gruyeresuisse

12/06/2020

Sabine Weiss : la Suisse et après

Weiss 2.jpgSabine Weiss a quitté très vite sa Suisse natale et Genève pour Paris. Elle y devient l’assistante du photographe allemand Willy Maywald spécialiste des clichés de mode et de portraits. Et après son mariage avec le peintre américain Hugh Weiss elle devient photographe indépendante et rencontre le milieu des artistes d’après-guerre.

Elle photographie beaucoup de créateurs qu'ils soient écrivains, plasticiens ou comédiens (cf son portrait délicieux d'Anna Karina). Elle connaît vite le succès et travaille jusqu'au début du XXIème siècle dans la presse illustrée internationale et aussi pour de nombreuses institutions et marques.

Weiss.jpgElle assure des reportages photographiques dans la mode, la publicité ainsi que des portraits de personnalités et des sujets de société.

Dans ses photographies se lient la présence et l’absence en un théâtre aussi brûlant que glacial. Il creuse le temps en tout sens. Il s’agit de montrer le monde en majesté comme en fantaisie. Et les portraits disent l’inconnu en leur sujet et par effet miroir l’inconnu en nous.

Jean-Paul Gavard-Perret.

Sabine Weiss, "Une vie de photographe", Le Kiosque - Espace Simone Veil, Vannes, du 18 juin au 6 septembre 2020.

Portraits d'Anna Karina et André Breton.

09/06/2020

Elena Chioccarelli Denis : l'appel

Chiocarelli.jpgElena Chioccarelli Denis, "Vita", La Menuiserie, Lutry, du 18 25 juin 2020.

"Histoires de vie, de voyages, de guerre, de souffrance, de foi" : tels sont les thèmes de la belle exposition d'Elena Chioccarelli Denis à Lutry. A travers ses oeuvres la peinture devient inspirée car inspirante par ce voyage initiatique inspirée par le voyage en 1942 d'une Italienne en Ethiopie. A travers des choix techniques premiers l'artiste fait appel à des références qui relèvent autant de l’histoire de l’art que de cultures primitives.

Chioccarelli 3.jpgL'art s'apparente ainsi à une sorte de "science occulte" infuse et reprise qu'à l’art tribal. Très graphiques, les oeuvres produisent un impact hypnotique. Elles flirtent avec des notions aujourd’hui revisitées, l’ésotérisme, la magie ou le sacré. Là où inexorablement il disparaît et le monde avec lui. D'où ce retour amont entre deux cultures et deux mondes.

 

Chioccarelli 2.jpgAux nouvelles croyances et aux puissances numériques l'artiste préfère ce qui démultiplie les possibles et les mystères. Elena Chioccarelli Denis se plonge, recherche, expérimente, dans ce flux où s’imbriquent connaissance, fascination et impact sur son récit personnel. Les êtres qui apparaissent se mêlent à des sortes de "vieilles images" comme à  un arbre de vie. Existe là une sorte de conversion où l'artiste prouve l'existence - contre vent et marée - d'une sur-vivance et un appel à l'humanisme trop longtemps décrié.

Jean-Paul Gavard-Perret

08/06/2020

Les accueils de Connie Hüsser

Husser.jpgConnie Hüsser, "Objects with love", Galerie l'Elac, Renens, Du 10 juin au 3 juillet avril 2020,

Magasin de curiosité in situ et hors cage  : tel est ce que propose celle qui a été couronnée par le Grand Prix suisse de design 2019. Journaliste et styliste Connie Hüsser est fascinée par les jeunes talents et le design. Elle aime le fait-main, le coloré et l'inattendu et les présente  ici sur des plateaux fantastiques.

Husser 3.jpgElle a eu l'idée aussi simple qu'originale de rassembler  et de mettre en espace ses objets préférés dans une exposition  où l'intime rencontre l'extime avec fantaisie mais aussi un certain sens du rituel. Le désign des choses prend ici une dimension inattendue, prégnante et belle. Sous ce qui pourrait n'être qu'un bric à brac, Connie Hüsser propose un "ordinare" à la fois surprenant, drôle et documenté.

Husser 2.jpgCette exposition à sa manière est une perfection. S'y ressentent les motivations et les goûts instinctifs et conscients de la metteuse en scène d'un superbe ensemble. Les objets, s'ils n'abolissent pas le hasard que la créatrice organise, créent des rencontres. Ils peuvent parfois tenir au coeur de la main et ils instaurent le jeu de la vie, à l'appel de la jetée. Ce sont comme de petits mots du matin là où l'objet ne biffe par l'être mais lui procure des plaisirs.

Jean-Paul Gavard-Perret