  Un soleil paradoxal creuse parfois les ventres, gonfle des poitrines. Des bruits semblent claquer dans un flot qui brise la mort et la punition par ruissellements de lumières noires. Existent ça et là des carpes étranges qui se lovent comme des serpents. Avec délicatesse et tendresse la Lausannoise Laure Gonthier tire la brute hors des eaux. Elle couche le halètement sur des berges fiévreuses de brumes. Demeure l’étrange hypnose des désirs qui ne se sont pas tus : le regardeur y épouse des corps prisonniers de pierre, d’os et de chair, il se couche contre eux.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

05/02/2015

Zhang Wei en Suisse : première exposition européenne

 

 

 

 

 

Zhang Wei.jpgZhang Wei,Artificial Theater, The Big Stars, 2009-2014” Art&Public, Cabinet PH, Genève, 5 mars  15 mai 2015.

 

 

 

Zhang Wei est un des plus éminents photographes chinois. Dans ses œuvres, l'artiste se concentre sur le seuil des apparences. Pratiquant un  langage qui joue à la fois sur le maniérisme et une sorte de sobriété il communique des émotions  drôles et graves à la fois. Elles font de lui le photographe de la célébration. L’ostentation reprend parfois des standards de la peinture occidentale. Une lumière irradiante  permet de découper avec intensité des visages fétiches ou tenus pour tels. A l’inverse des portraits d’enfants fondent une  pratique qui se libère du dicible et de la référence : ce que Julio Pomar nomme « l’historié ».  Il existe aussi dans sa panoplie des mises en scènes aussi délirantes que macabres.

 

 Zhang Wei 2.jpg

 

Incontestablement Zhang Wei reste l'artiste du trouble, de la fêlure. Elle surgit  parfois en un rigorisme capable de débrider une sorte de sensualité.  Ses « portraits » de personnages faussement « célèbres »  transformés  en icônes prouve que tout gogo vit au dépend de celle ou celui qui les regarde. Le statisme des poses inquiète par le mystère qu’elles recèlent. Les visions d’êtres mortels comme ceux d’immortels défunts jouent sur l’ambiguïté. Elle semble être une des lignes majeures de tout un art chinois saisi par la sortie du socialisme et l’attrait critique pour le capitalisme avec les nouvelles libertés mais aussi les contraintes que cela crée.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret