gruyeresuisse

05/11/2017

Bérénice Constans : voir ou le libre penser

Constans.jpgl'Bérénice Constans apprend aux prétendus philosophes la réalité de la pensée. Tout ce qui se pense se crée par ce qui est vu. Le « Esse percipi » (être c’est percevoir) de Spinoza l'annonça en pure perte. Car encore faut-il être capable d’incorporer la vie par ce qui est vu « tel un nouveau né ou un animal capable de saisir ce qui « est » et plus ce qui semble être. » comme l’écrit Louis-Combet dans la préface du livre.

Ce dernier comme Bérénice Constans sait que l’image juste n’est pas juste une image. Elle est la pensée qui ne s’invente qu’à l’endroit de l’entrecroisement immanent de la rétine et du cerveau via les synapses du jeu neuronal. La machinerie cérébrale s’agrège au réel en établissant les liaisons entre nos sens dont la chambre mentale n’est qu’une zone douteuse d’enregistrement.

Constans 3.jpgApprendre à penser revient donc à apprendre voir : non seulement la peinture mais l’ensemble du monde. Bérénice Constans remonte à l’essentiel. Elle saisit l’aspect le plus charnel donc le plus moléculaire du monde. Phénoménale, la pensée est vision qui s’enchaîne selon une ininterrompue métamorphose qu’il s’agit de maîtriser.

Constans2.jpgL’esprit demeurant une surface infime sur l’abîme de l’inconscient, l’image seule est là pour arpenter la vie et s’y frayer un chemin. La peinture elle-même est une scène incessante où les interactions dialoguent en démultipliant des fables, sans jamais déserter son propre théâtre : celui dont nous perdons la vue en faisant confiance à la foi de la raison ou la raison de foi. Le recours à l’image reste donc la première urgence. C’est pourquoi les religions s’en méfient ou les transforment en supercheries. A tout philosophe salut.

Jean-Paul Gavard-Perret

Bérénice Constans, « L’œil de tous les yeux », Préface de Claude Louis-Combet, Fata Morgana, Fontfroide le Haut, 96 pages, 2017.

 

03/11/2017

Les pro-thèses d'Eva Stenram

Stenram.jpgL'artiste suédoise Eva Stenram ne cesse de détourner de vieilles photos de pin-up des magazines de charme des années 50 et 60. Elles posent dans des décors d'intérieurs "middle-class" ou devant rideaux et tentures. Elles sont cachées au trois quarts, parfois la plasticienne n'en montre qu'une jambe gainée d'un bas et d'un talon-haut. Le décor passe au premier plan selon une série de retouches astucieuses.

Stenram 3.jpgL’équilibre de chaque photographie est irritant puisqu’il s’érige au service d’uns "claudication"... Sa surface agace moins par les accidents qu'elle comporte que par la femme devenue absence, prothèse ou ambiguïté qui échappe au voyeur. L’Eros est « soufflé » au profit de sa comédie.

Stenram 2.jpgL’artiste s’empare des stéréotypes ave légèreté pour créer un espace où joue le manque. Le tout dans une virtuosité. Elle cultive la profondeur plutôt que la simple verve entre vertige et lucidité par l’acidité que chaque œuvre fomente. Eva Stenram indique le seuil d’un lieu où « l’objet » et le regard se perdent. La femme devient, la proche et la lointaine, la vulnérable et l’inaccessible. Sa présence perdure sans pour autant effacer les pensées de néant.

Jean-Paul Gavard-Perret


The Ravesrijn Gallery,Westerdoksdijk 603, Amsterdam

31/10/2017

Peter Knapp : ivresse cinétique et chorégraphique

Knapp.jpgEn 1966 Peter Knapp abandonne définitivement la peinture pour la photographie. Elle répond bien mieux à ses intensions. Mais son aventure avec le médium commence avec Hélène Lazareff dès 1959. La directrice de presse reprend le nouveau magazine « Femina ». Elle offre à l’artiste la direction artistique de ce qui devient « Elle ». Mais le Suisse reste familier d’autres publications ("Stern", "Sunday Times", "Vogue") où il publie aussi ses photo de mode avec succès avant d’aborder le cinéma et la télévision puis de revenir à la photographie en plasticien pour Peter Klasen, Andy Warhol et Robert Rauschenberg au sein de l'exposition «les peintres photographes» d'Arles.

Knapp 2.png

 

Soutenu par Pierre Restany, il est l'un des premiers artistes à exposer des photographies en couleurs et de grande taille dans les galeries. Son style se caractérise par une grande rigueur graphique dans l’esprit du Bauhaus hérité de ses études d’art à Zurich. Les formes à la fois se cristallisent et se dénouent pour donner une intensité picturale et vitale aux images. Knapp ne cesse de les défaire et de les recomposer.

 

 

Knapp 3.pngLa ligne et le géométrisme restent majeurs dans ses structures plastiques. Et il aime parler de son médium sous l’acception « Photo & Graphique ». Toujours à la recherche de la simplification il édulcore astucieusement le volume et la perspective. A la recherche du moindre ses photographies noir et blanc pour Courrèges comme ses scénographies colorées pour Montana demeurent des musts qu’une telle exposition remet à l’honneur. Knapp a ouvert bien des chemins là où les modèles semblent perdre pied et lâcher prise dan une féerie jubilatoire.

Jean-Paul Gavard-Perret

Peter Knapp, "Quand la photographie de mode devient Art", Galerie Berthet-Aittouarès, 2 au 19 novembre 2017.