gruyeresuisse

21/03/2016

Le désir de peinture d’Aurélie Gravas - entretien avec la bienveillante

 

Gravas.jpgAurélie Gravas, « Guitar Solo », Galerie Heinzer Reszler, Lausanne, du 18 mars au 27 avril 2016.

 

 

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ? Mes enfants.

 

Que sont devenus vos rêves d’enfant ? Ils me font lever le matin.

 

A quoi avez-vous renoncé ? A la cigarette.

 

D’où venez-vous ? De France.

 

Qu'avez-vous reçu en dot ? Je ne sais pas encore.

 

Un petit plaisir - quotidien ou non ? La douche.

 

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? Mon travail.

 

Quelle est la première image qui vous interpella ? Une peinture dans l’appartement de mes parents qui représentait Orphée en train de se retourner vers Eurydice inachevée.

 

Gravas 3.jpgEt votre première lecture ? Les mythes grecs - Orphée et Eurydice.

 

Comment définiriez-vous votre approche de l'"abstraction" ? Je veux voir quelque chose apparaître. Je ne suis pas protocolaire. L’abstraction, je la découvre de la figuration. Il faut que ça « sonne ». En décontextualisant les formes figuratives, je les trouve abstraites. C’est une question à laquelle il faudrait répondre tous les 6 mois. Pour tenter ici une définition, ce serait : extraire une forme imprévisible.

 

Quelles musiques écoutez-vous ? J’aime la poésie de certaines chansons de Bashung. Toute la transe de Nass el Ghiwane. La désinvolture de Mazzy Star. "Ave Maria" par La Callas. Le Requiem de Mozart aussi. Prokofieff Roméo et Juliette. Young Marble Giant.

 

Quel est le livre que vous aimez relire ? "Frankenstein" de Mary Shelley, "La Gradiva" de Wilhelm Jensen, "Tintin".

 

Quel film vous fait pleurer ? "Dersou Ouzala" de Kurosawa, "Le salon de musique" de Satjajit Ray. "Melancholia" de Lars von Trier est le dernier film qui m’a fait pleurer à chaudes larmes

 

Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez-vous ? A quelle heure ?

 

Gravas 2.jpgA qui n'avez-vous jamais osé écrire ? A mon père.

 

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ? Les déserts.

 

Quels sont les artistes et écrivains dont vous vous sentez le plus proche ? Je ne me sens pas proche dans la pratique mais j’aurai eu de bons moments à passer (même s’ils avaient été mauvais) avec Socrate, Braque, Gauguin, Emil Nolde, Hilma Af

Klint, Philip Guston, Jean Brusselmans, Sonia Delaunay, Piero Della Francesca, Fontana, Homère, Sadeq Hedayat, Borges.

 

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Un arbre.

 

Que défendez-vous ? L’amour, la tendresse, la bienveillance.

 

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"? C’est ça.

 

Que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?" C’est marrant.

 

Quelle question ai-je oublié de vous poser ? Je ne sais pas.

 

Interview par Jean-Paul Gavard-Perret, le 21 mars 2016.

 

 

09:33 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1)

18/03/2016

Aurélie Gravas : la peinture en tant que sujet

Gravas.pngAurélie Gravas, « Guitar Solo », Galerie Heinzer Reszler, Lausanne, du 18 mars au 27 avril 2016

 

 

L’  « objet » de la peinture d'Aurelie Gravas n’est pas de provoquer l’apparition de formes en tant qu’objet-miroir mais de souligner l'importance et la force de sa matière en tant que sujet. Ce qui retient dans la toile reste son rebord dans l’espace, la rature dans le vide du support. La création devient le jeu panique d’infinies ratures, coulures, pans où le désir ruse avec ce qui est présenté en cet à-plat. surgit paradoxalement une invincible profondeur, traçant des formes allusives. Elles suggèrent l’implicite tout en disant que l’implicite n’est rien.

 

Gravas 2.pngCe qui biffe ou remplit l'espace pictural démunit l’excès de toutes « figures », les excède d’un tremblement. Celui-ci fixe une sorte de stupeur enfiévrée, une dispersion jouissive. Si la peinture d'Aurélie Gravas ne figure rien elle présente beaucoup. Gravas 3.pngNi simple substitut d’un objet, ni simple concentration d’une explosion, l’oeuvre s’inscrit en faux contre un vouloir-figurer et une figure aléatoire d’un scénario de rêve. Elle dénonce le formalisme saturé de référents potentiels. Elle dévide sa complexité, exhibe son clivage, modifie les données du figural. Ce qui fait jouissance et beauté n’a sans doute pas d’autre cause.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

16/03/2016

Les combinatoires de Mauren Brodbeck

Brodbeck 2.jpgMauren Brodbeck, « Mood Motel », Andata-Ritorno, Genève, “Mauren Brodbeck Oeuvres photographiques / Photographic works 2004-2014”, 17 mars – 24 avril 2016.

 

Mauren Brodbeck est artiste, cinéaste, photographe, compositrice, designer, performeuse, musicienne. Elle intègre souvent à ses photographies des interventions graphiques et formelles afin d’effacer certains détails et de ne conserver qu’une essence de l’être, du paysage, de l’objet. L’approche tient autant du minimalisme que d’un goût pour les couleurs à la fois fortes et intempestives. L’artiste les découvre en laboratoire par l’expérimentation de produits chimiques. Une sorte d’architectonique est toujours présente : sur la photographie originale la plasticienne crée effacements, lavages, collages, superpositions pour donner à l’image de base une émotion particulière. Tout un jeu de montré-caché suit son cours et crée un univers original. Il n’est pas sans rappeler un certain pop-art (Warhol, Lichtenstein) mais tout autant le kitsch (Gilbert & George) et la mode ou le design (Yvonne Kwok, Alexander McQueen).

Brodeck 3.jpgL’œuvre est comme sa créatrice : sensible et libre. L’extériorité inhérente aux images ramène à une forme d’intimité. Les quartiers résidentiels ou industriels, les motels sont la base de « sonic landscapes » multi-sensoriels et poétiques : «Dans mon travail la couleur est là. Elle dit tout. Les secrets. Les blessures. Les rêves. Les erreurs. Les amours. La vie. Toi. Moi. Nous» écrit l’artiste. La recherche de l’identité et ses représentations sont les thématiques majeures d’une œuvre aux multiples croisements. L’imaginaire a pour socle le réel mais il en décolle et le reconstruit en formes et traces. Elles perlent, s’épluchent et virevoltent en divers types de progressions. Fausse baroque, vraie postmoderniste l’artiste oblige à un regard affûté. Loin de tout maniérisme la Genevoise fait du lieu de l’image celui d’une « espèce d’espace » (Michaux) envahie de couleurs et de formes à finalité abstractives. Jaillit une forme d’hantise du non-lieu par effet de transferts et de reconstruction.

Jean-Paul Gavard-Perret