gruyeresuisse

21/02/2020

Christine Streuli : la peinture et le désir

Streuli.jpgChristine Streuli, "Long arms, short legs", Kunstmuseum Thun, du 29 février au 12 juillet 2020


L'oeuvre de Christine Streuli mélange dans d'immenses peintures un riche vocabulaire de couleurs, formes, symboles et ornements. Elle impose par son énergie et sa puissance une réflexion sur le sens des images au moment où le désir est non seulement - comme le pensait Lacan - un sujet qui parle mais qui se peint. Surtout chez une telle artiste. Elle ne manque pas de souffle et se laisse entrainer par lui. La libido devient langage, énergie psychique incarnée. L’articulation main-libido offre des formations inconscientes devenues signifiantes et qui ne se réduisent plus à des lapsus ou des rêves. Et qu'importe si les jambes sont longues et les bras courts.

Streuli 2.pngL'important est que les premières devant la toile touchent le sol et que les mains la caressent. Dès lors le désir s’incarne. Il ne disparaît pas mais s’ébroue sous forme de « signes » plus ou moins inaltérables et sans normativité. Ce qui n’exclut pas - au contraire - une technique certaine dans le processus de création de la Bernoise. Ses images ne sont donc jamais hallucinatoires même elles semblent aller sur cette voie. Mais de fait Christine Streuli projette dans le réel une vigilance qui est un sommeil paradoxal dans mesure où s’ose sous forme de rêve des zones de transgression aux grains de "fantasia".

Jean-Paul Gavard-Perret

20/02/2020

Les palpitations de l'indicible de Sara Punt

Punt 2.jpgLa néerlandaise Sara Punt crée par la photographie une expression du corps donc de l'humain. Ancienne danseuse, elle connait de manière intime le corps et ce qu'il peut suggérer. De telles images opèrent  en conséquence des révélations. Le geste de glissement de l'image fixe crée une palpitation indicible.

Punt 1.jpg

 

 

L'angoisse d'être est là mais pourtant se dissout dans l'affirmation d'un corps qui suscite à nouveau le désir. L'artiste saisit des lignes brutes pour suggérer des mouvements calmes entre distorsion naturelle et mises en phases de l'organisme.

 

 

Punt 3.jpgEn relations étroites avec ses sujets, Sara Punt crée un espace où une certaine vulnérabilité est suggérée. Mais chaque égérie peut voir son propre corps sous un nouveau jour dans une introspection poétique. Les femmes vivent donc devant l'objectif une liberté reconquise. Elles s'affirment. La pression de la prise les pousse à exister d'une manière aussi simple qu'imprévue.

 

Jean-Paul Gavard-Peret

18/02/2020

Les métamorphoses montagnardes de Charlotte Perriand

Perriand 3.jpgEn prolongement de la grande exposition à la Fondation Louis Vitton, , l'Académie des Beaux Arts de Paris présente une sélection de photographies de l'architecte et designer Charlotte Perriand (1903-1999). La créatrice explore le monde paysan, la montagne savoyarde et donne à voir un aspect plus méconnu de son œuvre. Il révèle un sens de la composition et une poétique très singuliers empreints de douceur et d'éblouissements.

Perriand.jpg

 

Une telle femme libre, féministe, pionnière de la modernité se révèle admiratrice de la nature. Ses photographies reflète son étonnement face à la grandeur des paysages et la profondeur des regards des montagnards.

 

Perriand 2.jpgLa photographe transforme la texture alpine dans une langue plastique qui en ses représentations de l'espace fait de chaque construction un aître : à savoir l'endroit où la question du lieu se retourne sur la question de l'être. Elle inscrit la théâtralité d'un grand récit aussi plastique que poétique. Apparaissent des lambeaux de sérénité, des perles de nuages, des bouchées cosmiques de tranches de bois. Ces métamorphoses sont autant de bijoux qui honorent la montagne par rebondissements ou échos.

Jean-Paul Gavard-Perret

Charlotte Perriand : Photographies, Académie des beaux-arts de Paris, du 13 février au 22 mars 2020.