gruyeresuisse

18/11/2019

Marie Morel et les si reines

Morel.jpgMarie Morel a choisi de "charger" ses toiles pour faire jouer les figures en différents effets de répétitions là où les corps s'enlacent dans une animalité douce. L'amour se déconstruit et se reconstruit avec humour. Personne ici ne compte pour des prunes. Sauf celles de Cythère. L'artiste abat les cartes (dames plutôt as de coeur) et pour séduire il n'est pas besoin de plonger dans le silicone de leurs vallées et collines.

Morel 2.jpgLes muses s'amusent entre elles. Mais leurs jeux ne sont pas dangereux - sauf bien sûr à ceux qui se laissent prendre. Et ils sont sans doute nombreux. Ce que l'artiste dessine et peint laisse à la fois rien et tout à désirer. Les femmes (souvent sirènes) sont moins captives que captivantes. Elles deviennent les sujets d'images fixes où elles dansent. Et si de telles images se veulent "innocentes" c'est juste pour supprimer ce qui détournerait l’attention ailleurs que face au mythe érotique qu'elles fomentent pour le plaisir.

La créatrice ne prétend pas transformer le monde : elle se contente de suggèrer une féminitité fière de ses charmes. Elle sait les exposer de manière décomplexée. L'implicite plus que l'explicite tient lieu d’érotisme. Car à croire montrer ce que tout le monde connaît rend les images chiquées ou fausses. Il vaut mieux jouer du suggestif : à vider l’étang pour voir les poissons frétiller finirait par les faire crever.

Jean-Paul Gavard-Perret

Marie Morel, "Peintures érotiques", Galerie Béatrice Soulié, du 28 novembre 2019 au 15 janvier 2020..

17/11/2019

Vivian Olmi : Sésame ouvre toi

Olmi bon.jpgVivian Olmi, " L'objet de l'exil", Till Schaap Editions, Berne, 2019

 

Les photographies de Vivian Olmi instruisent les relations qui suggèrent moins des tensions que des convergences entre plusieurs modalités temporelles et géographiques. Le fil de l’oeuvre se déroule sur le fond de permanence d’une image identique (un tableau noir).

 

Olmi 2.pngMais celles ou ceux qui s'y découpent en premier plan créent des surfaces changeantes qui sont capables de suggérer l’inexprimable et l’invisible qui  est pourtant approché par chacun des protagonistes exilés à l'aide d'un petit texte reproduit en fac-simile. Au regardeur ensuite, comme la créatrice, de trouver son chemin là où elle a infiltré - par sa bienveillance et son ordonnancement - un lieu de rappel mais aussi le tremplin à une utopie. Il est vrai que l'ariste a connu le même chemin : c'est contrainte de quitter son pays (le Chili) qu'elle est devenue citoyenne helvétique.

Olmi 3.pngL’œuvre incruste dans le langage plastique (accompagné de textes de témoignage et de commentaires) une célébration lucide et aussi un constat de solitude. Mais Vivian Olmi sait tirer des images autre chose que la nostalgie de l’éphémère. Surgit de chaque portrait une tendresse au moment où un lointain (induit par les vêtements des portraits ou des photographies dans la photographie) indique une proximité par le contexte des prises et de leurs "scénographies". Pour chacun des exilés c'est un symbole de leur sésame.

Jean-Paul Gavard-Perret

16/11/2019

Mylène Besson : frontières et frontalités

Besson.jpgMylène Besson prouve que le portrait n’est jamais simple. Le secret n’est pas seulement de savoir comment celui-ci se laisse prendre par l’image, mais comment l’envie d’image s’empare de lui et engendre le geste de création. En conséquence il existe dans les dessins au pastel de l'artiste un mélange de sensualité et d'ascèse. D'où toujours la présence d'un effacement partiel et donc d'une béance là où les regards se croisent par ce que l'oeil "ouvre".

 

Besson 2.jpgLe portrait demande au regardeur et vice versa un "Qui suis-je ?". D'où, par rebond, les questions centrales que pose l'oeuvre de Mylène Besson : « D’où part ce regard ?  » et « Où va-t-il ? ». La plasticienne savoyarde reprend le problème du franchissement de la frontière de l’intime autant par le dévoilement de la nudité que, et ici, celui de "l'oeil".

 

 

Besson 3.jpg

Par le regard que la créatrice porte sur ses "soeurs"  s'opère une plongée sur les racines du plaisir, de la jouissance et de l’angoisse là où, en ce noeud qui s'établit, toute reste en attente de présence de l'autre en un suspens. Et ce dans la distance entre le sujet et ce qu'il voit comme "objet" par effet de chiasme pour exprimer une manière d'être au monde.

Jean-Paul Gavard-Perret

Mylène Besson, "Dessins", Maison de la Poésie, Annecy, à partir du 16 novembre 2019.