gruyeresuisse

16/01/2015

Delirium Vadi

 

 

 

 Vadi bon.jpgPierre Vadi, "Plus d'une langue", Centre Culturel Suisse, Paris, du 16 janvier au 29 mars 2015.

 

Les œuvres d’art sont souvent considérées comme de vieilles dames outrageusement maquillées, au sourire un peu trop victorieux, figé et vaniteux. Rien de tout cela chez Pierre Vadi dont l’œil oblique et les croyances troublées font bouger bien des lignes. Beaucoup parlent à propos de ses travaux de  « principes de  précipité  et de passage ». Le Genevois  propose diverses élucubrations plastiques, chimiques et matérielles en un mixage d’objets et d’images mentales. Utilisant souvent le moulage, ses sculptures créent les figures en négatif ou inversées du monde. Les emballages en carton deviennent des contenus.  Son « Portique du Gouvernement du Monde depuis la Montagne Noire » reste un porche des plus incertains. Les œuvres multiplient les doutes et les ouvertures (possibles mais jamais certaines) de sens. Les vis et écrous de « Stoned Text » renvoient à la fabrication mécanique du livre où le texte  devient pierre et où la pierre elle-même étant homonyme  du prénom de l’artiste incarne un jeu de mot.

 

 

 

Vadi Bon 2.jpgL’effet de l’œuvre est autant de spatialiser le temps que de temporaliser l’espace et de décorseter la notion même de langage et de signe.  Sorte de marchand d’os l’artiste par interventions attentives désoriente bon nombre d’idées reçues sur l’art, sa technique, ses expositions. Il ne pare jamais le réel de plumes ou de bandages herniaires. Pour lui la beauté n’a pas de forme même si les formes la font naître. Il arrache ses œuvres au règne du spectacle et de la culture séduction même si au besoin il peut jouer avec. Inactualisant l’actuel (à l’inverse de ce que bien des artistes proposent) il porte attention aux objets de perte devenus grâce à lui ceux de la contemplation. Il s’agit  de mettre le feu au regard, de discréditer tout didactisme avec cet instrument d’imprécision, de torture et de musique qu’est l’art. Par la magie-Vadi des nettoyeurs matinaux époussètent au milieu des nuages les déshabillés compliqués des structures qui droguent à la baguette des valses de Vienne. Surgit un nouveau réalisme mâtiné de constructivisme.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

04/01/2015

L’inconnu(e) dans la maison : Mylène Besson

 

 

 

 

 Besson 3.pngMylène Besson, Eros Bacchus, Humus, Lausanne jusqu’au 15 janvier 2015

 

 

 

Dans les dessins de Mylène Besson des mains de tendresses parcourent  les galaxies des corps et des ombres afin de produire  des voyages inter-sidérants et extratemporels. Des mains épousent des regards, cherchent l’étoile sur leurs paupières. A la volupté se conjuguent d’autes amours plus maternels. L’objectif est de  chasser des nuages, d’entretenir  des songes en frôlant le seuil de diverses intimités. Adam veut Eve. L’inverse est vrai aussi.  Ils ne sont pourtant ni  conquérants ni vénéneux. Ils cherchent la source qui a comme nom l’existence. Ou plutôt le désir. C’est pourquoi les mains serpentent jusque dans la caverne obscure.  Besson.jpgLa lumière descend jusqu’au corps enfermé dans la pudeur du lin. Le dessin creuse  le « o » et le « où » du corps dans le tracé des formes. Il existe des accords en mode mineur  ou majeur. Se fomentent le début et la couture du temps, le mystère englouti de la vie  là où elle semble  partir en vrille.  On se retrouve au cœur du temps où  passe en boucle le passé. L’avenir n’est plus que cet éclat qui eut dû se produire antérieurement ou plus près de l’origine. Dans l’étrange phénoménologie des dessins se lient la présence et l’absence en un théâtre aussi brûlant que glacial. Il creuse le temps en tout sens. Il s’agit de résister et faire semblant de rester debout face à ces femmes qui nous montrent comment se tenir et qui , par leur regard , disent l’inconnu en elles, l’inconnu en nous.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

26/12/2014

Rémy Zaugg : la peinture à la lettre

 

 

 

Zaugg.jpgRémy Zaugg, « Un mot un tableau » , 20 fevrier - 29 mars 2015, Centre Culturel Suisse de Paris.

 

Les  marteaux des mots font  dans la peinture de Rémy Zaugg de la bonne musique. Ils ne pas cognent pour les chiens. Il fallut à l’artiste (1943-2005) pour les actionner de la testostérone et un toupet à l’âme. Bref un cœur dur, bien trempé, Et de la discipline. Comme celle des bêtes vissées à leurs brancards pour forcer des incrustations d’inoxydables tentations. Nous les entendons-voyons  encore. Toute la matière, tout l’univers est suspendu aux sons des mots devenus images. Elles sont données à voir, à lire et pour entendre l’animal humain. Son plaisir et sa plainte.

 

Zaugg 2.jpgDe telles œuvres laissent le spectateur à distance pour mieux le prendre dans leur intransigeance. Le regard devient lecture de ce qui surgit en ellipse plus que par slogan. S’y affirme la force de l’existence dans une thématique liée  à la présence, la mort, la vision et la cécité. Si les mots priment, la couleur et la composition gardent toute leur importance. L’univers pictural devient sonore. Dans une forme de  disparition de l’image le monde apparait. L’homme n’est qu’une bête hurlante.  Ses mots sont des rébus. Ils sont de l’espace insensé. Rien à l’intérieur. Rien à l’intérieur. Ils sont à l’extérieur de l’espace. A l’intérieur de personne. La seule figuration reste donc la lettre, ses  règles et leurs exceptions. Car il n’y a jamais un seul centre, chaque « cadre »  est sujet à bien des digressions intempestives et des circonvolutions énigmatiques. En sa peinture autophage Rémy Zaugg met toujours le feu au cerveau. Sans autre espace que ce mouvement de flux et de reflux bref de rythme. L’artiste inverse juste la vue. La réinvente. Point de respiration. Point de suspension. L’hallucination incantatoire, l’apparition de l’inquiétude rythmique hurlant à la charnière des mots et de l’image. Rien n’est à l’extérieur d’elle sans être  tout à fait à l’intérieur de nous. Et c’est pour cela que l’œuvre suit son cours.

 

Jean-Paul Gavard-Perret