gruyeresuisse

11/11/2013

Sérenpidité des flaques de Fabienne Radi

 

 Radi 1.jpgChroniques de Fabienne Radi au Mamco

(www.mamco.ch/CHRONIQUE/Fabienne_Radi/RADI9.html)

 

 

Méfions nous des femmes savantes : elles ne méritent pas toutes le mépris que leur accorde Molière. Pour preuve Fabienne Radi. Lorsqu’on évoque Brian de Palma devant elle la seule image qui lui revient est « quelque chose qui tiendrait de la choucroute télescopée avec un banana split ». C’est peu diront certains, d’autres trouvent que c’est déjà bien trop : Scarface, Obsessions ou Pulsions ne sont que des avatars de maigre pitance. Partager son avis ne pousse pas à partager l’apostolat de son jusqu’auboutisme. Seule l’idée de voir ces films  « lui donne instantanément envie de regarder l’intégrale d’Eric Rohmer»...

 

De telles chroniques sont des flaques d’humour et de connaissance. Si profondes qu’elles soient elles laissent poindre une transparence subtile. Seul le hasard objectif ou la réalité factice les fait prendre pour un songe. Elles débordent de vie écloses et témoignent d'une fraternité mystérieuse entre les temps. Renvoyant à tout un corpus d’images et de références à leurs histoires (dans cette dernière chronique elle est hollywoodienne donc colorisée par Nathalie Kalmus)  l’analyste ne résiste pas à des psychanalyses sauvages qui font se dresser Jung dans sa tombe. Fabienne Radi désarticule les images féminines fomentées par de fieffés machos tout en soulignant les astuces d’un plus fin que les autres : Man Ray en l’occurrence. L’auteure reprend à son sujet les intuitions d’une autre Suisse - Meret Oppenheim : « pour les fétichistes il n’y a que dans le détail qu’on puisse atteindre l’absolu ».  

 

Radi 2.jpgQuand Fabienne Radi jette à l'eau de telles flaques cela revient  à lancer de l'huile sur le feu sacré.  Pour comprendre leur nappe il convient de deviner les hôtes  de ces jets d'eau tué. Parfois - romantique à ses heures - l’auteure rêve d'une flaque à l'eau de rose et ses déserts en deviennent de sables émouvants. Ce qui ne veut pas dire pour autant que qui voyage sur une  telle flaque ne risque pas le mal de mère. Son eau tarit jamais.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

09/11/2013

Christian Gonzenbach : l’envers et l’endroit

 

 

Gonzenbach 3.jpgChritian Gonzenbach, « Icon Idols », Galerie Saks, Genève, du 8 novembre au  27 décembre 2013.

 

 

Christian Gonzenbach  après Le Corbusier, Blaise Cendrars, et bien sûr Louis Chevrolet (on y reviendra), fait honneur à la Chaux de Fonds dont il est originaire même s’il vit désormais à Genève. Pour sa deuxième exposition personnelle chez Saks il présente « La Pietà ». Il s’agit de la  première sculpture en fonte d'aluminium de sa série intitulée « Hcabneznog ». Son nom à l’envers illustre de facto les représentations que cette série propose.  A partir du modèle de la sculpture de Michel-Ange, l'artiste crée une vision dont les contours semblent a priori échapper à toute logique. De fait l’imaginaire repose ici sur le réel par modification de point de vue et de prise.  L’artiste l’inverse le relief de l’original de Michel Ange. Les creux deviennent volumes et vice-versa. C’est par ce jeu sur les vides et les pleins qu’apparaissent une nouvelle plastique, une vision d’une inquiétante étrangeté.

 

Gonzenbach2013PietaStudio_615.jpgL’artiste n’en est pas à son coup d’essai. Spécialiste des détournements et autres vacations a priori farcesque son travail reste des plus sérieux qui soient. Pour preuve sa sculpture a été retenue à l'occasion du 100ème anniversaire de la marque automobile américaine. « Louis Chevrolet a conçu des voitures et des moteurs innovants et remporté de nombreuses courses. Soudain, l'impossible devient possible. Et avec ce projet, c'est exactement ce que j'ai réalisé » précisa l’artiste lors de l’inauguration de sa statue à la surface métallique brillante et lisse. Quoique massive cette oeuvre semble légère d’autant que sa surface polie comme un miroir fait oublier son générique. En de telles œuvres la matière approuve le mystère et les possibilités du temps sont digérées. L’espace, l’étendue, la masse se refont avec le sourire de l’artiste. L’excès bondit hors de tout. La vérité dégénère de manière ludique en délice oxalique.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

10:57 Publié dans Genève, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

02/11/2013

Ariane Laroux au fil des jours : poétique de l'attente

 

LAROUX.jpg Ariane Laroux, « Paysages Urbains »,  Editions de l’Âge d’Homme., Lausanne, 2013,  39.00 €

Ariane Laroux, « Paysages Urbain,  Europe – Chine : Exposition personnelle », galerie Red Zone, 40 rue des Bains, du 9 novembre au 23 décembre 2013

 

 

Pour « embrasser » le réel Ariane Laroux développe une stratégie particulière fruit d’une maîtrise consommée et impressionnante : elle peint, dessine, et grave directement sans de croquis préalable et sans modifier le geste premier. Sur le support surgit un assemblage toujours frappant où coexistent le plein et le vide : le blanc permet au trait et à la couleur de vibrer comme sur une mer. Chaque oeuvre devient donc un espace où le diaphane prend un rôle particulier et donne l’impression au regardeur d’entrer dans la toile. Fasciné il « entend » autant qu’il voit les courbes et les lignes en une sorte de poétique du surgissement et de l’attente.

 

Le voyage est constant : qu’il soit extra ou intra muros. On y découvre des architectures deParis, Londres, Berlin, Amsterdam, Bruxelles, Milan, Venise comme de Genève, Bâle, Zurich, Berne, Bienne, Lausanne, Fribourg, Chandolin, Gruyère, etc.  On retrouve théâtres et lieux publics. Brefs des espaces de rencontre et d’échange, de transbordements et de noeuds. En particulier les gares. La créatrice les affectionne particulièrement car elles symbolisent mobilité humaine et le mouvement. Ariane Laroux les anime non de manière réaliste mais selon une architecture utopique.

 

LAROUX 2.jpgPour autant elle ne commet pas l’erreur de certains peintres : ceux qui se prennent pour des métaphysiciens comme si l'art plastique devenait une science. Elle chercherait ses preuves non en son dedans mais au dehors.  Ils font de la peinture une “ vue de l’esprit ”. A l’inverse Ariane Laroux  développe l’esprit par la vue : l’art est pour elle affaire de lignes, d’affects, de couleurs  mise sous tension. Elle  n'est donc pas une métaphysicienne ratée mais une véritable poétesse. Elle réussit enaérant ses paysages d'une intensité paradoxale. Il y a là l’éveil des eaux dormantes :  éveil étrange car fait d’ouvertures mais aussi de retenues. L’œuvre devient charge et décharge. On peut la résumer par la volonté de faire le vide de ce qui est sans importance afin de ne laisser apparaître  que des lignes essentielles forées dans le silence et dans le bruit.

 

Jean-Paul Gavard-Perret