gruyeresuisse

06/11/2014

Miriam Cahn et la lumière des êtres-cendres

 

 

 

Cahn.jpgMiriam Cahn, Corporel/Körperlich. Centre culturel suisse,  38, rue des Francs-Bourgeois, 73003 Paris, jusqu’au 14 décembre. « Miriam Cahn – 1979-2005-2010 » Fac-similé d'un carnet de dessins grand format réalisé sur une trentaine d'années par l'artiste suisse, dans un luxueux coffret cartonné

 

 

 

Jetant sur le papier ou sur la toile son corps et de ses émotions, Miriam Cahn donne à l’être toute sa puissance. Figurant la femme dans son intégrité, devant des paysages ou des propositions architectures elle y paraît néanmoins fragile, désemparée. D’où le double mouvement qui habite l’œuvre dans sa force de vie mais aussi l’  « empêchement » que celle-ci subit. Surgit de son œuvre telle qu’elle est présentée à Paris un labyrinthe optique programmé comme tel par l’artiste suisse.  Les murs et les vitrines  sont surchargés de propositions où se mixent divers  supports, médiums, sujets, silhouettes  et volumes. L’œil passe d’espace apaisant (cheval rose, paysage de montagne vu en plongée) à des espaces de violence comme dans la salle où sont confinés distordues treize gisants à la bouche ouverte ­entre le sommeil et la mort ou encore dans celle où cinq personnages fantomatiques ont les mains en comme soumis à une menace invisible.

 

Cahn 2.jpgDans une telle œuvre les frontières du temps restent plus poreuses  que les cactus affrontant le désert. L’artiste travaille afin que les sources de vie ne s’enfuient pour toujours en un rire sardonique. Elle rameute de manière allusive celles et ceux qui dans la nuit de l’Histoire ne purent s’éclairer que de leurs larmes. La plasticienne agit  en un seul but : jamais le silence des témoins ne peut faire que le spectre solaire tombe dans le noir. Chacune de ses silhouettes est à ce titre une colonne vive afin que l’obscur se change en palette d’existence. Il y  là à la fois rien et tout ce que l’artiste a rêvé et que sa  mémoire espère.  Les cendres demeureront moins traces qu’annonces là où soleil disparut dans la forêt des os. D’une œuvre à l’autre la liberté avance. Sur un ciel immobile quelqu’un fuit dans le couchant. Les montagnes tiennent. L’idiot les croît transparente. Il ne les respecte pas. Mais à l’inverse avec Miriam Cahn l’appel vital ne se ferme pas.  L’oeuvre se crée à partir des sources noires  mais progresse afin que les êtres-cendres ne marchent plus sur la poussière des êtres. Chercher l’origine oblige à reculer mais force à avancer.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

20/10/2014

Gregory Sugnaux : d’entre les lignes

 

 

 

 Sugnaux 2.jpgGregory Sugnaux, Y.I.A. (Young International Artists), Art Fair; Paris, octobre 2014, Galerie Christopher Gerber, Lausanne.

 

 

 

L’œuvre de Gregory Sugnaux propose une méditation sans limite par des effets de lignes et de formes. Les mouvements créent dans le « dur » une perte de repère. Dégagée de toute anecdote ce travail devient une expérience visuelle mais aussi existentielle. Une pensée "claire" remonte des tréfonds de l’inconscient par une série de manifestations abstraites où se précisent les images de notre incertitude. Sugnaux rappelle que c'est une inconséquence et une inconsistance de la raison qui nous pousse à oser proclamer l'existence comparable à une unité. L’œuvre ne propose jamais la confirmation d’un miroir. L’appréhension du "réel" dans la syncope et le spasmodique arrache ici au silence l'innommable qu’il cache. Loin des mélancolies et des nostalgies des ondulations décalent la présence au profit de son soupçon en un envol triomphal. Le sensoriel (qu'il ne faut pas confondre avec l'affect et même si le premier possède des incidences sur le second) est nourri de suites d'empreintes sur la blancheur de neige. Elles sont parfois coupées par des éléments de sculpture où le trop brûlant est métamorphosé en glace. D'où ces remarquables sonates en blanc majeur. Entre torsion, dynamisme et un certain minimalisme l’œuvre oblige à fréquenter les limbes du langage plastique. Il faut se laisser envahir par un flux brisé, un chant cassé où surgissent les échos visuels des "stèles" de Sugnaux. En surgissent des treillis et des escaliers renversés dans l’espace.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

12/10/2014

Assauts d’homme et go more : Nadine Agostini

 

Agostini 2.jpg

 

 

 

Nadine Agostini est la diablesse de la plus sainte des chapelles. Son corps - en ce lieu comme en ses livres - est disposé en chœur dans la région où la pensée n’est que panier percé. Sans doute par ces effets d’ouverture. Ils sont soignés au besoin suivant le lieu par le dentiste et le gynèco gantés de rose et songeant à leur épieu dans leurs vœux les moins pieux.  Ils regardent au fond de l’entreval où le vrai se livre. Bouche, jambes lues ouvertes en livre. Le feu se pourra-t-il scellé ? Les soignants supputent que la chair est très douce en la diablesse. Pendant ce temps elle cultive des architectures des X et des Y, des géométries d’abscisses désordonnées par effets de miroir algébiques. Des noyaux d’ombre centraux sont conjugués par l’agir des cuisses qui ouvrent le danger. Doux en l’âtre est son chevêtre en l’envers et la verse.  Le change donne la bête aux enfers. L’auteure tue-t-elle néanmoins celui qu’il est devant ses textes ? Le risque est grand. D’autant qu’au besoin elle devient plurielle et lève la noire la plus nuit. Des secousses sont jointes à l’écriture lorsque l’oiseau de poing est bien dressé.

 

Agostini.jpgEn divine "traitresse" Nadine Agostini tire le corps branche à branche de son tissu de ronces. Perdurent des pliures d’ombre, un chemin frayé  par degrés jusqu’au pubis. La coupe va montant ou tombe horizontale.  Mais elle est toujours pleine afin que se comble la baie et que le texte avance. L’offre s’étoffe en de beaux draps lexicaux dégingandés. Le corps s’écrit en ailes. Les jambes sont des routes. Le désir n’est pas loin. La jupe abandonnée est sur une chaise. Une bretelle s'était vite décrochée. L’amant vit le corps - mais il ne se voit plus corps. Dans chaque texte l'attente ne  peut  plus attendre (gourmande de sa gourmandise). L’écriture prend un tendre parfum et une vision tactile. Il y a des trous dans la haie des mots,  des seuils à franchir.  Assauts d'homme et go more : aux grands mots d’amour les grands remèdes. En cet enfer nouveau Dante erre au paradis. Et l’auteure s’en délecte.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

De l’auteur : Berceuse, (Comp’Act) ; Territoires (collectif, Fourbis) ; L’art dégénéré (collectif, Al Dante), Dans ma tête (Derrière la Salle de Bains). Lire aussi sur son blog les aventures d’Adrénaline.