gruyeresuisse

01/08/2017

"Secret Garden" : extension du domaine de la lutte féministe


Female Gaze.jpg« Secret Garden: The Female Gaze on Erotica » est une exposition de groupes organisées autour de femmes artistes engagées dans une lutte toujours de saison. Elles explorent l’identité de leur genre à travers photographies, peintures, collages, sculptures, vidéos, etc. par des œuvres où la nudité domine. Elles sont hébergées par « The Untitled Space Gallery » sous la curation de Indira Cesarine. Le titre de l’exposition reprend celui du livre de l’auteure féministe Nancy Friday « "My Secret Garden" (1973). Elle fut une des pionnières de la libération féministe au début des années 70.

Female Gaze 2.jpgA travers des images d’artistes désormais incontournables comme Betty Tompkins jusqu’à celles de jeunes artistes (Andrea Mary Marshall, India Munuez, Katie Commodore, Leah Schrager), l’exposition dresse un tableau d’une nouvelle vague de féminisme plus ludique et enjouée. Sans doute parce que les luttes premières ont porté leurs fruits « défendus » et mis à mal la répression institutionnelle. Certains tabous sont tombés et des images plus libres apparaissent en faisant abstraction de la différenciation toujours discutable entre pornographie et érotisme.

Female Gaze 3.jpgLa lutte prend donc de nouvelles formes. Il s’agit de battre en brèche les inhibitions par les femmes elles-mêmes du corps féminin dans la recherche du plaisir. Sur ce plan les contraintes de positions conservatrices gardent la vie dure : existe donc un nouveau challenge que ces femmes relèvent de manière aussi esthétique, poétique que politique. Un « invisible » féminin apparaît selon de multiples déclinaisons pour parler le silence et affirmer de nouvelles images qui sort le droit au plaisir de ghettos intimes (auto)entretenus.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

29/07/2017

Francesca Magnani : vues du pont

Magnani.jpgLe pont suspendu de Willamsburg reste un des plus célèbres ponts de New-York et fut longtemps le plus long du monde. Il permet de franchir l’East River pour relier Manhattan à Brooklyn par Willamsburg qui fut jadis le quartier des juifs polonais et de l’Europe de l’Est. Ce lieu cher à I. B. Singer est désormais cosmopolite : y demeurent encore des familles juives orthodoxes mais elles se perdent désormais au sein d’autres communautés.

Magnani 2.jpgFrancesca Magnani a saisi cette diversité en se postant sur le tablier du pont. Elle n’a pas cherché à en offrir une vision spectaculaire. Bien au contraire. Elle s’intéresse à ceux qui le franchissent. La radicalité des prises est sans apprêts ou apparats afin que la vie émerge tels qu’elle est au milieu des hommes pressés ou des badauds, des amoureux ou des joggers, des frimeurs ou de celles et ceux qui semblent fuir le regard de la photographe. Ils passent, avancent souvent surpris : pas question pour la photographe de les ajuster. Parfois même elle ne peut saisir que le gouffre des intervalles qui existent entre eux. C’est comme une suite de tableaux solitaires se jouant à plusieurs.

Jean-Paul Gavard-Perret

http://www.francescamagnani.com

 

28/07/2017

Lucy Einna : flexions et extensions

Einna.jpgCeux qui se disent photographes répondent souvent à une sorte d'utilitarisme en fournissant notre société en images qui répondent à un “objectivisme” philosophique à la mode. Ils laissent le monde aussi désolé et convenu en leur praxis communicationnelle et l'enrobe sous forme de discours savants. Ils se défendent souvent en disant se libérer de formes anciennes et périmées. Voire... Einna 3.jpgA l’inverse Lucy Einna sait que pour être "neuve" la photographie n'a pas forcément besoin de célébrer l'avènement d'une nouvelle galaxie. Cette conception est un pur fantasme qui fait retomber dans le goût du simulacre et un formalisme légiférant et décidant de tout.

Lucy Einna préfère s’attacher aux “choses” simples : son propre corps ou des paysages en déliquescence et parfois lugubres mais qu’elle rehausse de couleurs. A travers de telles prises elle prouve qu'une extension de la photographie reste toujours possible. Ses oeuvres ne sont pas des “objets” sans aspérités ni surprises mais elles sont là pour faire parler le silence. Les marques du débordement, du franchissement restent nombreuses mais discrètes. Einna 4.jpgElles saisissent en créant des transformations d’essence plastique (postures, couleurs, compositions) sans pour autant tomber en un pur formalisme. A bout portant le corps en cette extrême aimantation appelle respect et retrait. Tendu ou replié il modèle une forme d’immatérialité et presque une abstraction confondante. Plus qu’épice visuel il devient vertige, interrogation dont la belle captive émerge ou se retire. Comme elle le fait du monde pour en extraire des reliques.

Jean-Paul Gavard-Perret