gruyeresuisse

04/05/2019

De la cité des rêves à celle des spectres - Alessandro Mercuri

Manzoni.jpgAlessandro Mercuri, "Holyhood, vol. 1 - Guadalupe, California", coll. Shushlarry, art&fiction, Lausanne, 2019, 190 p..

Fidèle à ses détournements et ses fantaisies charpentées sous divers types de documentations Alessandro Mercuri trouve dans la cité des anges et du cinéma un lieu idéal pour introduire ses trolls et des fakes news des plus séduisantes. La traversée d'un tel purgatoire devient une fuite en avant par effet de retours et de retournements.

 

 

 

Mercuri 2.pngLe spectacle règne au moment où la fabrique du cinéma pique du nez là où l'auteur en propose sa contre-histoire. De la Colline du Sacré descendent les clones : de Cécil B. DeMille, Ramsès II à John Wayne, Jules César et bien d'autres encore. Et pas forcément des ombres tutélaires mais un tout venant. Ce qui pourrait devenir un "mixed up confusion" se transforme en néo-peplum au moment où  - anticipant le grand tremblement de terre qui rugit sourdement sous la ville - surgit une antique cité mi Ys, mi égyptienne.

Mercuri 3.pngLe dieu Ra se ranime au moment où Alessandro Mercuri - comme Warburg et Godard mais avec son propre imaginaire - crée un monde hirsute, délirant. Rien n'y manque. Pas même des psychanalystes suisses... Une nouvelle fois l'iconoclaste massacre la fiction classique pour l'entrainer dans le merveilleux de tourbillons d'histoires entre océan Pacifique et stucs en stoc des studios et leur univers sale.

Jean-Paul Gavard-Perret

27/04/2019

Je ne vois que toit (I)

Barback

Echafaud d'âge, Vieille viande d’amour, source des paniques dans le lit à creuser. Arc-bouté et tête renversé : faire la queue en taciturnes burnes, mie des mots avalée, rivant l’outre. Espoir de petite mort. Angoisse du jouir. Crissement doux de la carotte quand sous la main le gouffre s’ouvre en huile bouillante.

 

Berthet.pngLe fricandeau s'anime dans la machinerie. « Voilà l’apprentissage » dit-elle au mâle faisant qui prend sa vie (« et ses larmes » ajoute-t-elle). Elle lui a permis d'enlever ses parures et son corset pour que son corps sage exulte. «Soulages moi» dit-elle. Alors il la déguise en négresse comme on disait jadis et brasse la soupe du plaisir.

 

Qu'importe si la chair déborde. Sous la toison pâmoison. « Ce que tu ne voulais pas tu le peux ; ce qui te faisait peur t’exulte » dit-elle. Lumière dans la nuit par les religieux délices d’une Kali pigiste. A deux vont l’amble, parfois dans la colère, parfois dans la délicatesse dès qu'elle touche de lui le machin qui, lorsqu'il était enfant, avait grossi sans qu’il comprenne .

 

Haut dans sa combe il n’appelle nulle part ailleurs. La mansarde ne laisse voir de la ville que ses toits. Là-bas est le vide. Ici l'en faire est pavé de ses bonnes intentions. Il est toujours là quand (comme disent les psychanalystes) mettre le machin dans le truc fait de l'infemme non un pestiféré mais le zéro de conduite pour Sissi bémol majeure. Cela bien sûr s'il sait l'honorer et joint à l'action des mots mûrs murant des fa dièses.

 

Léo  Tell (aka Jean-Paul Gavard-Perret)

(gravure : Danielle Berthet)

22/04/2019

Marta Bargman : histoire belge

Bargman 1.pngPremier long métrage de fiction de la réalisatrice documentariste belge  Marta Bargman, ce film en trois parties est une sorte de voyage plutôt réussi chez "ceux qui prennent des douches". Une Roumaine y rencontre un Belge et les aventures commencent même si l'épisode de la rencontre première et sa préparation reste la partie la plus intéressante d'une fiction pleine d'humour et attachante et qui évite le genre "feel-good" en dépit de ses désamorçages.

 

Bargman 2.pngSortant le cinéma du réel avec modestie, la réalisatrice crée un portrait au delà de ce qui pourrait devenir une histoire tragique à fort enjeux dramatique et naturaliste. Les deux personnages (la femme surtout - incarnée par Alina Serban)) l'emportent sur le reste et le contexte pour dégager le film des sentiers battus sur une échelle particulière et au cœur d'une complexité inattendues.

 

Bargman 3.jpgTout se décale par la présence même du corps de la prétendante d'abord effrayée par son futur mari (Tom Werneir) à visage inquiétant mais qui va se révéler un agneau. Le film ne bascule jamais dans le drame au sein d'une dimension fictionnelle où chacun arrive à se comprendre. Tout retombe toujours sur ses "pattes" en une superbe fin. Elle fait glisser dans une atmosphère étrange dénuée de tout commentaire superflu. L'émotion est forte et jamais surjouée.  Une frontière des marginalités se dessine en un exercice de nuances où tout est filmé au niveau des personnages. C'est du Pialat en plus enjoué là où une femme s'émancipe de manière habile, hors oecuménisme mollasson.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 
"Seul à mon mariage", Marta Bargman