gruyeresuisse

13/02/2020

Abdul Rahman Katanani : face au monde

Katanani.jpgBarbara Polla (a.k.a. Barbelé pour l'occasion) présente à Genève le nouveau livre d'Abdul Rahman Katanani "Brainstorming". Elle prouve par un beau texte de présentation comment l'artiste rentre dans le monde et s'en dégage.

Katanani 3.pngL'artiste reprenant l'histoire de l'art dans ses prémices et prolégomènes montre à travers ses images une sorte d'immense musée  - de Beyrouth à Paris, de Hong-Kong au Brésil. Il "image" comment les hommes envisagent leur futur, questionnent les pouvoirs et suggèrent leur liberté et leur angoisse.

Katanani 2.png"Brainstorming" devient une narration universelle riche et radicale. Elle fait écho à ce qui arrive au monde - et ce dans les profondeurs des immenses vagues et bouquets que l'artiste construit en fils de fer barbelé. Il roule et déroule métaphoriquement ce qui mène les être humains : mots, pensées, frustrations, rires, tempêtes (sous un crâne et ailleurs). Cette vague est en rapport avec celle d'un tsunami qui menace le monde pour à la fois l'affronter, y entrer mais aussi s'en sortir.

Jean-Paul Gavard-Perret

12/02/2020

Béatrice Helg : retour et perspectives

Helg bon.jpgBéatrice Helg, galerie Sonia Zannettacci, Genève, jusqu'au 15 février 2020. Monographie chez 5 Continents Editions.

Béatrice Helg est née à Genève où elle vit et travaille. Après des études de violoncelle au Conservatoire de Genève, elle étudie la photographie dans des institutions de premier plan en Californie puis à New York. Ses prises vont dans le sens d'une épuration et d'une simplification. Elles présentent des univers d’ombre et de clarté d’une étrange beauté aussi poétique que spirituelle.

Helg.jpgEn ce sens l’œuvre de Béatrice Helg occupe une place singulière dans la tradition de la photographie construite et constructiviste. Loin des images hyperréalistes ou narratives, les cibachromes et tirages offrent des formes abstraites et des univers lumineux étranges empreints de spiritualité et de poésie où l'espace, le temps et l'architecturation jouent un rôle majeur.

Helg 2.jpgExposée dans le monde entier, elle fait son retour à Genève où elle n'apparaissait plus depuis la fermeture de la galerie fondée par Jan Krugier. L'artiste présente des oeuvres du passé mais surtout des pièces nouvelles en grands formats. Beatrice Helg poursuit un travail de simplification, d' épuration, d'abstraction moins conceptuelle qu'on le dit. Se retrouvent ici ses petits théâtres métalliques proches de l'architecture ou de la sculpture. Mais les nouvelles œuvres qualifiées de «Résonance» se rapprochent plus de la peinture là où les formes et la lumière interagissent.

Jean-Paul Gavard-Perret

07/02/2020

Maïa Mazaurette et Guillaume Varone : corps des alter-ego

Varone Mazaurette.pngMaïa Mazaurette et Guillaume Varone, "Elle & Lui",10 rue du Gothard à Chêne-Bourg, du 11 février au 6 mars 2020.

Maïa Mazaurette peint sur papier, coud, colle, invite chez elle, à New York des modèles à poser nus. Guillaume Varone photographie en noir, en blanc et en bleu une modèle unique, au plus près de la peau et de l’âme. Tous deux sont fascinés par le corps et le visage de l’Autre et leurs oeuvres traduisent la puissance du désir : "désir de voir et de donner à voir, de rêver et de donner à rêver, de représenter, d’aimer, de comprendre" écrit Barbara Polla à l'origine de ce face-à-face.

Varone Mazauette 2.pngMaïa Mazaurette place ses modèles (la plupart sont des acteurs) à leur guise sur sa"table à dissection" pour des séquences de deux minutes qui se répètent pendant plusieurs heures " Certains modèles s'endorment, certains rougissent ou bandent. Certains ont peur, d'autres rient. Je les regarde, ils suivent mon regard." dit-elle. A partir de ces séances elle entame des esquisses qui deviennent ensuite par la peinture et la couture des "icônes, de la (ré)incarnation tant attendue des masculinités contemporaines" mais où la féminité garde son entière présence et légitimité. Dès lors "Peints, couturés, icônifiés, mes modèles retournent à la lumière - des hommes sur le piédestal. Il était temps."  ajoute-t-elle. Et ce pour rappeler aux hommes leur beauté, de les rassurer sur leur pouvoir érotique mais aussi de leur rappeler leur devoir et leur coopération envers celles qui les chérissent.

Maia.pngGuillaume Varone quant à lui explore le corps de celle qu'il aime : "Je connais ce corps depuis des années. Il est là, devant moi. C’est comme si je le voyais pour la première fois. Il bouge librement, enchaine les mouvements, multiplie les positions. Il se tord, se plisse et se reforme au gré de ses envies.". Le photographe en épouse les mouvements au seins de prises "métaphoriques" mais qui restent une manière de lui faire l'amour.

Jean-Paul Gavard-Perret