gruyeresuisse

25/01/2018

Camille Sanson : maternité

Sanson.jpgLa femme dans l’œuvre de Camille Sanson est ouverte à la mort, au supplice, mais aussi à la joie et la vie dont elle est la porteuse. Douloureuse et heureuse elle paraît ici dans une lumière voilée presque « divine ». Mais son immense alléluia semble se perdre dans le silence sans fin. La photographe néo-zélandaise basée à Londres a travaillé dans les domaines de la photographie de mode, du portrait et de la nature morte. Mais sa série « Absolution » devient un moment important.

Sanson 2.jpgElle crée un mouvement de balancier entre la vie et la mort au moment où l’artiste était enceinte puis mère lorsqu’elle créa sa série. Elle y met en images les affres, les peurs et le lâcher prise qu'elle-même vécut comme beaucoup de nouvelles mères. L’artiste s’est approchée au plus près de ses affects pour mettre à nue « la douleur collective à la source du féminin ». La maternité « expose » donc la part obscure de l’être lié à la gestation et la naissance.

Sanson 3.jpgL’artiste en figure divers état selon des visions aimantées par un objectif : « inspirer les femmes souffrant de problèmes de santé mentale à chercher à guérir en abordant leurs peurs subconscientes et en approfondissant le lien avec leurs zones d’ombre. » Et Camille Sanson d’ajouter : « c’est essentiel si nous voulons savoir une vie plus heureuse lorsque nous amenons de nouvelles âmes dans ce monde, afin d'éviter de transmettre nos propres problèmes à nos enfants et de perpétuer en eux des schémas inconscients. » A ce titre les mâles eux-mêmes peuvent y découvrir des mystères et faire un progrès dans leur rapport à leur compagne, à eux-mêmes et leurs progénitures.

Jean-Paul Gavard-Perret

Camille Sanson, « Absolution », Herrick Gallery, Londres du 29 janvier au 3 février 2018

 

24/01/2018

Leah Schrager : l’ « extime » de l’intime

Schrager.jpgReine de Tumblr et d’Instagram, star de la webcam, Leah Schrager se revendique comme artiste et modèle d’une réalité revisitée par la modification qu’elle opère sur l’exhibitionniste ambiant. Dans l’exposition intitulée « Women artists 2.0 », elle renverse et questionne les stéréotypes de l’éros avec son point de vue sur la sexualité et l’identité féminine à l’heure du numérique.

Schrager 2.jpgAvec humour, drôlerie et fausse ostentation, Leah Schrager se joue du regard masculin : la séduction du corps féminin est caviardée selon divers processus de découpes et de recouvrements: la feinte d’exhibition ouvre à un autre regard. L’artiste reprend numériquement et plastiquement des images d’elle-même diffusées en ligne. Le selfie s’y transfigure de manière ludique et s’oppose à l’attente des hommes qu’ils soient producteurs ou consommateurs d’images.

Schrager 3.jpgC’est une manière de reconsidérer l’intime qui, selon Saint Augustin, est si consubstantiel à soi qu’il n’est connu que par Dieu et donc inaccessible. La créatrice s’en empare et devient déesse à la place de ce dieu (construction masculine). La pratique de soi appartient soudain non au confessionnal d’une femme qui aurait (depuis Eve la première d’entre elles) une faute à expier. L’artiste n’est ni soumise ni offerte au désir masculin. Sa chambre intime prend ainsi une autre figure. Elle ne répond plus(ou mal) à l’attente masculine.

Jean-Paul Gavard-Perret

Leah Schrager, « Virtual Normality : Women Net Artists 2.0 », Museum der bildenden Künste, Leipzig, du 12 janvier au 8 avril 2018

23/01/2018

Marianna Rothen : femmes entre elles et entre autres

Rothen.jpgDans la série « Shadows in Paradise » Marianna Rothen a saisi et scénarisé ses muses et amies en deux moments : dans sa maison à l’abandon puis après sa rénovation. Les portraits Polaroid sont ensuite scannés et imprimés en numérique. Ce transfert crée une atmosphère étrange et vintage. D’autant que la créatrice fait référence au « Mulholland Drive » de Lynch, à « Trois femmes » d’Altman et à Persona » de Bergman, films dans lesquels l’identité féminine est mise en abîme.

Rothen 3.jpgCette série est une suite à « Snow and Rose & Other Tales » où l’univers énigmatique était d’un ordre bien plus féerique, léger et toujours dégagée de la présence du mâle. Désormais si la défense de la liberté féminine reste omniprésente, l’ambiance est plus grave comme si les rêves étaient cassés et les amours déliquescentes.

Rothen 2.jpgIncidemment l’homme fait retour (sur la jaquette d’un livre par exemple). L’univers devient trouble, indécis :  Marianna Rothen ne donne pas de réponses. Une distance s’insinue entre les femmes : à elles-mêmes, aux autres et au monde. Le « suspens » demeure sans qu’un fléchage indique son orientation. Les fleurs bleues de l’amour voient leurs envols d’antan se transformer en culpabilité, ratage ou omission. Surgit un vide majeur. Il a un nom. C'est l'existence. Toute une mémoire, réelle ou imaginaire y est engagée.

Jean-Paul Gavard-Perret

Marianna Rothen, “Shadows in Paradise”, The little black Gallery, Londres, du 23 janvier - 24 février 2018.