gruyeresuisse

13/01/2020

Loren Kagny et les déplacements identitaires

Loren Kagny.jpgLoren Kagny, "For your doll & heart", Quark, Genève du 16 janvier au 29 février 2020.

Loren Kagny crée un monde baroque à la fois par les costumes qu'elle invente et leur mise en scène dans un art de la pose et de la lumière. La poésie de ses images en couleurs ne cherche jamais l’emphase mais la sublimation.

Loren Kagny 2.jpgL'ancienne élève de l'HEAD incarne une synthèse réussie de la liberté stylistique mais aussi de la rigueur en croisant diverses thématiques dans lesquels l’humain demeure central. De telles photographies portent les marques d’amours, de blessures et de joies mais toujours vues avec écart et parures pour éviter les effets platement psychologiques.

Loren Kagny 3.jpgExistent de petits traités d’archéologie de la mode donc du fugace mais aussi des stéréotypes identitaires et onementatux. Le tentation du raffiné est toujours contrecarrée par une pinte de "punk-attitude" là où il ne faut jamais rechercher le prétendu marbre de l’identité supposée mais sa terre friable. Celle qui fait face dans le réel comme dans l’illusoire au sein d’un jeu de piste dont une telle oeuvre devient le nid. Les personnages en surgissent de la pénombre afin de toucher quelque chose de fondamental et aux échos multiples.

Jean-Paul Gavard-Perret

11/01/2020

Attachement et répulsion : Fabian Marti et son toutou pas snob

Marti.jpgFabian Marti, "Such a Good Girl", Centre d'édition contemporaine, Genève, du 17 janvier au 7 mars 2020

 

Le fribourgeois Fabian Marti vit et travaille à Los Angeles. Il dessine et construit avec "Such a Good Girl" la silhouette de son chien tenu à bout de bras avec autant d'affection que d'autorité. Cette image est réalisée en laiton et en 2 D.. Fixée au mur et suspendue dans le vide est devient une enseigne, un emblème ou un blason. Le geste rappelle celui d’une chienne attrapant son chiot par le col.

Marti 2.pngIl expose ce chien, comme il le fait pour lui-même et lui accorde le statut de muse en lui donnant un rôle féminin plein d'humour. L'artiste le métamorphose en "objet transitionnel, miroir et réceptacle de ses obsessions et de ses addictions". S'y inscrivent lors de sa création et de son installation les traces de doigts qui soulignent autant une dépendance, un attachement qu'une répulsion.

 

 

 

 

Marti 3.pngIl poursuit ainsi sa série intitulée en dialecte bernois "I LÄBE NO" (je suis encore vivant). Elle rappelle les "Dates Paintings" de On Kawara. Mais pour le Marti il ne s'agit plus de détruire tout ce qui passe mais de le reconstruire. Le tout dans un effet comique. Si bien que ce nouveau Tintin - qui ici laisse son auto-représentation au placard - met en exergue son Milou muet.

Jean-Paul Gavard-Perret

09/01/2020

Maïa Mazaurette : sexposition

Mazaurette.pngMaïa Mazaurette  par cette exposition répond à la question de sa galeriste Barbara Polla : "pourquoi les femmes ne représentent-elles pas l’organe sexuel masculin en gloire ?" Mais sublimer le phallus masculin n'est pour elle en rien se faire le suppôt du patriarcat. C'est montrer que l’homme est désirable et qu'il peut lui aussi être objet ou sujet de fantasme dans une vision, ouverte, joyeuse. Réalisées dans le cadre intime de son appartement de New York la créatrice montre pour la première fois ses oeuvres dans le lieu intime de l’appartement de Barbara Polla à Paris, avant qu’elles ne soient présentées à la galerie Analix Forever à Genève.

Mazaurette 2.pngLa "Princesse" ici est moins l’artiste que le phallus en écho à Constantin Brancusi qui baptisait ses somptueux phallus « Princesse X ». A la suite des questions soulevées par le mouvement MeToo et par la baisse internationale de la libido, les enjeux de pouvoir, les injonctions irréalistes, elle montre combien la sexualité est désormais enveloppée d'une immense lassitude. "La faute à qui, à quoi ?" demande l'auteur. Elle y répond illico : " À une sexualité pensée comme une affaire d’orifices, à un imaginaire qui réduit les femmes à un vide à combler, alors qu’elles possèdent un sexe, pulsant, puissant".

Mazaurette 3.pngSa libre parole se double ici d'une iconographie jouissive. Expatriée depuis douze ans et nomade acharnée, elle aime les hommes autant qu'elle les critique. Elle attire l'attention sur les objets du désir qu'elle met à nu de manières aussi sybillines et allégoriques que réalistes. Maïa Mazaurette prouve qu'il n'existe chez elle ni revanche ni castration mais de l’optimisme. Son exposition devient une "sexposition" joyeuse. Il s'agit affirme-t-elle "de dire aux hommes qu’ils sont beaux, de les peindre, de les convaincre de leur pouvoir érotique".  Mais son but est toutefois toujours le même : "à savoir qu'il ne se passera rien tant que les hommes, les femmes et les autres, ne s’écouteront pas inconditionnellement." Et ici les images disent ce que les mots ne font pas - quitte à courir le risque d'un malentendu sur les interprétations.

Jean-Paul Gavard-Perret

Maïa Mazaurette, "Princesse" du 4 au 12 janvier 2020, chez Barbara Polla, dans le Marais puis àç la galerie Analix Forever, Genève. En parallèle Maïa Mazaurette publie "Le Sexe selon Maïa", (ses articles du "Monde") à la Martinière et Sortir du Trou, Lever la Tête", chez Anne Carrière.