gruyeresuisse

07/03/2017

François Jolidon : huiles des vidanges historiques

Sardine.pngFrançois Jolidon, « Le point de vue de la sardine », Encre Fraîche, Genève

Il faut un certain temps pour entrer dans les dix sept boîtes de sardines de François Jolidon. Elles ne contiennent pas forcément le poisson attendu. Certaines histoires sont faites pour le noyer là où le monde est décliné ou tiré d’évènements importants. Ils se découvrent de manière dégingandée selon des narrateurs à l’identité suspecte. Ecrire de telle manière sur les faits et méfaits du temps peut laisser l’impression de se mordre la queue (de sardine évidemment). Mais cela est programmé : il n’y a donc aucune raison de différer une telle lecture. Une fois dedans, le livre ne se quitte plus.

Sardine 2.jpgFrançois Jolidon est intéressé avant tout par l’aventure du langage et ses possibilités (illusoires ?) de délivrance et d’humour. Et ce même si en apparence l’écriture a le but de délivrer moins de nos faiblesses que des messages de faiblesse. Pour le faire l’auteur n’est jamais un petit joueur. Dégagé de tout discours autoréférentiel le livre s’intéresse à des considérations plus amples. D’où la force d’une sorte de voyage initiatique en un « caveaubulaire » (Prigent) habilement illustré par Catherine Louis et propre à subsumer le passif de tout ce qui entoure. Entrer dans une boîte de sardine revient à rejoindre nos frères humains sous des cieux inconnus et par médiums d’inadvertance. Dès lors que les gars de la sardine se le disent : se laver les mains à l’huile que la boîte contient ne servirait sans doute à rien.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

(Dessins de C. Louis)

04/03/2017

Fragments du discours plastique : Nicolas Momein

Momein.jpgNicolas Momein, « Bouilleur de savon, fragment », - Topknots, 2017,Villa du Parc, Genève

 

 

 

 

 

Momein 4.jpgNicolas Momein mixte fiction et réalité. Ou plutôt la fiction se crée par des fragments de réalité. Toutefois - une fois l’exposition terminée - la tonne de savon transformée en cubes de savon de 300 grammes va perdurer, « frictionner » en dépositions qui échappent à l’artiste. Ce qui fut structure dense et aérée reste à la poursuite de l’impossible. Le tout dans un état intermédiaire entre absence et présence. Au plaisir de l’ensemble va se succéder une vie secrète en une suite de moments délicieux où peuvent se mêler le travail du regard et d’autres sensations tactiles et odorantes.

Momein 3.pngL’artiste crée un mouvement particulier qui ouvre l’art à une autre expérience. Si bien que l’art devient ce "qui ça / jamais là où" (Beckett). Même si bien sûr se retient le lieu que Momein a construit et où tout a commencé. Après l’assemblage se crée un éparpillement qui n’est pas forcément fracture. Pour revenir encore Beckett « quelque chose suit son cours ». Le tout selon une perspective contiguë aux travaux de l’artiste et en les ouvrant pour une relation à l’art difficilement conceptualisable.

Momein 2.jpgDe l’assemblage complexe constitué comme sens succède une langue en morceaux et un pas au-delà. L’œuvre disparue à la fois persiste, résiste et reste inaccessible. C’est donc aussi autour de cette absence présence que s’organise une promesse. S’agit-il de ramener dans et par le langage quelque chose qui serait enfoui ? Sans doute. D’une part parce que l’œuvre reste difficilement extirpable et demeure et d’autre part parce qu’il ne s’agit pas de faire de l’art une simple clé qui permettrait d’atteindre une placidité irrécusable. Elle donne sens mais se poursuit en une présence « in abstentia » et memento mori. A nous d’en faire bon usage.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

21/02/2017

Théâtralité de l’éros : Julia Fullerton Batten


Fullerton Baten 4.jpgOriginaire d’Allemagne puis installée à Londres Julia Fullerton Batten explore les transitions complexes, émotionnelles, physiques et sociales vécues par les femmes : adolescentes, banlieusardes et dans « The Act » celles qui ont choisi de vivre de l’industrie du sexe. Ces femmes (dont les photos se doublent d’entretiens réalisés par l’artiste) semblent vaquer dans un monde fait de réalité et de fantasmes. L’artiste en a retenue quinze souvent diplômées des universités et qui ont choisi de devenir strip-teaseuse de ping-pong, escort girls, stars du web et du porno. Elle les a photographiées nues sous fonds de décor qui soulignent leur fonction artistique, sociale ou antisociale.

Fullerton Baten 3.jpgAprès avoir « imagé » dans ses séries précédentes la difficulté de vivre lorsque l’amour va mal, cette série montre à l’inverse une solitude revendiquée. Les femmes présentées sont à la fois libres mais en lutte. Leur prostitution assumée se revendique comme l’inverse d’une prostration. Les modèles s’assument au moment où la photographe poursuit l’exploration de la psyché en de subtiles compositions teintées d’une ironie diaphane et troublante (par l’effet du décalage des mises en scènes) dans lequel un paradoxe demeure. La fragilité jaillit de corps en ordre de marche ou figés.

Jean-Paul Gavard-Perret

Julia Fullerton-Batten, The Act, Auto édité, 140 £ , Londres, 2017.