gruyeresuisse

21/07/2018

Sarah Michelle Riisager et les incertitudes

Riisager 3.jpgSarah Michelle Riisager est une artiste danoise qui travaille dans les champs de la photographie, la vidéo et la sculpture. Elève de la « Fatamorgana », l’école de la photographie de Copenhague, son appareil fut d’abord un moyen de supporter la mort de son père. Elle part ensuite en Ecosse finir ses études de photographie ) la « Glasgow School of Art ». Depuis elle ne cesse d’exposer dans son pays d’origine puis d’adoption mais aussi aux USA, en Chine et en France à Arles pour festival Les Rencontres de la Photographie.

 

Riisager 2.jpgModeste, l’artiste ne prétend pas révolutionner son art, mais l’empathie qu’elle porte aux modèles lui permet de s’en approcher au plus près. D’où cet intimisme particulier avec les êtres comme d’ailleurs avec les lieux. Entre monumentalité et immersion elle insère le regardeur en une telle proximité. Refusant l’ornemental, l’œuvre se teinte de sévérité mais aussi de douceur et parfois d’une discrète ironie.

 

 

 

 

Riisager.jpgExiste une manière de voir sans se soucier de l’exquis. Ce dernier pourtant ne s’efface pas là où la narration comme le symbolique errent. Une certaine chaleur jaillit de la froideur des lieux.  Evitant toute surcharge les oeuvres prennent une valeur hypnotique. Elles ne cherchent pas à résoudre au sein de leur rébus divers types de leurres. Entre rapprochement et extinction de l’apparence émergent des présences non sans mystère. Des histoires montrées ou racontées ne restent que des indices. L’image n’émarge pas mais émerge de « cette hypocrisie merveilleuse dans lequel elle se perd elle-même » ( D. Mémoire).  Elle ouvre  à une relation d’incertitude en un parcours qui est moins de l’ordre de la mollesse que de la “pointe”.

Jean-Paul Gavard-Perret

Sarah Michelle Riisager, « Frozen », Brothas Editions, Copenhague, 2018.

20/07/2018

Quand Marin Raguz s’amuse sous le regard bienveillant de Barbara Polla

Barbara.pngPour Marin Raguz et pour Barbara Polla, l’été est le temps des folies. Il suffit que 4 filles réunies en un rêve prennent le large pour devenir des femmes avec vision. Il y a là une égérie rebelle (Ada Salomé), une rêveuse insomniaque (Cyrille Zoé), une porteuse de talons aiguilles et de bébés (Rachel Isadora) et celle qui les rassemble (Roxane Selana). Bref sont réunies les Polla Sisters pour le plus grand plaisir de leur mère qui leur apprit ce qu’il en est non seulement de l’amour et de la passion mais aussi de l’art et des lettres.

 

Barbara 2.pngDès lors les couchers de pleine lune peuvent avoir lieu en plein jour. Il faut dire que de telles femmes en imposent : « elles prennent de la place, grandissent parfois sans prévenir et nous embarrassent lorsqu’elles manquent de tenue. Mais malgré tout ce qu’on leur reproche… les fesses d’une femme, c’est tout un poème. » écrit Barbara. Et l’une de ses filles (Cyrille) en a fait un poème « Mes fesses de lune … ». Quant à Raguz, il les a si l’on peut dire saisi au bond.

Barbara 3.jpgEntre sinécure et ciné-cure tout est alors possible. C’est bien là que Lacan aurait pu identifier les données de bases de la perception empirique. Il convient donc de souligner son erreur : « il n’y a aucun espoir d’atteindre le réel par la représentation ». Voire. Voir. Car il est possible d’affirmer que l’image donne un sens au regard en de telles perspectives.

Jean-Paul Gavard-Perret

https://barbarapolla.wordpress.com/2018/07/20/summertime-when-girls-with-a-dream-become-women-with-a-vision/#jp-carousel-4556

 

 

 

 

18/07/2018

Jacqueline Dauriac : érotique de la lumière

Dauriac.jpgJacqueline Dauriac joue de l’éros et s’en joue en tant que pure machine hallucinatoire même si néanmoins un certain désir s’en mêle. Tout dans les dispositifs et installations de l’artiste est à la fois simple et subtil : un simple rayon lumineux qui traverse l’espace métamorphose le corps d’une femme en rouge avec des talons hauts. Elle devient une fleur rare et secrète sous son voile.

 

 

 

 

Dauriac 2.jpgMais l’artiste impose une sexualisation dont le désir n’a rien d’hormonal, d’organique. Elle continue de brouiller les cartes depuis sa première rencontre avec celle qui instaura sa recherche (le travesti Marie-France). C’est une manière pour l’artiste de sortir de l’enfer pulsionnel sans malgré tout rejeter aux calendes grecques le fantasmes amoureux qu’il soit post-adolescent ou « célibataire ».

Dauriac 3.jpgMais l’artiste s’en amuse en son jeu de lévitation plus que de perversion. Le corps est certes pénétré : mais par la seule lumière. Le cannibalisme des fantasmes est contrarié là où rien n’a lieu que le lieu (aire ou erre de jeu). Existe une mise en scène de disjonction et de filtrage : la décharge de lumière empêche d’autres soulagements qui - ici- ne seraient pas les « bons ». Néanmoins et le cas échéant, l’artiste s’en amuse. Elle sait que la peinture elle-même se caresse. Mais sa jouissance diffère du bing et bang et du raccourci masturbatoire que le néant menace. A l’inverse l’art appelle la jouissance à se débarrasser de son excès anéantissant. La satisfaction change de nature là où ce n’est plus la chose mais « l’âme à tiers » (Lacan) qui - par effet de trans-fusion - peut se qualifier de réel.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jacqueline Dauriac, Exposition, Galerie Isabelle Gounod, du 1er au 27 septembre 2018, Paris.