gruyeresuisse

31/03/2015

Aline Morvan et les paroles gelées

 

 

 

 Morvan bon.jpgAline Morvan,  "Abouchement", du 1er Avril au 3 Mai 201 , Milshake Agency, Genève.

 

 

 

J’ai un faible pour l’œuvre d’Aline Morvan.  Chacun de ses projets est le fruit d’une idée néanmoins sa résultante ne se limite pas au seul geste créateur.  Dans un sens Duchampien bien compris elle sait que l’action en elle-même n’est rien : seul ce sur quoi elle débouche fait sens. Pour le projet de la Milkshake Agency l‘artiste sera présente tout le temps de l’exposition. Elle accueillera les invités avec lesquels se déroule un entretien. Au cours de celui-ci il sera demandé à chacun d’eux de mordre dans un morceau de terre à faïence : l’artiste récupérera le bout resté dans la bouche. Cette cérémonie portera donc le nom générique de l’exposition (dont le résultat s’affichera progressivement dans la vitrine de la galerie).  L’abouchement étant - au figuré - une mise en bouche, à savoir un prélude à un entretien, l’artiste fait donc de ce point de départ abstrait la conclusion et le résultat de la visite dont le contenu trouvera sa matérialisation définitive par la cuisson de la terre cuite mordue par chaque visiteur.

 

 

 

Morvan.jpgLa bouche  se fait donc autant  châsse que moule elle sera un temps par effet de l’argile le réceptacle d’aveux qui prendront dans l’épaisseur de la matière leurs grandeurs comme leurs petitesses. Preuve que si jamais un coup de dent n’abolira le silence, il va toutefois trouver une forme de « réalité » comme les trouvèrent jadis les mots chez Rabelais dans le fameux épisode des « Paroles gelées ». Loin de réactions purement émotives et esthétiques « basiques » Aline Morvan percute et répercute une forme particulière d’impossibilité et de voyeurisme. Elle repousse tout effet de mélancolie et plonge en un humour incisif là où la parole devient matière et la sculpture échappe à elle-même. Une nouvelle fois l’artiste étonne par sa capacité à repousser tout discours et réalisation plastiques d’évidence.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

27/03/2015

Fatum et fantômes de Laurent Faulon

 

 

 

 

Faulon.jpgLaurent Faulon, Les produits fatals, 31 janvier - 28 mars 2015, TM Projects, Genève

 

 

 

Laurant Faulon est un iconoclaste mêlant body art, performance, recup-art en action, photographie et sculpture.  Son exposition genevoise tire son titre de l’industrie. Un « produit fatal » est un sous-produit qui apparaît « fatalement » lors de la fabrication d’un produit principal. L’artiste propose une extension de ce terme en divers « voyages » et délocalisations. Chaque objet  manufacturé devient le vecteur d’une remise en cause  esthétique et politique de l’oeuvre d’art à travers plusieurs approches. Par exemple d’une ville arménienne détruite l’artiste exhume, des villas des apparatchiks du pouvoir postsoviétique, des « trophées » extirpés aux décombres en contrepoint aux prédations des maîtres du passé. Quand à « Monument » - réalisé lors d’une résidence de l’artiste dans l’atelier de Gosha Ostretsov - il singe ironiquement l’omniprésente statue de Lénine qui présidait à la vie en URSS. Photographiant l’une d’entre elle Faulon montre comment elle représente un chancre dans une société devenue capitalistique. La  Russie contemporaine annexe les comportements, aspirations et frustrations occidentaux. Toute l’exposition se met donc au service de fantômes au sein des accidents de parcours de l’histoire. Est-ce le début du jour ou de la nuit ?  La lumière n'a-t-elle pas sommeil ?  La question reste ouverte…

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

24/03/2015

Pascal Pinaud « Serial Painter »

 

 

 

 

Pinaud bon.jpgPascal Pinaud, « Biens publics », Musée Rath, Genève, Du 27 février au 26 avril 2015 , « Des histoires sans fin, séquence printemps 2015 », MAMCO, Genève Du 18 février 2015 au 10 mai 2015

 

 

 

Pinaud 3.jpgLes volumes de Pascal Pinaud sont géométriquement simples. Du moins en apparence. Ils semblent respecter les lois de la perspective mais restent de purs concepts.  Ils se situent en dehors des stigmates du temps, de l’existant et du réel. Ce sont des lieux abstraits, des architectures mentales sous couvert de pièges au regard. Ils troublent d’autant plus les notions de peinture, dessin, sculpture. Les illusions se mêlent les unes aux autres sous forme de matrices qui peuvent évoquer des coques, des surfaces  de lieux hors du monde. L’artiste ne propose pas néanmoins  une science-fiction ou un néo surréalisme. Maquettes et peintures sont - entre autres - des cubes ouverts/fermés. ils imposent leur présence célibataire puisqu’ils ne servent à rien. Rien sinon de faire retour à un univers mental. Ce dernier ne sait comment les utiliser et vient butter dessus.

 

 

 

Pinaud.jpgL’œuvre reste avant tout une énigme. Elle provoque errances ou interrogations voire des variations sur l’informe. Toutefois celui-ci possède ici une forme, une masse convexe ou concave. Il se décline selon des moules à hantises distribués sur plusieurs supports.  On peut bien sûr – et par facilité – rameuter Duchamp à leur sujet. Mais cela réduirait l’originalité d’une œuvre complexe dont l’étrangeté radicale des volumes s’inscrit dans un courant conceptuel et pictural bi et tridimensionnels.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret