gruyeresuisse

28/11/2018

Proust "Forever" - Conrad Bakker

Bakker bon.jpgLa Genevoise Barbara Polla ( directrice d'Analix Forever) présente une exposition originale de l’artiste canadien Conrad Bakker. Son "objet" : Marcel Proust. L'artiste, - après avoir réalisé une « librairie » entière de livres de poches des années 1960-1970 à Genève, travaillé sur la bibliothèque de Robert Smithson puis sur les multiples éditions des "Choses" de Perec - crée un pas de plus dans ses actions commémoratives?

Bakker.jpgChaque fois il reproduit en bois sculpté et peint les livres pour les sublimer par la force de cette transposition. Mais avec Proust il va plus loin encore. L’univers de l'auteur est retracé à travers d'autres "madeleines" : il a réuni sous forme numérique tous ceux qui lisent, commentent l'oeuvre ou en deviennent des bibliophiles. Il rassemble aussi celles et ceux qui le lisent sur tablettes et portables, qui annotent l'oeuvre sur Internet et enfin qui se retrouvent sur la tombe  de l'auteur de la "Recherche" à Paris pour y déposer divers objets en signe de témoignage.

canada 2.jpgCette pierre tombale du Père Lachaise devient dans l'exposition une plateforme numérique bleue sur laquelle les visiteurs peuvent déposer un tweet. Ils peuvent aussi apporter des objets fétiches, discuter avec l'artiste ou le curateur (Paul Ardenne) le 1er décembre ou encore manger les madeleines d’Analix Forever (nul de sait si Barbara Polla les cuisine...). Existe ainsi une célébration aussi mystique que terrestre d'une oeuvre majeure. L’art devient non un simple médium mais une méditation, hors lieu précis. La contextualisation géographique y demeure secondaire. Tout s’organise selon d’étranges mariages où le rêve spirituel et sensuel demeure encore possible. Il concrétise le désir de l'artiste de toucher par l’image la "réalité" cachée de l'écriture.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Conrad Bakker, "UNTITLED PROJECT: IN SEARCH OF LOST TIME", Analix Forever, Paris, Genève. A partir du 29 novembre au Carreau du Temple, Paris

 

18/11/2018

Bettina Rheims : gourmandes et autres pécheresses

Rheims.jpgBettina Rheims, Galerie Xippas, du 17 novembre 2018 au 12 janvier 2019.

 

Les femmes de Bettina Rheins ont une pulpe de fruit dans lequel on aimerait mordre. Mais telles que la photographe les saisit c’est elle qui se font louves. Mieux vaut donc réviser les désirs. Toutes possèdent une étrangeté qui se dessine dans leur langage muet et corporel au sein de narrations en dérive. Existe un trouble au sein d’un potentiel extatique mais qui dépasse toujours le voyeur.

Rheims 2.jpgChaque femme joue du charme, feint un geste de recevoir, les lèvres ouvertes pour mieux inspirer. Mais elles ne sont en rien de humbles amantes prêtes à l’enlacement et l’extase. Leur ingénuité est celle d’actrices expérimentées. Comme saisies sur le vif en dépit des poses, leurs photos figées au milieu d’un geste crée un suspens qui met le regardeur en quasi état neurovégétatif.

Rheims 3.jpgUne part de tels modèles semble mécanique : c’est un équilibre entre ne pas vouloir et vouloir mais méfions nous des pièges lorsque Bettina Rheims est à la manoeuvre. Elle étourdit les enigmes qu’elle fourbit. Et même lorsque ses héroïnes semblent nostalgiques c’est bien le regardeur qui  paraît avoir perdu quelque chose. Mais il ne sait ni quoi, ni quand, ni comment.

Jean-Paul Gavard-Perret

17/11/2018

Renée Levi sans limites

Levi.jpgL’œuvre picturale de Renée Levi n’a rien de statique. Marouflant parfois les murs, l’artiste ne craint pas des « imperfections » car elles sont agissantes et donnent à l’œuvre  une grande mobilité.  Rien de frivole pour autant et sous la surprise – pour un regardeur peu habituée à une telle emprise – apparaît un travail qui évite tout confort.

Levi 2.jpgRené Levi veut transmettre ce qu’elle sent et les formes jaillissent de gestes qu’elle développe avec ardeur là où apparaît un équilibre entre le « dessin »et la couleur. L’artiste fait baigner dans un espace dévorant tant il enveloppe ou se dédouble en une suite de plans. Ce qui paraît parfois confus est toujours riche  de sens.

 Levi 3.jpgL’artiste conduit au centre de la peinture et dans sa démesure. Le « tableau » se transforme en nid sans bords là où ce qui pourrait être pris pour une impétuosité imprévisible accroche le regard.  Renée Levi organise un monde rebelle mais intrinsèque à la nature même de la peinture.  Existe le faux équilibre de forces indomptables qui refusent autant l’anarchisme formel que l’anecdote. Brisant le système pictural l’artiste lui donne une force aphrodisiaque.

Jean-Paul Gavard-Perret

 
La Société des Arts • Arts Visuels • Genève, vient de décerner le Prix de la Société des Arts 2019 à Renée Levi.