gruyeresuisse

07/06/2015

Didier Legaré-Gravel : « de profundis clamavi »

 

 

 

Légaré 2.jpgDidier Legaré-Gravel , « Peplum », 9 - 27 juin 2015, Galerie Lignetreize, Carouge-Genève

 

 

 

Souvent, Didier Legaré-Gravel en s'endormant songe à une encre  qui serait riche de nouveautés. Au matin, les idées neuves de la  veille se transforment bien souvent en éternel recommencement dans lequel sans y prêter une attention particulière, à une heure  précise, un instant particulier, émerge pourtant une réussite. Pris seul, le trait y crée déjà une certaine allusion. Multiplié, en  l'ajustant tant dans son mouvement propre, son épaisseur, sa  légèreté ou encore son élan, il est une perpétuelle ressource, aussi  riche qu’inépuisable.

 

 

 

legaré.pngNéanmoins certains, voyant les encres de Didier Legaré-Gravel, peuvent estimer que les  tâches c’est  finalement facile. En effet : elles le sont comme sont « faciles » les dragons, les épaves ou encore les ruines  peuplées par d’étranges fougères et qui au ciel ne sont que des nuages.  En créant ses encres l’artiste semble disparaître, être absorbé comme au plus profond d’un trou aux étranges reliefs lumineux. Tout un chantier en cheminement remue bruyamment. La tête et les mains affolées de l’artiste brisent bien des astres lointains et créent des vagues. Elles questionneraient bien des marins, mais l’artiste cherche seulement une forme inconnue là où le dessin ne se maîtrise plus. Si évolution il y a, elle  est ailleurs : elle s’opère dans une forme d’apprivoisement d'une  gestuelle qui  au fil du temps devenue familière, trouble, mouvante, résolument tournée vers l'expression des profondeurs.  

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

04/06/2015

Elisabeth Beurret : la santé de l’art par les plantes

 

 

 

 

 

Beurret.jpgElisabeth Beurret, « Livres de plantes », Grange du Boissieu, La Buissière (France), 30 mai – 28 juin 2015.

 

Elisabeth Beurret est créatrice d’un langage qui s'ajoute à la nature pour faire germer d’autres « plantes ». Il la donne à voir autrement. L'image est donc fondamentale mais encore faut-il comprendre ce qu'elle fomente. La genevoise s’exclut du simple herbier et fait du support même de ses gravures une matière. Il devient le terreau et le puits de ses créations,  il alimente le processus de l'imaginaire. D'où la nécessité d'aller au-delà de la  poétique de la représentation  afin d'aboutir à une poétique plus conséquente de  recréation. Le végétal y trouve la place centrale dans une perspective particulière. Il ne doit pas être analysé séparément du support ou isolé par fragments.  Il s'agit d'en appréhender les pouvoirs et les modes de fonctionnement.

 

Beurret 2.jpgRefusant le bouquet l’artiste assemble les plantes afin qu’elles gardent leur force germinative. Elles suivent donc certaines « lois » de programmation artistique. Loin de tout artifice ou classification la genevoise réinvente un « structuralisme » et considère  ses gravures comme une nouvelle réalité ouverte par  des organismes vivants, irremplaçables et singuliers. Ils se disposent à l'intérieur d'une dimension spatio-temporelle qui n’est pas sans rappeler l’art extrême oriental.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

02/06/2015

Claude Viallat : leviers d’absence

 

 

Viallat.jpgClaude Viallat , Galerie Bernard Ceysson, Genève, 28 mai – 31 juillet 2015.

 

 

Claude Viallat s'inscrit dans la prédiction mallarméenne  " rien n'aura lieu que le lieu ". Cassant le chaos par ses géométries parfaites - caboches, etc. - il immobilise une suite de  moments à travers des surfaces  qui se métamorphosent en corpus d’interrogation. De telles peintures attirent, n'accueillent pas vraiment. Il faut s'y engager en faisant abstraction des manières de « considérer » un tableau, pénétrer ses cavités, ses quartiers de couleurs. Suivant leur exposition la clarté s'y reflète. C'est moins une venue de lumière qu'une sorte de ruissellement. Le regard s'emplit du déversement guidé par suspens filtré et pans travaillés. La peinture de Viallat ne dit rien hors d’elle-même, se perd dans ses niches. Le motif, n'est pas séparable de la beauté, ni la beauté du motif.  Ce dernier fait levier d’absence,  émane de ce « tissu ».  Il n’est possible que de se perdre en son suspens. La peinture devient un « textile »  au plus ras de l'extase nue. Elle va elle-même vers l'Absence. Et s'y consume.

 

Jean-Paul Gavard-Perret