gruyeresuisse

03/10/2018

Kourtney Roy la Sauvage

Roy 2.jpgAvec « Sorry, No vacancy » Kourtney Roy poursuit ses auto scénographies décalées, drôles et absurdes nourries de références hollywoodiennes dans les déserts ou les espaces suburbains de l’Ouest américain (ici son Texas natal).

Sur des routes perdues dans le désert, devant des magasins ou cités fantômes, l’artiste devient une héroïne en dérive au sein de divers types de mises en abyme. Existent là des séquences de films. L’importance du détail et de l’atmosphère est omniprésente.

Roy.jpgToute une mémoire, réelle ou imaginaire y est engagée là où se lient l’anecdote secondaire (quoique capitale) et l’intimité de l’artiste. Elle reste le personnage clé de scènes aussi banales qu’étranges et perturbantes. S’appuyant sur « les caprices du hasard » l’artiste crée tout un jeu grave mais ludique dans ce qui demeure sans prises pour le regardeur. Tout reste béant entre la réalité et le fantastique.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

22/09/2018

Jane Ward du chromo au féerique

Ward.jpgJane Ward, « In These Solitudes -Travaux récents », Galerie le Salon Vert, Genève.

A la croisée de la photographie, de la peinture et des techniques numériques, l’artiste anglaise Jane Ward après sa résidence à Trélex (Vaud) au mois de septembre présente à Genève ses nouvelles œuvres paysagères.

Ward 2.jpgAu départ il y a le chromo dans tout ce qu’il peut sembler surfait et kitsch. Mais l’artiste ne s’arrête pas en si mauvais chemin. Elle transforme les histoires de goût douteux en féeries fabuleuses et glacées où le regard se perd.

 

Ward 3.jpgL’image se métamorphose. Ses turbulences nous guettent. Si bien que les paysages basiques sont repensés là où la feinte de réalité ne se pose pas sur le regard comme la vermine sur notre dos. Jane Ward la réveille par les « termes » d’un espace dont l’instrumentalisation primaire est renvoyée aux calendes grecques. A nous d’en faire bon usage et de nous laisser emporter.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

19/08/2018

Matthieu Ruf : Robinson est de retour

Ruf.jpgMatthieu Ruf, « Seconde Nature », Paulette Editrice, Lausanne, 2018

Le jeune écrivain Lausannois Mathieu Ruf a fondé en 2012 le collectif AJAR dont les membres partagent le désir d’explorer les potentialités de la création littéraire en groupe et de défendre une approche professionnelle de l’écriture sur divers médias et support. Son voyage en Amérique du Sud alimente son blog nommé « L’encre de Paragonie ». Et il n’est pas sans échos dans ce livre où le héros devient « un scientifique penché sur un insecte ». Ce qui permet à l’auteur « Un retour à la nature, entre conte des origines et documentaire post-apocalyptique. »

Ruf3.jpgCe Robinson d’un nouveau genre n’est pas toujours en état de fonctionner parfaitement. Mais il est à l’image de la forêt qu’il explore. Elle est peuplée d’une faune et flore particulières : cochons d’eau, sistérinos, colovriers, etc. Mais l’auteur procède de manière dialectique hégélienne le personnage et le monde entre conservation et dépassement des éléments que constitue le roman entre négativité et positivité dans des linéaments et des lignages impressionnants entre le primitif et le futur.

ruf4.jpgCette dialectique est subtile et l’auteur possède un art achevé et ironique de la description et de l’allusion subtile. Elles donnent tout le sel à cette dystopie originale et qui remet bien des montres à l’heure en défendant des valeurs autant « sauvages » qu’irrecevables dans notre monde qui sous couvert d’ouverture propose bien des révocations et des exclusions. Et l’éditrice lausannoise prouve une nouvelle fois sa volonté de faire bouger les lignes dans ses exercices et liberté et d’amour de la langue.

Jean-Paul Gavard-Perret