gruyeresuisse

25/02/2016

L'homme dans sa ville : Jacques Berthet

  

Berthet.jpgJacques Berthet, "Un art de la disparition - Rumeurs sur la ville", Centre de la Photographie, Genève, 4 mars,- 8 mai 2016.

 

Jacques Berthet est un photographe paysagiste particulier. Il photographie la nature et les arbres de manière poétique plus qu'académique mais il est aussi photographe de la ville. La radicalité de ses saisies est substantielle. L'architecture rigide, stable, son écorce colorée créent paradoxalement des liens avec l'être même s'il demeure absent des prises. Le photographe retient toujours quelque chose qui est de l'ordre de la « rumeur », de l’appel : ce qui pourrait ailleurs être banal prend un flux nouveau. L’absence appelle la présence.

Sans doute parce que le Genevois revient toujours à la structure. Et son « photographisme » forge une méditation par ce qu'il crée. Il n’existe pas plus de sécheresse que de romantisme. Les déploiements de la nature ou de l'urbain sont autant de directions à suivre. Chaque prise imprègne le regard dans le jeu des lignes et des couleurs. La hauteur et de la profondeur restent fidèles à divers fondements ou fondations. Preuve que l'architecture est plus qu'une mécanique plaquée sur du vivant.

Berthet 2.jpgLa subjectivité de regard reste expressionniste. La création s'élabore au contact d'un « passif » que la photographie reconstruit. Preuve que l'errance émotive par elle seule n'est jamais suffisante. La création s'élabore sous la contrainte de forces extérieures. C'est pourquoi s'il existe des photographes partout, peu ont quelque chose d'intéressant à montrer. Une technique apprise ne fait pas une œuvre, le seul fantasme ne lui accorde pas de valeur et encore moins de vérité. A l’inverse, avec Jacques Berthet, Genève trouve une vérité qui ne correspond pas forcément au titre de l'exposition. Tout au moins la disparition n'entraîne pas l'effacement, elle grouille de rumeurs.

 

J-Paul Gavard-Perret

 

24/02/2016

Un printemps suisse pour Marnie

 

Marnie 3.jpgMarnie Weber, « Once Upon a Time in Forevermore », Mamco, Genève, Printemps 2016.

 

La plasticienne américaine Marnie Weber est issue de la scène musicale underground californienne entre autre avec le groupe punk rock « The Party Boys » puis "The Spirit Girls », collectif féminin et féministe. Pluridisciplinaire l'artiste crée photomontages et sculptures à l'univers onirique décalé empli de contes de fées pervertis et pervers. Marnie Weber puise son inspiration  dans la contre-culture, le néo-gothisme, le  surréalisme comme dans le western, le spiritualisme. Tout ce monde doit beaucoup au cinéma Bis hollywoodien et à la culture populaire made in USA. L'excès de zèle gothique noir doit être compris comme une plongée aussi ironique qu’éperdue dans la métaphore angoissante mais aussi cathartique de notre monde.

Marnie 2.pngEn surgissent un bestiaire fantastique et une peuplade de créatures féminines au visage masqué et à la dégaine farfelue. L’exposition du Mamco met particulièrement l'accent sur les collages, sculptures, costumes, vidéos de l’artiste. Le malaise y est une constante au sein des jeux d’oppositions entre l’enfance et l’âge adulte, le féminin et le masculin, l’humain et la bête, la vie et la mort. La porosité des pratiques est au service d’un monde parallèle  dont les lois sont dictées par les délires de l’inconscient. Marnie.jpgLe décor réalisé pour Genève (inspiré de « Sing Me a Western Song » (2007) est celui d’un western dont les édifices sont réduits à des façades de fête foraine. Aux cow-boys sont substitués des clowns, des animaux, des poupées ventriloques et des épouvantails dignes d’une soirée d’Halloween et d’un univers de « freaks ». Le mystère naît d’un « Bricol-bat » hors de ses gonds : s’y promener est vivifiant.

Jean-Paul Gavard-Perret

21/02/2016

Philippe Fretz : suivez le guide

 

Fretz 2.jpgPhilippe Fretz, « Passeurs », « In media res, n° 7 », février 2016, art & fiction, Lausanne. « Le vestibule des lâches », Idem, « Divine Chromatie », Galerie Univers, du 3 mars au 27 avril, Lausanne.

 

Fretz.jpgPhilippe Fretz - pour ceux qui l’ignoreraient encore - aime les énigmes et la (douce) provocation. Ces œuvres sont des proies devenant ombres mais l’inverse est tout aussi vrai. Il fait pérégriner à travers des indices dont la force d’inertie secoue. L’exaspération du plaisir laisse place un espace où la réalité est concevable uniquement sous une forme essorée et selon des tablatures thématiques et des planches à la Warburg. 2016 débute pour lui autour du concept de « passeur » décliné en mots clés et illustrés : navires, chariots, dos, mains. Existe là plusieurs moyens, comme le rappelle l’artiste, de se tirer du « vestibule des lâches » et d’atteindre la « Divine Chromatie » qu’il va développer à la Galerie univers. Ses voyages - en dépit des mots clés - sont moins géographiques qu'animés d’une curiosité pour une connaissance humaine ou métaphysique. Et esthétique bien sûr. Se retrouve toujours la figuration chère à Fretz : elle semble vivre dans un « ailleurs » de l’ici même et de l’art aux divers remugles. On bascule de de Chirico à Manet en passant par un néoréalisme poétique et corrosif où une forme d’épure fait merveille. Elle lie à la détermination de son élan une forme de lumière particulière et sourde.

 

L’artiste pour cette nouvelle édition et son exposition se fait médium des passeurs d’âmes et de monde. Il devient le "spécialiste" de la médiumnité.  Elle sert pour certains à entendre la voix des défunts : Fretz les fait voir au moment où ils portent le monde, guident les âmes (vers on ne sait quel but…).  Sur leur chemin, nous imaginons que cela fait partie d’une mission (mystique ou non). L’artiste entraîne à leur suite dans des lieux clos ou ouverts. Il existe des fonds de pensées de diverses personnes et de divers objets sacralisés jusque dans ce qui est présenté de manière allusive. Le mystère persiste par un mélange qui libère parfois de la lumière et de la paix. Mais tout est possible. Et dans tous les cas il s’agit pour Fretz d’effectuer un nettoyage énergétique : le monde des Esprits reste relié à celui des vivants.

 

Fretz 4.jpgCes deux "mondes" sont au même endroit, dans la même « planche ». Néanmoins avec Philippe Fretz l'âme demeure "bloquée" sur Terre par effet de corps. Plusieurs raisons sont possibles. Sans doute parce qu’en général l’être est attaché à un lieu ou à un objet et emporte avec lui ses bagages. Il peut également rester auprès de personnes vivantes ou être retenu par de forts sentiments. Existe bien sûr d’autres raisons. Il suffit pour le regardeur de contempler ceux que l’artiste place sur sa route. Il sert de guide là où le réel demeure tapi. Nulle question d’en faire le deuil il s'agit d’en provoquer la renaissance. Philippe Fretz opère donc la coagulation de nos fantômes afin que nous entrions dans leur épaisseur. Elle rappelle la vie d'avant le jour en leur langage minimal et sa syntaxe primitive et profonde que nous voulons ignorer. Elle agite autant le vide de l'être que le faux plein du monde.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret