gruyeresuisse

12/01/2017

Victoire Cathalan : magie recréatrice

 

Cathalan bon.jpgVictoire Cathalan, « Éléments », solo show, Espace L, genève Vernissage 19 janvier 2017

 

 

 

Cathalan.pngPour Victoire Cathalan, la surface des choses n’est pas seulement une apparence mais l’interface entre le visible et l’invisible. C’est pourquoi les notions de paysages ou de natures mortes sont métamorphosées dans son approche. La peinture y acquiert une sensualité particulière afin de redonner à l’art comme au réel un nouveau départ. Restent une fragilité dans la force, la force dans une fragilité loin de tout principe de narrativité. Le mystère est évident mais demeure un mystère. S’y ressent néanmoins combien la créatrice lutte contre le temps et sa dépression. C’est là que tout recommence. L’éveil laisse le souvenir d’un songe. Mais il se concrétise.

Cathalan 2.pngLes œuvres deviennent des pierres de lune ouvrant les portes du soleil. Un trait sombre vient éclaircir, ouvrir des fibres de lumière. Existe autant le suraigu de la transparence que la densité de la matière. Jaillissent des fleurs d’un étrange jardin. Victoire Cathalan rend visible l’intime du monde où tout se crée en une lente et longue aventure et incubation programmées mais aussi un appel du large, du haut et des profondeurs. Entre dentelles échevelées parfois dépensées en longueur, parfois nettes dans leur embrouillamini l’artiste crée des portes d’un lieu où voguer et frémir. Manière pour l’artiste de demander quels sont ses êtres qui se souviennent de leur oubli. Et ce, à travers une tension et un apaisement grandissants là où la peinture n’est pas narrative : elle invente des récits. Pas forcément des histoires.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09/01/2017

Francis-Olivier Brunet : la profondeur et l’ouverture


Brunet.jpgFrancis-Olivier Brunet, « Accordées aux Montagnes », Oeuvres récentes, Galerie Ligne Treize, Carouge-Genèven du 14 janvierau 10 fevrier 2017.

Francis-Olivier réapprend à ouvrir les yeux, à cesser de se taire. Par la présence des montagnes qui sont nôtres, le regard finit par les oublier. Ici à l’inverse il ne s’agit plus de se contenter de jouir dans l’aveuglement mais de retrouver celles qui reprennent une dimension prégnante loin d’une vision purement de décor.

Brunet 2.jpgL'œuvre n'est plus coupée du monde. Et il trouve soudain une autre profondeur ; car il ne s'agit plus de vivre comme le reste d’une peuplade perdue dans un temps « pur ». Le peintre rappelle que le regard est le « luxe » à s’offrir au moment où la présence du réel est habilement décalée : la loi du même est remplacée par un corps proche mais qui parle soudain une langue étrangère. Le regard devient la dupe consentante du non-dupe par reconstruction d’un imaginaire qui appelle celui du regardeur. Ça a un nom. C'est la peinture. Mais cela mérite une création convaincante comme celle de Brunet. Elle contrarie le vide et l’apparence en faisant bien plus que les combler. L’artiste refuse l’anecdotique, il le remplace par une succession d’images de l’indicible, source de la résistance à toute instrumentalisation de l’image. Une telle présence crée une légitimité particulière à la peinture par la profondeur et l’ouverture.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

06/01/2017

Dépôts et dépositions ; Vanessa Billy

Billy.jpgVanessa Billy, « Dear Life », Centre Culturel Suisse de Paris, du 21 janvier au 26 février 2017.

Pour Vanessa Billy revendiquer l’art le plus « sale » (où par exemple un moteur perd son huile) revient à dire oui à la vie dans un superbe renversement des codes. L’esthétique n’est plus là pour faire beau : sa laideur est un appel à la survivance de l’espèce. Vanessa Billy ne croyant pas à l’Ascension ne considère pas l’art comme un épiphénomène, une vue de l’esprit mais un moyen de cesser d’aller droit dans le mur. L’artiste instruit divers types de circulations, transferts, recyclages d’objets et de mots par référence aux activités humaines. Les choses les plus banales porteuses d’anciens usages sont déplacées vers une utilisation inédite. La transmission prend un sens nouveau et de nouveaux circuits.

Billy 3.jpgPreuve que si l’avenir est dans les choses il n’est pas forcément dans leur consommation. Il s’agit de pousser plus loin un possible de l’art à travers détours et reprises. Jaillissent des possibilités d’incandescences à partir de la désolation en une stratégie qui renonce au simple charme pour faire bouger les lignes sous couvert de collectes. Elles défroquent le réel de sa machinerie pour un retour à une vie plus sauvage. Telle une souris Vanessa Billy ronge la maille des images et des mots pour une autre légende et les espoirs de seuils. Elle réactive une énergie vitale et écologique.

Jean-Paul Gavard-Perret