gruyeresuisse

09/04/2014

Le « cinéma » muet de Marion Tampon-Lajarriette

 

Tampon.jpgChaque photographie de Marion Tampon-Lajarriette propose voyage par forcément exotique. Loin de cette propension lorsqu’elle pourrait être possible l’artiste cherche à détruire le silence par une découverte des lieux les plus simples comme des panoramas les plus grandioses. Elle les montre en réinventant la perspective inventée par la Renaissance ou à l’inverse réduisant le champ par divers fragments. Face à l’éblouissement demeure un travail de résistance qui ponctue la simple exaltation. De  Genève la photographe réapprend au regardeur  à ouvrir les yeux. La sensation est océanique même au milieu des terres. La perception devient le rêve au moment où l'ici-même s'éteint au profit de l'ailleurs. Mais l’inverse est tout autant présent. Photographier devient une pensée sans discours.  

 

 

Tampon 2.jpgMarion Tampon-Lajarriette se fait sorcière par intelligence et affect face à l’impact des mondes. Son théâtre est un philtre d’atmosphères, d’effluves comme des fragments histoires qui font penser à des aventures cinématographiques : ses déserts rappellent  la  Vallée de la Mort  du « Zabriskie Point » d’Antonioni et ses scènes d’intérieur celles de Duras. Tout se passe moderato cantabile.  L’espace se consume sans se consommer. Il n’est pas nu, il est dépouillé afin d’ébranler les certitudes du fantasme et  de la réalité.  L’artiste retient ce qui se passe entre les deux. Chaque image devient le fragment d’un récit au conditionnel passé  plus qu’au futur antérieur. Reste le ludique et le cru -sans  voile mais sans exhibition. Marion Tampon-Lajarriette joue la rêveuse éveillée,  l’espionne dormante (la plus dangereuse) capable de provoquer des errances programmées, des dérives assumées. On pourrait dire qu’elle fait son cinéma. Mais un cinéma particulier : fixe et muet il bouge les lignes et parler le plus parfait silence.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

08/04/2014

Les Instantanés d’Andrea Heller.

 

 

 

Heller 2.jpgAndrea Helller, Scheublein + Bak, Zurich du 16 avril au 30 mai 2014.

 

 

 

L’espace créé par Andrea Heller est une interrogation. Ce qui entoure libère, ce qui semble s’étendre librement crée un espace strict. Tout joue dans cette problématique sur le décalage. L’artiste saisit la puissance de l’artifice sur l’organique et ce qui se passe entre liberté et emprise. L’œuvre reste sur une ligne de crête : imaginaire et réel, abstraction et figuration, artifice et fait de nature crée des lieux étranges entre l’image et le monde.

 

 

 

Par de telles « fables » la créatrice cherche une symphonie plastique : l’ordre y règne mais il est renversant. C’est un théâtre chimique et alchimique. Le « spectateur » glisse d’un inconnu vers un autre.  Il y a des arrêtes, des plis, des vallons. Parfois, juste des pointes qui dressent leur pal. D’où les questions qu’imposent la contemplation de telles peintures : Où est dans ? Ou est le chemin dans ? Ce qui est devant nous n'a pas de dans mais fait semblant d'en avoir. L’œuvre d’Andrea Heller développe une suite de lieux intermédiaires et de change.  Le trajet de la langue plastique va du réel au virtuel mais c'est, à la base, un trajet physique. La difficulté d'en parler tient à ce réel et ce virtuel. Il y a déplacement de  l'un vers l'autre mais un déplacement-instant et dans le présent que le peinture fixe.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

06/04/2014

Silvia Bächli ou le chant grégorien du dessin

 

 

 

Bachli bon.jpgSilvia Bächli: Brombeeren ,  Verlag der Buchhandlung Walther König, Köln, 2014.

 






Donation Florence et Daniel Guerlain, Dessins contemporains, Centre Pompidou, Paris,  premier trimestre 2014.

 

 

 

 Pour Silvia Bächli  dessiner ou peindre sur papier est une activité « élémentaire » puisque partout et toujours le matériel étant sommaire reste à sa disposition. D’autant que cela demande peu de mise en route : il suffit de s’installer devant une feuille avec un crayon. L’artiste utilise le papier le plus frustre possible. Elle l’achète en gros et son choix dépend de ses propriétés d’absorption et des coloris de sa blancheur de ce support. Silvia Bächli découpe les feuilles au format dont elle a besoin.Regroupés en ensembles de même format, ces piles ou plutôt ces strates de feuilles  « ressemblent aux notations des chants grégoriens : ce sont des chants à plusieurs voix » dit l’artiste.

 

 

 

Quand un dessin est raté elle le jette. Considérant son travail  comme « un monologue à haute voix » elle essaie diverses tonalités,  change le « son ». Et lorsque la « phrase » lui convient elle la garde, y trouvant un accord avec le propos souhaité, voire quelque chose qui dépasse cette espérance. Optant pour l’immédiateté, le côté mobile et flexible, la dynamique d’une  approche presque pulsionnelle et qui se moque de l’échec toujours possible Silvia Bachli fait du dessin une trace, une coupure, un geste. Parfois il surgit d’une simple interrogation physique  du type : A quoi ressemblent les doigts de la main gauche tenant la feuille ? Comment l’artiste ressent sans dos à ce moment là ? D’autres œuvres restent plus proches de la trace de mémoire. Silvia Bächli peut par exemple se demander quel chemin, le jour précédent, elle a pris pour faire ses courses. Chaque fois elle cherche « à flairer les traces des mots que l’on a sur le bout de la langue sans que l’on puisse les nommer exactement ».

 

 

 

Bachli 3.jpgDessiner est donc un processus ludique de mémorisation, d’invention puis, ensuite, de sélection.  Devenant une quasi écriture, peinture et dessin sont la traduction visuelle du langage. Mais par rapport aux mots l’image reste sous-jacente, préconsciente. Elle est un vocabulaire sans significations pré-codées qui ouvre le langage «abstrait à un résidu qu’on ne peut pas nommer mais qu’on comprend bel et bien. » Les œuvres de Silvia Bachli ne sont donc jamais des fragments de rêves même s’ils paraissent parfois somnambuliques. Elles permettent de mettre en marche un inachèvement : au spectateur de les finir.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret