gruyeresuisse

10/06/2014

La mode, la mode et au delà : Florence Tétier

 

 

tétier.jpgAttentive au moindre détail Florence Tétier propose  par sa direction artistique une œuvre attirante et séduisante qui refuse les beautés glacées au profit du clin d’œil et d’une (fausse) nonchalance expressive. Ancienne élève de l’ECAL elle poursuit un travail professionnel dans son agence. Adepte de toutes les nouveautés techniques la créatrice interprète ses commandes de marques de prestige selon ses propres canons et non seulement par ceux imposés par le marketing d’entreprises qui ont compris l’apport que la créatrice  pouvait leur apporter (Kenzo par exemple).

 

tétier 2.jpgFlorence Tétier cherche toujours des images à la poésie  lisible et légère avec ça et là quelques pointes de sophistication clean qui rappellent -  sans toutefois la recherche de touche vintage - une esthétique miroir des années 80. Ses modèles sont scénarisés avec humour et grâce. Une telle directrice de création joue parfaitement des codes du « bon » et du « mauvais » goût. D’où l’ironie qu’elle introduit dans ses choix parfois kitsch et revendiquées comme telles. Plus qu’une autre elle prouve qu’une simple image (fût-elle de pub) n’est pas une image simple. « Objet » sensible et intellectuel elle permet d’éprouver l'approximation la plus précise possible de ce que Platon nommait un "lieu". En émerge une proximité plus conséquente qu’un pur reflet. Celui-ci est parfois retourné sur son tain. Si bien que le regard est partagé  entre le sentiment de la perte et de la reconnaissance par le jeu  du sombre et de la clarté, de creux et du plein.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

 

23/05/2014

Not Vital : l’image la plus simple n’est pas la plus simple des images

 

 

 

 Not Vital.jpgNot Vital, “Heads” Galerie Thaddaeus Ropac, Paris, 22 mai- 24 juin 2014.

 

 

 

Depuis l’ouverture de son atelier en Chine Not Vital poursuit de manière de plus en plus radicale une de ses thématiques majeures : la représentation de têtes humaines au moyen de sculptures, dessins, peintures. A partir de 2009, prenant pour sujet ses propres assistants chinois, l’artiste a entamé une série de portraits sous forme de sculptures. Elles sont exposées en partie à Paris et représentent à ce jour ce que l’artiste a produit de plus beau - même si ce mot doit être (parait-il) honni de la critique. Leur force esthétique tient de la puissance de formes qui ferait passer Brancusi lui-même pour un baroque !

 

La monochromie des dessins dans leur exécution rapide et leur aspect flou sont métamorphosés dans la sculpture en surfaces lisses, parfaites, brillantes « minimalissimes » et qu’il faut scruter de près tant Not Vital les travaille avec une économie de détails. Les « Têtes » deviennent des modèles d’abstractions quasi pures. Elles imposent leur universalité. Le revêtement enrobe les reliefs convexes et concaves d’une même pellicule brillante créée par une haute technologie mise au point par l’artiste. Chaque pièce  se couvre de reflets en ouvrant un jeu d’éloignement et de proximité (la première domine), de chaleur et de froideur qui saisissent le spectateur. De telles œuvres sont autant des figures primitives que de science-fiction.

 

Vital.jpgNot Vital oblige l’image à revenir à un état premier qui impose une relecture des formes admises. Elle donne structure à une avant-forme ou si l’on préfère une forme affranchie dont le spectateur doit «dévisager » les contenus. Dans ce qui peut sembler  gouffre d’ombre, l’éclosion de miracles, l’ascension de merveilles ont lieu et affichent l’absolu de leur évidence.

 Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

 

 

09/05/2014

Thomas Hirschhorn de l’art pauvre à l’engagement, du gadget à la révolution

 

 

 

hirschhorn bon.jpgThomas Hirschhorn, « Flamme éternelle », Accès libre, Palais de Tokyo, Paris du 24 avril au 23 juin 2014.

 

 

 

Thomas Hirschhorn est originaire de Davos, passant par l’école des arts décoratifs de Zurich il vit et travaille à Paris et fut un temps associé aux « Laboratoires d’Aubervilliers ».  Il reste très présent dans son pays d’oirgine de Lucerne à Berne, de Genève à Fribourg, de Saint Gall à Lausanne. Son travail est fait principalement  de sculptures précaires fabriquées  à partir de matériaux du quotidien : vieux papiers, film d’alu, carton. Ces œuvres sont souvent des monumentales et requièrent la  participation du public. Dans le hall du Palais de Tokyo pour son installation « Flamme éternelle » un panneau  «Suivre les pneus» ouvre  son immense installation dans le ventre du bâtiment parisien. La première émotion « esthétique » ( ?) est olfactive : l’odeur du combustible de deux feux mêlés à celui du caoutchouc saisit le visiteur d’un capharnaüm  bardé de banderoles tendues au-dessus de 15000 pneus empilés.

 

 

 

L’artite à déjà multiplié ce type « d’évènements » ‘près d’Avignon à New-York ou Cassel entre autres) qu'il a appelé des « Monuments » dédiés par exemple à Antonio Gramsci ou à  Georges Bataille. Comme avec sa précédente exposition dans le même lieu («24 h Foucault») celle-ci oblige à revoir le rapport aux institutions muséales et à l’objectif de la création. Cette installation repose sur quatre concepts : «Présence, Production, Gratuité et Non-Programmation». Et l’artiste de préciser en tête d’exposition : «La Production n’est pas possible sans Présence. « Flamme éternelle » veut produire des rencontres, des événements, de l’amitié et  être un hommage à l’activité de la pensée.» 


Hirschhorn bon 2.jpg

 

Tout fonctionne donc sur le dialogue et la confrontation dans ce cheminement  balisés par les murs de pneus. S’y découvrent des bibliothèques d’ouvrages, un espace informatique libre sur lequel trônent des fragments de slogans en suspens, un café avec braseros où lisent et parlent pendant les deux mois de cette exposition près de 200 intervenants : écrivains, artistes, philosophes, universitaires. Il y a aussi un atelier avec outils et polystyrène et une vidéothèque  consultable. Tout est fait pour activer la pensée contre le muséal. Pas sûr cependant que l’objectif proposé soit tenu.

 

Et c’est bien là une limite d’un tel art : le musée reste un lieu à part et le Palais de Tokyo (moins qu’un autre) ne se prête pas à la fête iconoclaste. Est-ce un bien ou un mal ? L’artiste penche sans doute pour la seconde solution. Mais ouvrir l’art à qui l’ignore n’est pas simple et demande encore un grand bout de chemin et d’autres propositions ou anticipations à une telle ambition. Le néophyte risque de trouver au Palais de Tokyo  qu’une aire ludique et gratuite . Certes en ces temps de crise ce n’est déjà pas si mal…. Mais que ce soit hors institution (avec l’actionniste) ou dedans (comme Hirschhorn le propose)  la question reste ouverte. Il n’est pas sûr que la réponse de l’artiste soit la plus probante des stratégies.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

,