gruyeresuisse

11/02/2018

Carla Sutera Sardo : les rêveuses

 Carla-Sutera-Sardo 2.jpgDans « Fable » Carla Sutera Sardo met en scène des rêveuses plongées dans le silence de la nature et ce dans des abîmes complexes, furtifs et « fun » entre réalité et imaginaire. La photographe cultive la liberté de mélanger de façon poétique diverses sources et situation. Elle donne ainsi une vision naturelle mais aussi décalée du monde. Son travail traverse des situations les plus variées selon une vision, atypique et prégnante.

Carla-Sutera-Sardo 3.jpgL’artiste crée des œuvres surprenantes sans avoir (ou presque) besoin de retoucher ce qu’elle scénarise. L’art pour autant ne bascule jamais dans l’à-peu-près. Tout est réglé afin que les femmes dérangent l'ordre subrepticement. Elles se transforment au besoin en fées ou se cachent en jouant pour faire peur à Freud et aux phallocrates hystériques.

Carla-Sutera-Sardo.jpgTrouvant de quoi assouvir partout leur besoin de soins, elles se dégagent du monde en devenant cigales et poursuivent des rêves éveillés en des situations qui échappent à toute classification. La photographe transforme le réel en contes – pas forcément immoraux. Ni ceux de la promise vierge au soir des noces et dont l'époux prend la fleur. Les images deviennent une suite de relances. L'artiste y cherche moins à comprendre ce qu'elle voit et ce qui se passe dans le monde (où souvent la femme est réduite à un objet) qu’à créer des utopies où cette dernière se repose, s’amuse.

Jean-Paul Gavard-Perret

10/02/2018

Elisa Shua-Dusapin : l’amant

Shua.pngElisa Shua Dusapin, « Hiver à Sokcho », Zoé Editions, Genève.

La narratrice de « Hiver à Sokcho » affirme que nul ne peut pas connaître Sokcho, « sans y être né, sans y vivre l’hiver, les odeurs, le poulpe. La solitude. » On la croit facilement. L’auteure fait néanmoins éveiller et éprouver des sensations. Celles du froid vif, des odeurs de la rue et des boulettes de porc de la mère Kim : « un mélange d’ail et d’égouts ». La langue est sobre, sensuelle, dépouillée, elliptique. Nulle métaphore : rien que la sobriété à l’image de la lucidité, la retenue, le désarroi d’une narratrice « sœur » d’ Elisa Shua Dusapin, fille d’un père français absent depuis sa naissance.

Shua 2.pngSon héroïne cherche à échapper à l’emprise à la fois de sa mère, de son petit et de son patron et un Français qui a le double de son âge semble une terre promise, amant et père de substitution. Mais celui-ci se refuse. Demeure un jeu dangereux entre les deux protagonistes. Tout reste furtif et latent. L’écriture réussit à capter de tels états où l’héroïne bute sur l’égoïsme et le narcissisme de l’amant. Plus qu’une rencontre interculturelle la romancière pose la question de l’amour, ses seuils où tout se passe comme lorsque la neige tombe sur l’écume « une partie du flocon s’évapore quand l’autre rejoint la mer. »

Jean-Paul Gavard-Perret

09/02/2018

Bettina Rheims : effacements

 

Rheims bon.jpgContre le cliquant d'une image aux éclats médiatiques, Bettina Rheims interroge la féminité selon un angle particulier. Finies les battantes : l'artiste porte son attention aux exclues, aux perdantes dont elle est allée faire des portraits - sous l'injonction de Robert Badinter - dans quatre prison de femmes. S'y traduit une forme de dilution particulière chez celles dont le corps n'existe plus. Elles semblent avoir renoncé à lui dans la non-vie de l'enfermement.

Rheims 2.pngPar sa pauvreté programmée une telle recherche fait écho à l'affirmation d'un manque, d'une incertitude d'être et d'avoir été. Bettina Rheims souligne une perte irrémédiable et de toujours comme si le vain déploiement des lignes des visages ne pouvait que suggérer le vide sur lequel vaque une sorte de silence au nom de trajectoires où tout était inscrit afin d’aboutir presque irrémédiablement à de telles échéances pénitentiaires.

Rheims 3.jpgNe restent que les ultimes lumières et ombres en une iconographie qui est à la fois centre et absence. Elle ouvre une partie cachée d'une réalité secrète. On ne peut soudain regarder la réalité du monde et ses phénomènes d'une part et l’art de l'autre. De ce dernier émerge la capacité d'exclusion de tout pathos ou voyeurisme en un travail moins d'abstraction de la représentation que de son dépouillement.

Jean-Paul Gavard-Perret

Bettina Rheims, "Les détenues", Préface de Robert Badinter, textede Nadeije Laneyrie-Dagen et de la photographe,. Editions Gallimard, 2018, 180 p., . Exposition Château de Vincennes du 9 février au 30 avril 2018.