gruyeresuisse

17/03/2014

Elisa Larvego des images plein la tête - entretien avec l’artiste

 

 

 

 

 

 larvego.png

 

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?  Ma fille qui m'appelle ou la lumière du jour.

 

 

 

Que sont devenus vos rêves d’enfant ? Je ne suis ni devenue clown, ni maitresse d'école mais c'est que mes rêves se sont transformés avec les années...

 

 

 

A quoi avez-vous renoncé ? Pour l'instant je ne sais pas...

 

 

 

D’où venez-vous ? De juifs et d'italiens exilés, de suisse-allemands bien installés, d'un arrière grand-père communiste, d'un arrière arrière grand-père anarchiste, de ma mère et de mon père. 

 

 

 

Qu'avez-vous reçu en dot ? Des histoires et des images plein la tête grâce à mes parents marionnettistes.

 

 

 

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ? Mon envie de rester vivre sur les hauts plateaux du Colorado.

 

 

 

Un petit plaisir - quotidien ou non ? Regarder ma fille vivre et grandir, assembler des bouts de films, faire passer mes négatifs au positif pour découvrir mes images.

 

 

 

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? Aucune idée... J'imagine que chaque artiste est différent, tout comme chaque être humain...

 

 

 

Quelle fut l'image première qui esthétiquement vous  interpela ? Les paysages de Van Gogh et de Cézanne qui m'apportait un autre regard sur la Provence où j'ai grandi.

 

 

 

Et votre première lecture ? Je me souviens de mon amour pour les livres de Zola, j'avais une fascination pour ses longues descriptions et ces personnages. Je les ais tous lus.

 

 

 

Larvego 2.pngComment pourriez-vous définir votre travail sur l' "absence" et sur le "vide" ?

 

Ce que je cherche dans l'absence et le vide c'est de tenter de révéler ce qui se cache dans une image, derrière une image. 

 

 

 

Quelles musiques écoutez-vous ? En ce moment, celle qu'écoute ma fille ou que je lui chante!

 

 

 

Quel est le livre que vous aimez relire ? Je ne relis jamais les livres mais peut être que je devrais. Si je devais en relire un ce serait La porte de Magda Sazbo.

 

 

 

Quel film vous fait pleurer ? Beaucoup de films, mais récemment c'était Tel père, tel fils de Hirokazu Kore-eda.

 

 

 

Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez-vous ? Une femme, une mère, quelqu'un qui m'échappe et que je ne connais finalement pas très bien.

 

 

 

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ? Personne qui me vienne à l'esprit.

 

 

 

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ? Avant c'était Irkoutsk, mais maintenant que j'y suis allé, ma mythologie est brisée... 

 

 

 

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ? Celles auxquelles je pense ne me sont pas forcément proches mais ce sont des artistes que j'admire pour leurs recherches sur les images et les mots : Roni Horn et Taryn Simon. 

 

 

 

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Des vraies vacances!

 

 

 

Que défendez-vous ?  Je tente de montrer des choses mais les défendre ne m'est pas possible.

 

 

 

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"? L'amour reste énigmatique pour moi mais ce qui est sûr c'est qu'il ne se cantonne pas à une définition...

 

 

 

Enfin que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?"  Bonne question!

 

 

 

Quelle question ai-je oublié de vous poser ? Aucune.

 

 

Interview réalisé par Jean-Paul Gavard-Perret, le 15 mars 2014

 

 

 

 

 

10/03/2014

Paul Limoujoux : tout ce qui reste

 

 

 

 

limoujoux.jpgPaul Limoujoux, Quark, Genève du 20 mars au 8 mai 2014.

 

Paul Limoujoux crée par sa peinture une transparence : il fait sortir des éléments les plus simples (de consommation courante par exemple)  un paysage d’essences pures dévorées dans un cercle de l'absence que des objets épars tentent de combler. Le monde devient une suite d'empreintes perdues au fond de l'air comme de ta toile en sa blancheur de temps. Un temps non pulsé pour qu'il s'étire. Un temps à la Duras ou à la Godard - mais selon d’autres voies. Demeure la folie de voir. De voir peu. Ou plutôt de croire voir. De croire voir. D’entrevoir. Loin. Là bas. Ici même. A peine. A peine.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

16:24 Publié dans Genève, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

06/03/2014

Fabienne Raphoz : havre d’Arve

 Raphoz 2.pngFabienne Raphoz, « Terre sentinelle », 182  pages, 18 Euros,  Editions Hors-Limite, Genève.

 

 

 

Avec Fabienne Raphoz la langue classique risque la peine capitale. La  poétique la met à mal dans la folie d’une sagesse née près du lit de l’Arve. Les syllabes en émoi finissent  par y ramener une épouse toute neuve  pour  le réel. Celui-ci n’a plus seulement le coq en cuivre du clocher de Filinges pour  volatile. S’éprouve un vrai plaisir de sybarite à se laisser troubler des mystérieux paysages poétiques de Fabienne Raphoz. Le bleu de son horizon ne s’éloigne pas lorsqu’on le touche et demeure même lorsque fond la lumière du soir. La poétesse le retient encore pour voir dans l’échancrure de la nuit un oiseau inconnu que Jim Jarmusch pourrait  filmer comme il filma Kurt Cobain au milieu d’une forêt nocturne. Le Bleu, plus qu’une couleur, est la matière des formes dans ses déclinaisons de nuances. Le plus souvent ce sont les animaux qui les portent en jouant un rôle particulier : le verbe prend les tonalités  de l’espoir des  papillons du soir et de l’acier électrique des libellules que la poétesse épiait le long de l’Arve avant que la rivière passe la frontière sans visa.

 

 

 

raphoz.pngQuelquefois les mots sont en avance et d’autres en retard. Ils sont parfois à l’heure. Mais jamais à la même heure. Ils multiplient  la  syntaxe en coupures, comptines et racines pas forcément carrées pour des extases qu’on ne saurait feindre. On ne sait s’ils finissent par arranger le monde mais les choses  y font leurs affaires entre gourmandise et lumière. De tout leur bleu les branches se mettent à bouger et cela est contagieux. Rien de comparable dans la poésie du temps. On peut bien sûr relier l’œuvre à  Pesquès, Jaffeux ou de Vaulchier. Mais il existe chez Fabienne Raphoz un humour et un détachement particulier. Une alacrité et une justesse aussi. Ils font de « terre sentinelle » un espace particulier dans la poésie contemporaine.