gruyeresuisse

06/08/2019

Daniel Ziv : morceaux pour faire un livre

Ziv.jpgTout livre n'est que l'ombre de celui qu'il devrait être. Mais - Michaux l'avait compris - : tant qu'il bouge c'est bon signe. C'est comme si la fin ne connaissait pas de temps. Ici, Daniel Ziv ne propose du livre à venir que son ombre. Il lui donne bien sûr une forme (et pas des moindres) pour qu'il rentre dans le monde. "Ce n'est rien" bien sûr mais grâce à cette ombre d'un autre livre, d'autre chose "qui se retrouve dans la quatrième dimension, ce quelque chose n'étant que l'ombre d'elle-même dans la cinquième" et ainsi de suite, demeure un souffle, les histoires d'une histoire.

Ziv 3.pngExiste donc une pièce montée de morceaux habilement choisis. Fictions, scénari, fragments théâtraux deviennent des stations narratives à mi chemin de divers temps et en divers rhétoriques pour le remonter et le déphaser (d'où le sous-titre "28 août 2015-2012") entres des vies et des morts là où les vieillards - pour étreindre l'angoisse - retournent vers le passé. Demeure - au moins - l'espoir que les notions de passé et de futur, de cauchemar et de rêve deviennent le creux et la surface de l'écriture. Celle-ci se voudrait "machine intemporelle" (donc bien plus que l'ancienne qui ne servait qu'à remonter le temps) mais se révèle une "boîtes de sardines fictions".

Ziv 2.pngPour autant le jeu en vaut la chandelle. Puisque de fait c'est bien le "tout ce qui reste" qu'évoquait déjà Beckett. Preuve - et pour revenir à lui - que "quelque chose suit son cours". Ziv ramène donc à ce rien qui est tout. Et ce en remontant ou préfigurant des images sourdes. C'est peu diront certains mais l'auteur se serait contenter de moins. Pour autant il ne s'arrête pas en si bon chemin. Il s'agit de retenir la chanson de "zestes" tant que faire se peut. Jusqu'à l'épuisement final et dans la folie d'un croire, d'un entrevoir. Bref il convient de cribler la page d'un moindre inannulable avant que, en des fragments qui s'écourtent, les mots ne disparaissent et en reprenant là où le chantier reste encore provisoirement ouvert.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

02/08/2019

Le bûcher des vanités de Pierre Aghaikian

Aghaikian.jpgLa Galerie Isabelle Gounod va consacrer une troisième exposition personnelle au peintre Pierre Aghaikian. Son exploration des grands mythes populaires et des icônes contemporaines passent ici par de grands formats. Les compositions deviennent plus explosives en une sorte de lyrisme où se mélange l'abstraction et les références à divers champs : Walt Disney ou les jeux vidéos mais aussi appels à la grande peinture d’Histoire.

Aghaikian 2.pngLes calembredaines des icones commerciales deviennent des démarreurs afin de recréer au moyen de la peinture une histoire fictive et critique du monde et de ses images. Les supposés invariants des mythes populaires mixés se retrouvent hors de leurs gonds par un vocabulaire plastique chatoyant qui n'efface pas pour autant la noirceur des images de consommation.

Aghaikian 3.pngPierre Aghaikian nous dégage de leur ombre tutélaire. Dans cette fête des formes et couleurs d'autres possibles se manifestent. C’est la victoire de l'art "artisan" face aux mythes industriels et l'Histoire qui les nourrit. La peinture devient la présence d'une rédemption à la fois drôle, tragique, superbe.

Jean-Paul Gavard-Perret

Pierre Aghaikian, "Burn The Witch", Galerie Isabelle Gounod", du 31 aout au 24 septembre 2019.

01/08/2019

Les fables de Jasmin Joseph

Jasmin Joseph.pngPas très loin de la frontière (à Aix les Bains) sont présentées des oeuvres parfois inédites du céramiste et peintre haïtien Jasmin Joseph (1924-2005). A mi chemin entre sa culture première animiste et chamanique puis chrétienne à la suite de sa conversion au protestantisme, l'artiste offre une interprétation du conte haïtien du Hibou. Jaillissent - à travers un bestiaire poétique - l'amour et l'effacement des différences physiques et sociales.

Jasmin 2.jpgUn chant s'élève dans le jeu des formes et des couleurs tendres là où Jasmin Joseph repasse les jupons des non-dits irremplaçables que les mots ne peuvent atteindre mais que la peinture émet par les vibrations douces des présences animalières. Artiste conquérant le peintre rappelle à un devoir non seulement de solidarité mais de partage au service de l'esprit.

Jasmin 3.jpgC'est aussi une manière de récrire la philosophie de l'Histoire de l'esclavagisme, de la pauvreté, du racisme et ce de manière poétique. Les destins qui jusque là n'ont pu être surmontés, l'artiste leur offre une issue. Les dualités "officielles" se réduisent pour apaiser l'angoisse infinie des vies spoliées et des âmes méprisées. L'artiste produit du mouvement et de la pensée libre. Elle dépasse les cartographies du tragique et offre des possibles immédiatement applicables à qui veut s'y engager.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jasmin Joseph, "Le conte du hibou", Editions de la FACIM (Chambéry) et exposition "Jasmin Joseph, le conte du hibou", Musée Faure, Aix les Bains du 15 juin 2019 au 5 janvier 2020.