gruyeresuisse

25/03/2020

Noblesse du ratage : Sandra Bechtel

Bechtel.jpgPour évoquer la vie grise il faut la noblesse de l'auteure. Est-elle pour autant déclassée ? Peut être. Mais comme disait Duras "elle a la noblesse de la banalité" (Duras) de celle chez qui peuvent se reconnaître les perdants magnifiques - artistes ou non. A savoir celles et ceux qui ne savent pas prendre les haches de leur pinceaux et autres brosses ou l'outil de leur intelligence par le manche pour faire du petit bois de l'autre.

Bectel 2.pngCertes "la vie d'artiste" est avant tout mise en exergue, avec ses us et coutumes, ses lois, ses "vents", et par exemple la "pratique de dégainer un agenda dans le coup " (pour l'être). Mais les petits faits dépassent le monde de l'art. Ils sont mis en récit avec humour corrosif et jamais gratuit. Le regard devient verbe et les mots pénètrent pour ficher bas le génie claudiquant et les tics verbeux et verbaux de ceux qui, parvenus, demandent aux autres de faire oeuvre de silence. Ils leur font croire que leur eau pure possède le goût de l'invisible mais les perdants sont déjà hors de leur vue.

Bactel 2.pngEcrire revient ici à raconter une histoire ou plutôt  son absence puisqu'elle est ratée. D'où la présence du texte avec beaucoup de blanc sur la page. Il y a là sous l'ironie une émotion. Car l'auteure écrit ses idées (justes) avec des mots pour dire, voire planifier les échecs et les dépressions lorsqu'on perd la connaissance non d'être mais de résister. Ce qui n'empêche pas Sandra Bechtel de regarder avec distance ironique les choses ordinaires, banales et les manies "up to date" comme on disait jadis ou "swag" comme on dit aujourd'hui (mais je n'en suis pas sûr).

Jean-Paul Gavard-Perret

Sandra Bechtel, "L'art de rater dignement sa vie d’art[r]iste", Editions Lunatiques, Vitré, 2020, 70 p., 6 E..

24/03/2020

Leslie Smith III : pour le plaisir

Smit.jpgLes tableaux découpés de Leslie Smith III créent des émotions particulières par leurs formes et couleurs. Transparait l'héritage autant de Franck Stella et ses assemblages géométriques que d'Ellsworth Kelly ou Kenneth Noland et leurs épures. Mais chez lui l'abstraction reste beaucoup plus sensorielle car chargée de matière en tant que support et surface.

Smit 2.jpgL'artiste manoeuvre dans les deux et sa peinture en n'est que plus altière, joyeuse voire giboyeuses dans toute une série de rencontres . Les pièces pourtant sagement exposées interagissent les unes avec les autres. Si bien qu'une telle abstraction devient fertile et prend valeur de réalité ferme, vivace, colorée.

Smit 3.jpgC’est là un long travail de préparation, revision des principes et activations de nouvelles "carlingues" pour la peinture. S'y envolent les ailes du désir. Le tout dans une irrévérence éloquente à la thématique ludique mais léchée. Ce travail est une fête de l’esprit et des sens dans un mélange de romance et de dérision.

Jean-Paul Gavard-Perret

Leslie Smith III, "Strangers", Galerie Isabelle Gounod, Paris, du 14 mars au 11 avril 2020.

14/03/2020

Où commence l'image - Jean-Jacques Gonzales et Jérome Thélot

Gonzales.jpgJacques Gonzales (auteur de livres majeurs sur Mallarmé et Camus son "pays") est un photographe majeur trop méconnu. Son "métier" de philosophe n'est pas pour rien dans son cheminement. L'essai de Thélot l'illustre et le commente avant que le créateur propose lui-même des extraits de son journal sous le titre de "La fiction d'un éblouissant rail continu". Le photographe, après Pascal, affirme qu'il faut "la chasse plutôt que la prise". Mais uniquement parce que la première est le gage de réussite de la seconde et il ne faut pas s'arrêter en si bon chemin.

Gonzales 3.jpgLes photos contenues dans ce livre en tout point remarquable le prouvent. Et elles le sont tout autant.   Pour "répondre à l'énigme par l'énigme" (Valéry que Gonzales cite) les longues marches du photographe  sont liées à tout un lent et long travail de méditation. Car une bonne photo passe par la dépossession de soi et de ce que l'on attend. La photo est en effet tout sauf un "ça a été" : c'est une lumière entre absence et présence. Et pour l'atteindre il faut se décliver des soi-même.

Gonzales 4.jpgOr pour beaucoup de prétendus créateurs les prises ne sont "que de la photographie" : à savoir ce qui s'abîme de platitude par manque de regard. Celui-ci  est bien différent de l'oeil qui, butineur, est en proie aux clichés. L'essayiste et son modèle rappellent que la question première reste : "Qu'y a-t-il lorsqu'il n'y a pas d'image ?"  C'est ici tout commence. L'objectif est de garder l'idée de ce qui échappe. Avec bien sûr la maîtrise de la technique afin de subvertir les codes sans perdre le monde. Gonzales reste donc un rare abstracteur d'essences et le déclencheur d'un mouvement producteur de possibles en rappelent que le mal vu appartient aussi à l'image qu'il convient parfois de griffer : il s'agit de supprimer toute rhétorique afin que les apparences engendrent, non un leurre du même, mais des formes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jérôme Thélot "le travail photographique de Jean-Jacques Gonzales", L'Atelier Contemporain, Strasbourg, 2020, 200 p., 30 E.