gruyeresuisse

17/10/2016

En présence des clowns : Jacques Flèchemuller



Flechemuller 2.jpgDe la pratique très éphémère du métier de clown dans un cirque itinérant, Jacques Flèchemuller a hérité de l’art du masque et du comique. Mais ce masque ne cache pas : il cabosse, rend dérisoire les images codées de l’érotisme en vigueur. Flechemuller.pngLe glamour des pulpeuses femmes tirées des images de papier glacé joue des « choses » de la mode comme des attributs paysagers. Et il n’est pas jusqu’à un prince d’un rocher monégasque à ressembler à un bouliste rehaussé de primates.

Flechemuller 4.jpg

 

Dans une imagerie tirée des dessins des années 50 où les couples semblent particulièrement niais l’artiste crée un contre-pied hérité de l’admiration du peintre pour « Les Pieds Nickelés », première B.D. mal pensante et anarchiste. Partant de leurs quatre héros anti-mousquetaires Flèchemuller a repris à sa main les grands maîtres comme les images populaires. Manière de rendre Vélasquez et Goya encore plus noirs qu’ils le furent. La cocasserie est omniprésente mais elle se nourrit d’une certaine angoisse. Flechemuller 3.jpgLes peintures plutôt que d’épouser le courant le remontent en cultivant des ratages programmés fertilisés par des savoirs dont l’origine se perd sans doute dans les premiers moments de l’art et la pratique des masques que les hommes inventèrent au moyen de terres de diverses couleurs pour créer des ruptures sémantiques avec ce qu’ils furent.

Jean-Paul Gavard-Perret.

08/10/2016

Les raisins de l’adultère


AAAApingeot 3.jpgLa France aime ses monarques et s’entiche de leurs frasques. Pour preuve l’accueil laudatif de ses gazetiers (toutes tendances confondues) qui saluent les kilos de papier propres à envelopper les lettres d’amour du Président à sa donzelle. Au début de leur relation elle avait 20 ans, lui 46 : de quoi redonner de la verdeur au roucouleur charentais. Si l’on en croît ses missives il rêvait de glisser en elle comme dans ses pantoufles. Que l’amoureuse laisse descendre cul sec dans son cœur ces brouets sirupeux est pardonnable Que la critique chante la pompe du corpus compassé dans le plus pur style XIXème siècle victorien laisse interdit. Le prince y surjoue les Pierrot d’amour avant d’aller pousser plus loin son bouchon.

AAAPingeot2.jpgVirtuose de la viole de gambettes, il cultive du bis repetita placet. Compter fleurette est un moyen de tailler le bout de gras pour celui qui s’ennuie en conseil des ministres ou entre deux élections présidentielles. L’émoi du conformiste amant au surmoi pondéral reste d’un ennui crasse. Pas la moindre originalité; rien que du « Mignonne allons voir si la rose » sans la moindre épine. Manière pour le susdit de poursuivre d’assiduités surannées son Emmanuelle scolaire. Et il est étonnant qu’Anne Pingeot - aussi brillante  aujourd’hui - ait donné son aval à la publication d'un tel marivaudage conformiste où seules la morgue et la hauteur du commandeur n’ont rien d’artificielles. Quant à la littérature elle demeure lit (au ciel pudiquement évoqué) et ratures (sur la moindre malséance). C’est du prêchi-prêcha de bobonne compagnie, un cake étouffe-chrétien mâtiné aux raisins adultérins.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

François Mitterrand, « Lettres à Anne - 1962 – 1995 », Gallimard, Paris, 2016.

 

 

 

 

 

20:03 Publié dans France, Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

05/10/2016

La peinture est le poème qui creuse les images - Etel Adnan

AAAADnan.jpgEtel Adnan est née en 1925 à Beyrouth. Après des études à la Sorbonne et à Harvard, elle a enseigné la philosophie en Californie. Des livres sur la guerre civile libanaise comme "Apocalypse arabe" ou "Sitt Marie Rose" (devenu un classique de la littérature de guerre) l’ont placée comme une des voix les plus importantes du féminisme et de la lutte pour la paix. Son œuvre plastique se construit à partir des éléments basiques composés en une architecture puissante et première. Elle est exposée dans le monde entier. AAAaDnan2.jpgPar son inscription néo « cubiste » elle se situe loin du naturalisme comme du symbolisme. Au sein de l'éclatement des procédures picturales, des circuits de diverses possibilités se croisent. Etel Adnan a horreur des effets : à un express qui déraille elle préférera toujours une suite de pas dans le désert. Toute l’œuvre n’a pour but que de faire jaillir « la chose qui fait le lien avec tout le reste. C’est ce que nous appelons notre personne. Il y a un lien qui se fait involontairement, qui est là, c’est notre sensibilité, c’est notre identité… C’est une même personne dans des lieux différents. Tout art est une fenêtre ouverte sur un monde auquel lui seul a accès » écrit l’artiste.

Aaaadnan3.jpgSon œuvre rappelle aussi la puissance de l’amour : « Amoureux, on devient un oiseau : l’on tend le cou et entend un chant que l’on n’attendait pas. On est sans voix ». Néanmoins la créatrice sait que la plupart des êtres refusent de céder à la puissance d’un tel sentiment. C’est pourquoi son travail se fait un appel afin que les êtres osent ce risque et ne se contentent pas de croupir dans la médiocrité. C’est le seul « salut » terrestre. Il permet de supporter les ruptures dans la réalité. « Celles-ci créent des abîmes métaphysiques où la nature du temps se dévoile à nous » mais ce temps est pour la créatrice moins un état qu’une énergie. Elle doit lier les événements et les êtres dans une aspiration et le respect de la vie et non des idéologies célestes porteuses de nuages donc de pluies diluviennes. Etel Adnan préfère donner présence à la lumière du jour en découpant l’espace par signes, formes et couleurs.

Jean-Paul Gavard-Perret

Etel Adnan, « A Tremendous Astronomer », 12 octobre – 19 novembre, Galerie Lelong, Paris.