gruyeresuisse

14/08/2014

Quand les mots « perlent » : Christian Robert-Tissot ou le chant du signe

 

 

 

Robert-Tissot.jpgSortant des mots de leurs monuments de mensonges Christian, Robert-Tissot bâtit son œuvre sur leurs braises à travers peintures, sculptures, installations et selon des mises en espace sidéraux. Sortant du logos le mot devient en son « objet » même une  métaphore d’un présent ineffable. Son origine est dans le point de fuite du passé dont le futur se nourrit. Les mots en effet tremblent sur des laisses de couleurs monochromes et dans le cadre où ils se retrouvent  inséminés. Ils deviennent moins des vocables de sens que des ailes toujours prêtes à se brûler sur des firmaments illusoires. A travers elles émane une phénoménologie irrationnelle. L’abstraction inhérente aux signes du langage sort soudain de son « caveaubulaire » pour articuler une extase presque ineffable mais tout autant concrète. Elle glisse du fermé à l'ouvert. Le rite plastique transforme donc la notion de sens vers celle de passage. Il signale par exemple (dans le travail du Genevois sur la Résistance française) quelque chose dont on ne se souvient pas ou mal mais qui resurgit dans le présent dont l’origine est dans le point de fuite du passé. En ce cas l’espace plastique redevient l’espace de la mémoire. Mais elle n’exclut pas l’oubli. Car le devenir a besoin de l’oubli comme l’arbre a besoin d’oublier ses feuilles. Et les œuvres de Robert-Tissot sont pour le regardeur comme le sol pour l’arbre : la terre friable d’où vient le jour. La plus souvent Christian Robert-Tissot « articule » plastiquement les mots afin qu’ils pénètrent l’esprit par la sensation. Le visible du texte devient celui des images : elles ne sont plus seulement mentales mais affectives par un jeu d’équilibre et de balancier moins entre le fond et la forme que dans leur confrontation communicante créatrice de vertige. En cette théâtralité, en ce chant du signe, le mot touche au jour, l’art à la lumière : le regard devient sans limite dans cet horizon dont la mentalisation est perturbée.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

 

 

13/08/2014

Les espaces soufflés de Chloé Fehlmann ou les architectures du chaos

 

 

 

Fehlmann.pngChloé Fehlmann ne duplique jamais du semblable. Elle n’offre pas plus un rituel de la ruine mais une manière de  revisiter l'espace. Dans un imaginaire aérien, blocs, voûtes plus ou moins effondrées, cryptes et galeries souterraines, corridors creusent et développent les volumes aériens par une expression plastique où le vide comme le plein  est corrigé sans le combler de ses habituelles bourres et repères cartographiques. Toute une scénographie traverse le support. Il reconvertit l'espace selon des édifices aux propositions  puissantes mais non violentes.

 

 

 

Fehlamann 2.pngIls  traversent le temps, les cartes et leurs territoires. Le regard y oublie ses repères habituels. Il est absorbé ou attiré par des suites de meurtrières qui sortent par les yeux les racines de nos conduites forcées. Des veines noires jaillissent et segmentent l'espace. Elles deviennent les intermédiaires de la lumière et du souffle. Celui-ci gonfle l’écart entre l'être et le monde. La broderie des formes ressemble à des vols d’oiseaux. Ils traversent le vide et dévorent l’air. Ces envolées en de multiples sens échappent à la terre et offrent un racket figuratif. Il  permet d'échapper au réel comme au néant.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

10/08/2014

La « commotion cérébrale » selon Tatiana Trouvé

 

 

Trouvé.jpgTatiana Trouvé, The Longest Echo — L’Écho le plus long, Mamco, Genève, du 2  juin au 21 septembre 2014.

 

 

 

 

 

Pour Tatiana Trouvé le dessin est la manière de faire retour sur les lieux de la pensée et de manière opposée (en apparence) d'ouvrir sa projection. L’artiste propose des trames, des hauteurs de seuils à travers lesquels il faut non seulement passer mais plonger. D’où la notion « d’espace physique » attachée à son travail. Des séries de dessins telles que « Deployment », « Les Désouvenus » inventent une jonction entre l’espace et le temps selon des rapports plus que par des symboles. Ce que la mémoire détruit et recompose le dessin le reprend par différents types de superpositions, de collages et selon différents types de papier et de fils de métal. Les productions décloisonnent les notions d’extériorité et d’intériorité, cassent les liens de fonctionnalité et de chronologie par divers « glissements ». L’inconscient s’y projette au-delà des logiques habituelles de l’imaginaire. Les œuvres  décompressent le réel el laissant surgir un  certain chaos. Il renvoie à un espace de la rêverie et de ses projections. Les dessins - comme les installations et la sculpture de l’artiste - proposent des débordements. A « l’image » du narrateur du « Livre de l’Intranquillité de Bernardo Soares » de Fernando Pessoa l’artiste déplie les objets à travers des fragments de désajustement. Elle offre une architecture à ce qu’elle définit sous le terme  intranquille. A savoir  « un état inquiet et qui ne passe pas, non pas comme une étrangeté à soi (l’inquiétante étrangeté), mais comme une étrangeté de soi au monde. » Par effets de ricochet l’intranquillité devient l’état du monde désajusté où erre celui qui navigue dans son labyrinthe.

 

 

 

trouvé 2.jpg«Revenir sur les lieux de la pensée » n’est donc en rien de l’ordre de la commémoration pour l’artiste mais de la commotion cérébrale. La créatrice explore des profondeurs par un dessin, happé par le noir comme par une antimatière. Exécutés à la mine de plomb et au crayon noir sur papier noir, ils trouvent une modalité paradoxale de révélation comme en en négatif, par une vision crépusculaire et «  fantomale » (Beckett). Quant aux «  Désouvenus » ils s’approchent d’apparitions spirites ou radiographiques pour lesquelles l’artiste utilise une imagerie personnelle. L’apparent « effacement » crée de fait une réalité augmentée. Ce qui se dérobe rappelle combien l’être est un animal métaphysique. L’image creuse le regard par la pensée et vice-versa pour  s’approcher du mystère du monde et de l’existence jusqu’à sa dimension « magique ».  Le dessin permet de sortir du territoire de la matière. Tatiana Trouvé prouve  qu’il existe face au réel  notre propre monde où l’irrationnel et le rationnel, le bas et le haut sont des notions insuffisantes. L’artiste les ré-aimante pour les faire tenir ensemble  selon un système où la pure logique ne suffit pas tant elle appauvrit le regard. La plasticienne réapprend à ce dernier combien le réel est énigmatique.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret