gruyeresuisse

06/06/2020

Selina Baumann et l'ironie du réel

Baumann.jpgSelina Baumann, "Variété", Galerie Laurence Bernard, Genève du 11 juin au 25 juillet 2020.

 

La galerie Laurence Bernard présente la première exposition personnelle à Genève de l’artiste Bâloise. Double lauréate du prix Kiefer Hablitzel elle propose ses sculptures de céramique aux formes très différentes les une des autres - ce qui n'enlève en rien la cohérence de son travail à la fois figuratif, abstrait, ornemental même si l'oeuvre garde une propension expérimentale.

Baumznn bon.pngSous l'aspect "artisanal" de son travail, l'artiste joue néanmoins dans la cour de grands artistes car elle est  à la recherche de formes inédites. Elle appuie sur le registre de la jubilation dans ce qui tient néanmoins d'un parcours initiatique qui provoque un ravissement et la surprise.

Baumann2.pngEn dépit de la multiplicité des formes Selina Baumann retourne  vers un certain dépouillement même lorsque la surcharge semble s'imposer. Des structures fondamentales et premières résistent là où le fantastique pointe son nez mais reste néanmoins bridé. La créatrice souffle le chaud et le froid, la légèreté et la profondeur, bref elle jette le trouble. Comment tant de possibles peuvent affleurer dans ses sulptures ? On ne peut le dire, mais un rayonnement perdure et efface les pensées de néant ou à l'inverse de Dieu en introduisant soudain non à l’origine mais de l’origine, à l’enfance du désir et au désir d’inventer. Surgissent à travers les sculptures des fantômes : ceux qui nous habitent et dont nous mêmes nous ne possédons pas forcément la clé tant l’inconscient nous trompe et nous domine.

Jean-Paul Gavard-Perret

05/06/2020

Quand la préciosité n'a rien de ridicule - Patricia Glave

Glave.jpgPatricia Glave, "Les Gracieuses", Abstact - artcontemporain Lausanne, Exposition du 7 juin au 4 juillet 2020

Après un séjour de six mois de résidence en 2018 dans la capitale internationale de la porcelaine à Jingdezhen (Chine) puis un an plus tard au EKWC (Hollande), Patricia Glave propose une recherche des plus sophistiquées dans un dialogue entre matières (verre, céramique, bronze, etc.) et l’Occident et l’Orient.

Glave 2.pngPoursuivant une recherche esthétique et philosophique inspirée de diverses mystiques la Lausannoise développe sa réflexion sur le rapport au corps (et sa représentation symbolique) à travers des sortes de métaphores pour en souligner les forces et les faiblesses.

Glave 3.pngSon travail avec le temps s'éloigne d'une certaine crispation qui était là pour jouer parfois du grotesque, de l'humour et de la sensualité afin de souligner le cynisme d'un certain patriarcat. Désormais ses "Gracieuses", comme "Les Précieuses" ou "Les Délicieuses" deviennent comme elle le précise des " Memento Mori qui font prendre conscience qu’une « vanité est une catégorie particulière de nature morte dont la composition allégorique suggère l’évocation du caractère transitoire de la vie humaine". Mais parallèlement, ces visions offrent une présence du corps de la femme aussi charnelle, précieuse qu'envoutante.

Jean-Paul Gavard-Perret

04/06/2020

Isabel Pillet : in vino veritas

Pillet.jpgIsabel Pillet, "Expressions vineuses", Photographies, Galerie Syndrome Artistique, Lausanne, du 21 janvier au 30 juin 2020.

Fidèle à son autre regard sur l'art, la galerie Syndrome Artistique propose les photographies "abstraites" mais chevillées sur le réel d'Isabel Pillet. Le macrocosme et le microcosme se rassemblent presque naturellement dans un travail d'exploration à partir de ressources simples - ici des liquides et leurs contenants - dans une concentration non sur ce qu'ils sont mais les détails qui les métamorphosent en univers étrange.

Pillet 3.jpgLes sujets qui attirent la créatrice sont la nature, les plantes, les fleurs, les animaux, ainsi que l’architecture, les maisons, les constructions. Elle les "pense" en images comme ici elle retient le jeu du vin dans des moments fugitifs. Surgissent des espaces étranges. Ils deviennent des demeures de hantises et de méditations dont l'"abstraction" développe un volume de reconstruction d'une présence inattendue.

Pillet 2.jpgLa vinification crée - telle que l'artiste la saisit - diverses courbures dans une poésie prégnante, originale. Isabel Pillet transforme l'apparence du "corps" du vin là où les limites entre l’extérieur et l’intérieur, le contenant et le contenu poussent à conquérir de l'impensé et de l'invisible. Ce qui devient palpable par les formes ouvre un monde étrange là où la photographie est certes expérimentale mais où la cérébralité presque inconsciente de l'art ne sacrifie en rien à l'émotion qu'il doit susciter.

Jean-Paul Gavard-Perret